Monuments et patrimoine Bouches du rhone

Histoire

L'histoire du département des Bouches-du-Rhône est presque entièrement celle de la Provence, dont son territoire fit partie jusqu'en 1790.

Les Ligures habitaient autrefois le territoire des Bouches-du-Rhône, lorsqu'une colonie phocéenne vint y jeter les fondements de Massalia sur les ruines d'un comptoir phénicien. La nouvelle colonie ne tarda pas à inquiéter les populations voisines qui l'attaquèrent. Rome vint au secours des Phocéens, et fut amenée à constituer un point fortifié qui prit le nom de Aquæ Sextiæ (Aix), double appellation rappelant l'existence de sources thermales et le nom du général Sextius Calvinus. Comme toujours, les Romains cherchèrent à étendre leur domination ; à l'époque de la conquête de César, Marseille pompéienne eut à subir les attaques de Tribonius et vit son nom figurer à Rome parmi les vaincus de César triomphant. Les Bouches-du-Rhône furent alors comprises dans la division administrative appelée Seconde Narbonaise ; mais presque toutes les villes, initiées depuis longtemps d'ailleurs aux mœurs municipales et à la civilisation romaine, jouirent d'une certaine liberté.

Les invasions des Barbares modifièrent peu l'état intérieur des cités. Les Visigoths, qui leur succédèrent en 511, après les victoires de Clovis, se montrèrent d'aussi bonne composition que les Romains. Malheureusement vint l'époque où ces peuples, chassés à leur tour, furent remplacés par les Grecs de Constantinople, par les Sarrasins, par les Francs, qui se disputaient les débris du royaume de Théodoric, et le pillage du pays signala la victoire successive de chacun de ces envahisseurs.

La conquête carlovingienne procura un court repos à ces contrées. Sous Louis III et Carloman, Boson, beau-frère de Charles le Chauve, se créa un royaume qui engloba le territoire des Bouches-du-Rhône et dont Arles fut la capitale. Des guerres suivirent naturellement cette usurpation, et les Sarrasins en profitèrent pour ravager encore le pays.

Cependant, Louis, successeur de Boson, put régner paisiblement; mais, après lui, Hugues, qui s'empara du pouvoir, fit l'échange de presque tous ses États contre la Lombardie, que, d'ailleurs, il ne conserva pas, et, par suite, Marseille devint chef-lieu d'une vicomté. Depuis cette époque, le morcellement territorial s'accrut incessamment. Au XIe siècle, les comtes de Toulouse, ceux de Barcelone et les seigneurs des Baux se disputèrent l'autorité ; les comtes de Barcelone restèrent vainqueurs, et la maison d'Aragon leur succéda en 1176, après une lutte de courte durée. Aix devint alors la capitale de toute la contrée.

En 1245, un mariage fit passer la Provence sous l'autorité de Charles d'Anjou, frère de saint Louis, qui épuisa le pays pour conquérir le royaume de Naples et imposa le joug détesté des Français du Nord aux Provençaux, amis du luxe, de la gaie science et des libertés municipales. A l'extinction de la descendance de Charles, ses États passèrent à Louis Ier, frère du roi Charles V, qui devint la tige d'une nouvelle dynastie provençale d'Anjou, dont le dernier membre fut le roi René. Son neveu, Charles du Maine, désigné par lui comme son Successeur, légua ses États au roi Louis XI, et depuis lors, la Provence, et, par conséquent, le territoire des Bouches-du-Rhône, subirent les révolutions communes à la France entière. Les guerres de religion, les invasions autrichiennes plus tard, les troubles révolutionnaires enfin, y causèrent des grandes souffrances. Aix et Marseille devinrent de plus en plus rivales; la première représentait le passé; la seconde, l'avenir.

Aujourd'hui, Marseille a triomphé et est devenue le chef-lieu de la division territoriale moderne, qui a été formée avec la Basse-Provence.

Géographie

Les Bouches-du-Rhône font partie de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elles sont frontalières avec les départements du Gard, de Vaucluse et du Var.

Principaux cours d'eau :

  • le Rhône, divisé en Grand-Rhône et Petit-Rhône en aval d'Arles, le Petit-Rhône faisant frontière entre les Bouches-du-Rhône et le Gard,
  • La Durance, frontière entre les Bouches-du-Rhône et le Vaucluse,
  • L'Huveaune et son affluent le Jarret,
  • L'Arc et la Touloubre, qui se jettent dans l'étang de Berre.

Principales zones humides :

  • la Camargue (le Vaccarès, les Impériaux, Faraman, Beauduc et les salines de Plan du Bourg), et la « petite Camargue » à l'ouest du Petit-Rhône,
  • l' étang de Berre, ses annexes l'étang de Vaïne et l'étang de Bolmon, et les salines de Berre,
  • l'ouest de la Crau (étang des Aulnes, Grand Plan du Bourg),
  • les étangs (Lavalduc et voisins) entre Fos-sur-Mer et Istres.

Massifs montagneux :

  • La partie ouest du massif de la Sainte-Baume (culminant à 1 042 mètres),
  • La Sainte-Victoire (culminant à 1 011 mètres),
  • L'Étoile et le Garlaban,
  • La montagne du Régagnas,
  • Les monts Saint-Cyr, Carpiagne et Puget,
  • La Trévaresse et la chaîne des Côtes,
  • Les Alpilles,
  • Marseilleveyre (le « massif des calanques »),
  • La chaîne de l'Estaque,
  • La chaîne d'Éguilles,
  • Le plateau de l'Arbois,
  • La Montagnette.

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Bouches du rhone
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.