vosges

Histoire

Peuplé par les tribus gauloises des Leuques et des Rauraques, lors de la conquête des Gaules par les Romains, le territoire de l'actuel département fût incorporé à la Gaule Belgique. Jusqu'à la fin de l'Empire, il subit les invasions barbares (Alains, Vandales, Suèves, Huns). Conquis par les francs, il fit alors partie de l'Austrasie, royaume mérovingien de l'Est. En 843, il fut attribué à Lothaire par le traité de Verdun. Par la suite, le royaume de Lothaire, ou Lotharingie, subit plusieurs partages et la haute Lorraine fut donnée en 1048 à Gepard d'Alsace, originaire de Châtenois. Celui-ci fut le premier duc héréditaire de Lorraine et le fondateur de la dynastie qui régna sur le duché jusqu'en 1736 et sur l'empire d'Autriche jusqu'en 1918. Au moyen Age, la rivalité des ducs de Lorraine et des comtes de vaudemont, l'invasion des Grandes Compagnies, puis les visées expansionnistes de Charles le Téméraire causèrent de graves ravages dans la région. De 1633 à 1660, elle fut envahie et occupée par les troupes françaises (en représailles contre les intrigues de Charles IV) et par les troupes suédoises (au cours de la guerre de Trente ans). En 1736, la Lorraine fut donnée à titre viager à Stanislas Leczinski, beau-père de Louis XV, roi déchu de Pologne. A la mort de celui-ci, en 1766, elle fut rattachée à la France. Le département fut formé en 1790 par la reunion à une partie de la Lorraine, de parcelles de la champagne et de la Franche-Comté. Dès lors, ce département des Marches de l'Est de la France contribua activement aux guerres de la Révolution et de l'Empire et eut à subir sévèrement la guerre de 1870/71 et les deux guerres mondiales de 1914/18 et de 1939/45.

Géographie

Le département se présente comme un plateau de formation secondaire s'appuyant contre un massif primaire, les Vosges. On y distingue plusieurs zones géographiques différentes. Massif hercynien caractérisé par des altitudes peu élevées et des cols rares et impraticables en hiver (les vosges ont été basculées vers le nord au moment du soulèvement alpin). Les glaciations du quaternaire ont accompli un travail d'érosion qui produit des pénéplaines. Si le versant alsacien retombe brutalement sur la plaine du Rhin, le versant lorrain au contraire descend en pente douce vers l'ouest. La ligne des sommets du Donon au ballon d'Alsace, en passant par le Hohneck, assure la frontière avec les départements alsaciens.

Les arts

La civilisation celtique a laissé des témoignages importants dans la région de relanges (vestiges du camp de bonneval, station gauloise des Escles), dans celles de Raon-l'Etape et de Saint-Dié (sites de la Pierre-d'Appel et de la Bure). Le musée d'epinal et celui de Saint-Dié conservent de nombreux vestiges gallo-romains. On verra à grand, à proximité du plus grand amphithéâtre des Gaules, un remarquable exemple de cité gallo-romaine, et à Plombières les restes des thermes romains. L'art roman a connu un grand développement avec des caractères propres à la Lorraine du sud que l'on retrouve dans plusieurs églises : cryptes de remiremont, bleurville et esley; clocher de ligneville; portail de pompierre, chef-d'¦uvre du roman en Lorraine. Les plus parfaits ensembles romans sont bouzemont, Vomécourt-sur-Madon, Champ-le-Duc et Relanges, Notre-Dame de Saint-Dié, Etival. Introduit dans le premier tiers du 13ème, l'art gothique s'est épanoui à St-Christophe de neufchateau, lamarche, Martigny-les-Bains, mirecourt et Remiremont. Commencée au 11ème, remaniée au 13ème et au 14ème, la basilique St-Maurice d'Epinal réalise une harmonieuse synthèse des influences qui se sont manifestées en Lorraine. Le gothique a connu un nouvel âge d'or au 15ème et au 16ème (Charmes, Châtel-sur-Moselle, rambervillers, Grand, Gugney-aux-Aulx, vittel, cloître de Saint-Dié), avec l'apparition du style flamboyant. On note peu d'édifices Renaissance, mais ceux-ci sont pleins d'intérêt (chapelle de savigny à charmes, chapelle St-Hubert à autrey, chapelle de dommartin, portail de Fontenoy-le-Château). Du 18ème datent la facade classique de la cathédrale de Saint-Dié et l'église abbatiale de moyenmoutier, le plus imposant édifice baroque du département, ainsi qu'un groupe d'une quarantaine d'églises (la Bresse, brouvelieures, Docelles, Saint-Amé) caractérisées par une nef à plafond plat et un ch¦ur à cinq pans. Enfin, de nombreuses églises rurales sont ornées d'un riche mobilier. Les ruines féodales (Arches, Beaufremont, Châtel-sur-Moselle, Epinal), les maisons fortes et les châteaux (Lichecourt à Relanges, Dommartin-sur-Vraine, Bourlémont à frebecourt, sandaucourt, isches, Saint-Baslemont, Graux à Tranqueville-Graux), sont les témoins de l'histoire mouvementée du département. D'autres châteaux attestent la prospérité du 18ème (Autigny-la-Tour, thuillieres, les Capucins à Rambervillers, palais abbatial de Remiremont et de senones, châteaux et hôtels princiers à Senones, maison des Arcades à Plombières). Enfin, Epinal, centre actif d'imagerie populaire dès le 17ème, conserve avec le musée international de l'imagerie un ensemble exceptionnel de ces témoignages xylographiques d'art populaire venus du monde entier.

Ancienne fonderie de cloches Farnier

Actuelle fonderie construite en 1847 par Charles-Honoré Perrin-Martin, à qui succède Ferdinand Farnier en 1874, véritable créateur de l'entreprise. Fosse et hangar à bois de 1847, grand four de 1873, petit four et étuve de 1899, local en briques et four de 1930.

Croix en pierre

Les croix de chemins signalées comme nombreuses en Lorraine par Enlart et de Lasteyrie abondent particulièrement dans le département des Vosges. Un répertoire complet est actuellement en préparation.

Palais abbatial (ancien)

Madame la princesse Charlotte de Lorraine , abbesse moderne de Remiremont, sœur de l'empereur François I, ayant entrepris en l'année 1751 , de faire bâtir un nouvel hôtel abbatial à Remiremont, plus vaste et plus magnifique que l'ancien.

Abbaye (ancienne)

L'Abbaye de Remiremont s'intitula tour à tour le monastère d'Habend, le monastère de Saint-Romaric, le Rhomberg, l'Eglise Insigne, Collégiale et Séculière de Remiremont ou Chapitre illustre des Dames Chanoinesses de Remiremont. Ces noms divers révèlent les principales vicissitudes de son histoire.

La Rotonde

Foyer patronal, destiné à abriter de nombreuses activités sociales, sportives et culturelles et comportant un théâtre et des salles de sociétés, construit à partir de 1910 à l'instigation de l'entreprise de Blanchisserie et Teinturerie de Thaon.

Château Lobstein

Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Château Lobstein' à ville sur illon (vosges 88270). Maison de maître construite en 1904 pour le brasseur Jacques Lobstein, à proximité de son entreprise, la Grande Brasserie et Malterie Vosgienne.

Moulin, Haut Fourneau dit Moulin de la Gravière

Le moulin est construit ou reconstruit en 1739 (il porte la date sur la niche d'angle du logis). En 1824 (datation par source), un haut fourneau et un entrepôt industriel sont ajoutés par les propriétaires Gauguier et Chevalier. Il fonctionne environ 10 ans. Logis du moulin repercé et partiellement reconstruit 2e moitié XIXe siècle.

Filature dite de Vincey (ancienne)

Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Filature dite de Vincey (ancienne)' à portieux (vosges 88330). En 1890, la construction d'une grande filature commence le long du canal de l'Est et de la ligne de chemin de fer Nancy-Epinal en bordure de la route nationale 57.