Patrimoine historique de Paris 6eme arrondissement

Description de Paris 6eme arrondissement

Paris 6eme arrondissement, commune Française du département paris avec 133 sites répertoriés ou simplement présentés pour leur caractère remarquable.

Vous trouverez dans le menu et en bas de page les liens vous menant sur les fiches de description.

On compte 0 lieu-dit à Paris 6eme arrondissement :

Il n'y à aucun bâtiment classé à Paris 6eme arrondissement (Source open data)

Lieux de culture à Paris 6eme arrondissement

Musées de Paris 6eme arrondissement, Paris 6eme arrondissement dispose de 3 musées :

  • Musée Hébert (Hôtel de Montmorency-Bours 75006 paris)
  • Musée Zadkine (100 bis, rue d'Assas 75006 paris)
    Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h
    Fermeture annuelle : Jours fériés
  • Musée National Eugène Delacroix (6, Rue Furstenberg 75006 paris)
    Ouvert du mercredi au lundi de 9h30 à 17h
    Fermeture annuelle : 14 juillet

Cinemas de Paris 6eme arrondissement, Paris 6eme arrondissement dispose de 16 salles de cinéma :

  • le bonaparte (92 rue bonaparte, 75006 paris 6me)
  • ugc odeon (124 bd st germain, 75006 paris 6me)
  • nouvel odeon (6 rue de l ecole de medecine, 75006 paris 6me)
  • ugc danton (99 bd st germain, 75006 paris 6me)
  • l arlequin panorama (76 rue de rennes, 75006 paris 6me)
  • st germain des pres (22 rue guillaume apollinaire, 75006 paris 6me)
  • studio christine (4 rue christine, 75006 paris 6me)
  • lucernaire forum (53 rue notre dame des champs, 75006 paris 6me)
  • bretagne (73 bd du montparnasse, 75006 paris 6me)
  • ugc rotonde (103 bd du montparnasse, 75006 paris 6me)
  • mk2 parnasse (11 rue jules chaplain, 75006 paris 6me)
  • st andre des arts (3o rue st andre des arts, 75006 paris 6me)
  • luxembourg (67 69 rue monsieur le prince, 75006 paris 6me)
  • mk2 odeon (113 bd st germain, 75006 paris 6me)
  • mk2 hautefeuille (7 rue hautefeuille, 75006 paris 6me)
  • ugc montparnasse (83 bd du montparnasse, 75006 paris 6me)

Statistique Paris 6eme arrondissement

Commune ou ville de :
Code postal de la ville : 75006
Code Insee : 75106
Longitude : 2.330674
Latitude : 48.849511
Population totale : 1 habitants
allee : 3
avenue : 2
boulevard : 4
impasse : 5
place : 27
quai : 3
rue : 127
square : 7

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec Paris 6eme arrondissement
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
Institut d'Art et d'Archéologie
L'institut est édifié de 1925 à 1928 par l'architecte Paul Bigot, suivant un programme de « laboratoire d'art » conçu par Emile Mâle, Gustave Fougères et René Schneider. C'est un rare exemple d'édifice parisien de l'Entre-deux-guerres d'inspiration historiciste et éclectique, mélangeant des influences siennoise, florentine et d'Afrique noire musulmane.

Institut de France
En 1661, dans son testament et grâce à sa grande fortune, le cardinal Mazarin demande la fondation sous Louis XIV, d'un collège devant recevoir soixante gentilshommes des quatre nations réunies à l'obédience royale par les traités de Westphalie en 1648 et le traité des Pyrénées en 1659, qui sont : l'Artois, l'Alsace, Pignerol et le Roussillon (avec la Cerdagne). Colbert charge alors Louis Le Vau de dresser les plans du collège au niveau de la cour carrée du Louvre de l'autre côté de la Seine. Les travaux de construction s'étalèrent entre 1662 et 1688.

Palais Abbatial de Saint-Germain-des-Prés ou Hôtel de Furstemberg
La construction du palais abbatial date de 1685. Elle fut commencée par les ordres du cardinal de Bourbon, abbé de celte communauté. Dès 1630, la réforme de Chézal-Benoît avait été remplacée par la congrégation de Saint-Maur, autorisée par Grégoire XV. Parmi les hommes recommandables qu'elle a produits, brillent au premier rang Mabillon, Montfaucon, Félibien, Clément et Lobineau.

Théâtre de l'Odéon
Le Théâtre national de l'Odéon, dénommé depuis mars 1990 Odéon-Théâtre de l'Europe, est un théâtre public parisien situé place de l'Odéon (6e arrondissement), inauguré en 1782 pour accueillir la troupe du Théâtre-Français.

Place de l'Odéon
La place est ouverte en 1779. La place de l'Odéon est située dans le 6e arrondissement de Paris. Elle prend la forme d'un demi-cercle, dont l'assise est située au sud, le long du théâtre de l'Odéon.

Séminaire
La porte de ce séminaire, dit Sauval, semble une alcôve. L'architecture en est simple, mais très-bien entendue en toutes ses parties, tant dedans que dehors. Ce bâtiment est des mieux percés, et si les fenêtres de la façade de derrière du corps de logis étaient en correspondance à celles du dedans, ce serait un édifice accompli ; les pierres sont si bien assises et cimentées, qu'il semble d'une seule pierre, et enfin n'a pour ornement qu'une corniche qui le couronne dedans et dehors, garnie simplement de ses dentelures.

Maison de Servandoni
Jean-Jérôme Servandoni, peintre et architecte, naquit à Florence en 1695. Étant venu se fixer en France, il fut reçu membre de l'académie. En 1732, Servandoni l'emporta sur tous ses rivaux pour l'exécution du portail Saint-Sulpice qui avait été mis au concours. Quelque temps après il fut nommé peintre décorateur du roi. Servandoni mourut à Paris, le 19 janvier 1766.

Rue de Buci
Cette voie fut ouverte au XIIIe siècle. Elle prit le nom de Buci dès 1352 en l'honneur de Simon de Buci, premier Président au Parlement de Paris en 1341 qui acheta en 1350 la porte Saint-Germain sur laquelle donnait cette rue. Elle fut également appelée : « rue qui tend du Pilori à la Porte de Buci », car un pilori existait à côté de l'Abbaye de Saint-Germain-des-Prés en vertu d'une charte accordée par Philippe-le-Hardi à cette abbaye.

Hôtel des Abbés de Fécamp
Hôtel des Abbés de Fécamp, ou Hôtel de Fécamp. Cet hôtel particulier situé au croisement entre la rue Hautefeuille et l'impasse Hautefeuille, date du XVIe siècle et a été construit en remplacement d'une ancienne demeure des abbés de Fécamp qui datait de 1292.

Édicule Guimard de la station de métro Saint-Michel
Lors de la création des premières lignes du métro, un concours pour la réalisation d'édicules d'accès aux stations est lancé en 1899 par la Compagnie du chemin de fer métropolitain de Paris (CMP). Ceux-ci doivent être vitrés « sur la plus grande hauteur possible, à partir de un mètre environ du sol ». Ils doivent également être « ornés d'une frise pouvant recevoir des caractères très apparents, éclairés par transparence pendant la nuit, portant l'indication : Chemin de fer métropolitain ».

Lycée de la Photographie
En 1924, le manque de techniciens de valeur des professions de l’industrie de la photographie se fait sentir. Un groupe d’industriels de la photographie et du cinéma, sous l’initiative de Paul MONTEL, forme le projet de créer, en France, cet enseignement.

Café Procope
C’est en 1686 que Francesco Procopio dei Coltelli, gentilhomme de Palerme, installa rue des Fossés Saint-Germain (aujourd’hui rue de l’Ancienne Comédie) son débit de café. L’excellence des boissons et des sorbets qu’il y offrait à consommer, le cadre agréable et le voisinage de l’Ancienne Comédie Française firent que son établissement devint très rapidement le lieu de réunion des beaux esprits.

La rue Mazarine
Derrière là tour de Nesle était la petite rue de Nesle et plus loin la rue des Fossés. La construction du collège Mazarin, en 1662, à la place de la tour de Nesle et du fossé, a donné lieu d'appliquer aux deux rues la dénomination de rue Mazarini, au siècle suivant Mazarine. Le nom de Traversine, qu'avait aussi porté l'ancienne rue de Nesle, est resté plus longtemps à l'extrémité qui s'en est détachée, de l'autre côté de la rue de Seine, c'est-à-dire derrière le pavillon monumental où Jean Jouvenet eut un logement sous Louis XIV, comme Horace Vernef de nos jours.

La rue de Condé
Formée vers l'année 1500, sur le Clos-Bruneau, elle en reçut la dénomination. En 1510, on l'appelait rue Neuve-de-la-Foire. Quelques années après, elle prit le nom de rue Neuve-Saint-Lambert. En 1612, Henri de Bourbon, prince de Condé, ayant acheté l'hôtel bâti originairement pour Antoine de Corbie et occupé ensuite par le duc de Retz, maréchal de France, la rue qui nous occupe, reçut le nom de rue de Condé.

Ancienne boucherie
Jusqu'au seizième siècle, la rue de Vaugirard n'est désignée que sous le nom de chemin de Vaugirard ; à cette époque l'on commença à y bâtir et à lui donner le nom de rue de Vaugirard ; on la trouve quelquefois sous celui de Luxembourg, dite de Vaugirard, Le village de Vaugirard, auquel elle conduisait, lui a fait donner ce nom.

Chapelle Notre-Dame-des-Anges
En 1863,les Pères Maristes construisent rue de Vaugirard la chapelle Notre—Darne des Anges, Ce modèle d'architecture néogothique, réalisé Sur les plans du père Gally, possède 37 vitraux historiés dédiés à la Vierge, oeuvre de, Joseph Vigné. La résidence des Pères abrite les activités du Cercle Montalembert, crée en 1895 pour donner aux étudiants parisiens une formation religieuse et apostolique.

Hôtel de Bacq ou hôtel de Darlons
Nommé hôtel de Bacq ou hôtel de Darlons, ce bâtiment a été édifié en 1750. Il possède une porte monumentale en plein cintre, sculptée, entourée de deux pilastres et surmontée d'une fenêtre à ailerons sculptés de bas-reliefs de plantes et d'oiseaux. L'ensemble, vantaux et fenêtre du premier étage, a été inscrit en 1926 à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Les appuis de fenêtres sont en fer forgé.

Immeuble 30 rue de Condé
Hôtel construit par Jean-François Blondel en 1733-1735. Il a été habité au début de la Révolution par le baron Alquier, procureur du roi et maire de La Rochelle. Il a été ensuite occupé par le fils du conventionnel Philippe Lebas, précepteur du futur Napoléon III.

Hôtel de Foretz ou Bullion (ancien)
A l'angle des rues Hautefeuille et Pierre-Sarrazin s'élevait encore il y a peu d'années une habitation de quelque étendue et qui datait de la fin du XVe siècle. Elle dut faire partie de l'hôtel de Foretz qui s'étendait de la rue Pierre-Sarrazin jusqu'à celle des Deux-Portes. Le plan, gravé au bas de la planche, en indique les dispositions principales.

Hôtel de Sourdéac
C'est un hôtel particulier, construit en 1646 sur l'emplacement de l'ancien hôtel Garancière pour René de Rieux, évêque-comte de Léon en Bretagne. À sa mort, l'hôtel est passé à son neveu, Alexandre de Rieux, marquis de Sourdéac.

Hôtel de Luzy
Deux Sphynx faisant face sont disposés de chaque côté du porche de cet hôtel. On attribue la réalisation de cet hôtel a l'architecte classique Chalgrin et la construction serait réalisée entre 1767 et 1770. Demoiselle Dorothée Luzy, pensionnaire du roi, demeurait à Paris, rue Férou, parroisse St-Sulpice en cet Hôtel.

Ancien hôtel de Choiseul-Praslin, devenu immeuble de la Caisse Nationale d' Epargne, puis Musée Postal
Hôtel particulier construit en 1732 par l'architecte Sulpice Gaubier pour la comtesse de Choiseul dans un style de transition Louis XIV - Louis XV. A partir de 1822, les intérieurs furent malmenés du fait de leurs locations successives. Les plus importantes transformations intervinrent en 1876, menées par l'architecte Eugène Rouyer.

Congrégation de la Mission des Lazaristes
Née au XVIIe siècle de l'expérience faite par Vincent de Paul de la misère spirituelle et corporelle des plus démunis, la Société des Prêtres de la Mission a pour but essentiel de suivre le Christ évangélisateur des pauvres. Ses prêtres sont connus aussi sous le nom de lazaristes.

Chapelle Saint-Vincent-de-Paul (chapelle des Lazaristes)
Cette chapelle, nouvellement construite rue de Sèvres, presque en face de l'hospice des Incurables, pour y placer la chasse d'argent qui renferme les restes du bienfaisant Vincent de Paul, est d'une construction simple, mais élégante et gracieuse. Les murs latéraux sont percés de deux rangs d'arcades l'un sur l'autre.

Immeuble 20 rue de l'Hirondelle
On voyait autrefois sur ce quai deux hôtels célèbres. L'un situé au coin de la rue Gilles-Cœur et de la rue de l'Hirondelle, après avoir appartenu aux évêques de Chartres et au connétable de Sancerre, fut habité par Anne de Pisseleu, duchesse d'Etampes, pour qui François Ier l'acheta et le fit agrandir. Il appartint ensuite au chancelier Séguier, puis au duc de Luynes et fut démoli en 1671. Il subsiste encore une partie de cet hôtel aux n°s 20 et 22 de la rue de l'Hirondelle. Au n° 20, la porte cochère et celle de l'escalier situé au fond de la cour sont encore surmontées d'une salamandre sculptée dans la pierre.

Hôtel Duchesne ou encore « Maison des Trois Chapelets »
Hôtel particulier, dit Hôtel Duchesne ou encore « Maison des Trois Chapelets », Inscrit MH (1928) porte, balcon sur rue. Construit avant 1640, pour le compte de André Duchesne, (1584-1640), qui originaire de la même région que Richelieu deviendra grâce à son appui, géographe et historien de Louis XIII.

Hôtel de Navarre
Jeanne, Reine de France et de Navarre, avait son Hotel à la rue St André, près la porte de Bussy, du côté de la rue, et de la porte Dauphine, qu’elle donna en 1304 pour y établir un College de soixante-dix, écoliers, mais ses executeurs testamentaires le vendirent afin de bâtir à la Montagne Ste Geneviéve, le College de Navarre.

Hôtel de Vieuville
On ne comptait entre la maison Cochois et la rue de l'Éperon que deux propriétés, l'hôtel de Villayer, l'hôtel de Châteauvieux ; Après lui, l'hôtel de la Guesle se partagea entre des cohéritiers. Le plus gros lot en passait du comte de Châteauvieux, qui avait épousé Marie de la Guesle, à son gendre, le duc ou marquis de la Vieuville.

église Saint-Ignace
L'église Saint-Ignace est une grande chapelle catholique située au 33 rue de Sèvres dans le 6e arrondissement de Paris. Elle est dédiée à saint Ignace de Loyola, fondateur de la Compagnie de Jésus. Construite en 1855, elle est de style néo-gothique.

Hôtel du Docteur Coste (ancien)
Maison où mourut le peintre Cognet, maison connue aussi sous le nom de "District du Bonnet Rouge" (42 rue du Cherche-Midi). Lieu de résidence de Auguste Labouret, peintre verrier en 1935.