Monuments et patrimoine Pas de calais

Histoire

Le département du Pas-de-Calais renferme les provinces d'Artois, du Boulonnais, du Calaisis, de l'Ardresis et une partie du Ponthieu.

Dès les temps les plus reculés, cette contrée était habitée par deux peuples. Les Morins, tribu celtique, occupaient les arrondissements de Boulogne , Montreuil, St. - Omer, une partie de ceux de St.-Pol et de Béthune, au delà de la Clarenec, et quelques cantons limitrophes dans les départements du Nord et de la Somme. Ils formaient deux cités (pagi): celles de Gessoriac (Boulogne) et de Thérouanne. Les Atrébates occupaient le reste du département. Ce peuple était divisé en Atrébateset on Ostrcbantes, ou Atrébatesorientaux. Le pays de ces derniers, situé entre la Scarpe et la Sensée, a porté le nom d'Ostrevent.

Le premier fait historique est l'invasion des Cimbres qui, l'an 443 de Rome (311 ans avant Jésus-Christ), occupèrent les bords de la Lys.

Vimy, Crédit photo isamiga76

Environ 56 ans avant Jésus-Christ, les Romains firent la conquête du pays. Les Atrébates fournirent 15,000 hommes et les Morins 25,000 dans la guerre contre César. La domination romaine occasionna d'heureux changements. Des ports furent creusés ; de belles voies, ouvertes dans toutes les directions, facilitèrent le commerce ; des dessèchements et des défrichements assainirent la contrée ; le contact de la civilisation adoucit les mœurs sauvages des habitants.

L'an 196, le christianisme commence à jeter quelques racines. Les travaux apostoliques de St.-Victoric et de St.-Fuscien (262, 275) étendent ses progrès. La mission de St-Martin et d'autres ouvriers évangéliques (355,870) achève le triomphe de cette religion. En 400, le polythéisme expirait.

Des bordes de barbares dévastent le pays à plusieurs reprises : les Vandales en 407 et 410, les Huns en 451.

De 446 à 470, les Francs s'en rendent maîtres, et consolident leur domination.

En 620, Clotaire II place le pays sous l'administration des grands forestiers de Flandre.

De 840 à 883, les Normands exercent d'affreux ravages. Arras, Boulogne, St.-Omer, Thérouanne et une foule de bourgades furent détruites ou brûlées par ces pirates.

En 863, Charles-le-Chauve institue le comté de Flandre en faveur de Bauduin-Bras-de-Fer. Ses successeurs occupent le comté jusqu'à la mort de Philippe d'Alsace, en 1191.

De 1191 à 1383, l'Artois, démembré de la Flandre, est régi par des comtes de la maison de France, issus de Robert, frère de St.-Louis, comte en 1237.

En 1383, la province tombe par mariage dans la seconde maison de Bourgogne (branche de Valois). Dans le siècle suivant, le comté d'Artois avait dix villes et sept cent cinquante-quatre villages et hameaux.

En 1477, après la mort de Charles-le-Téméraire, dernier duc de Bourgogne, l'Artois rentre pendant quinze ans sous la domination française. L'archiduc Maximilien, époux de Marie de Bourgogne, le remit sous son obéissance eu 1492, et les princes de la maison d'Autriche, ses descendants, le gardèrent jusqu'à la paix de Nimègue en 1678, époque depuis laquelle la province n'a cessé de faire partie intégrante de la France.

Le comté de Boulogne, existant dès l'an 520, relevait des comtes de Flandre, ou de la Couronne. Il fut réuni à la France en 1477, par Louis XI, qui en forma une sénéchaussée.

Le Pas-de-Calais fut l'un des 83 départements créés à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789. Pour créer ce département, le régime révolutionnaire fusionna une partie de la généralité d'Amiens (Boulonnais et une partie du Ponthieu) avec l'Artois reconquis sur les Espagnols un siècle plus tôt et le Calaisis.

La Première Guerre mondiale

Elle est particulièrement dure dans ce département qui est alors habité par environ 250 000 personnes. Les hommes sont en grande partie mobilisés ou doivent travailler à la mine. Une partie de la population doit fuir. En 1918, des "comités de réfugiés" ou "unions de réfugiés" existent dans les zones les plus touchées et non-occupées, associant souvent belges et français   (par exemple à Le Portel, à Berck-Plage, à Rang-du-Fliers, au Touquet-Paris-Plage, à Saint-Omer. À Boulogne-sur-Mer a été créée une Oeuvre du placement gratuit des réfugiés. À Calais, un comité des réfugiés du Pas-de-Calais cohabite avec un comité officiel belge de secours aux réfugiés. Leur interlocuteur commun est à la Préfecture le service départemental des réfugiés et celui des évacuations, ainsi que la commission départementale des réfugiés (11 membres se réunissant 2 fois par semaine à la préfecture, plus une sous-commission de 3 membres traitant des urgences). La Croix-rouge et de nombreuses oeuvres charitables les aident.
Dans le même temps (printemps 1918), un service de reconstitution des régions libérées tente de préparer le retour des population ou la protection des biens, services et personnes dans les zones où l'ennemi a reculé. Il faut y faire parvenir des matériels, denrées et mobiliers, ce qui nécessite des moyens de transports difficiles à trouver.

A la signature de l'armistice, le Pas-de-Calais est probablement le département le plus dévasté ; Plusieurs villes dont Lens sont rasées, les carreaux de mines sont dévastés et « plus de deux cents communes rurales n'existent plus » écrit André Mabille de Poncheville. Le département est classé avec 11 autres (mais en totalité) en zone rouge et il a souffert de séquelles physiques, psychiques et environnementales durant des décennies.

Cap Gris-Nez, Crédit photo Olibac

Géographie

Le Pas-de-Calais est entouré par les départements du Nord et de la Somme et est côtier avec la Manche et la mer du Nord. Cette façade littorale est l'une des plus riches de France (en termes de diversité d'habitats d'intérêt européen).

  • Villes de plus de 40 000 habitants : Arras, Boulogne-sur-Mer, Calais
  • Villes de plus de 30 000 habitants : Lens, Liévin
  • Villes de plus de 15 000 habitants : Avion, Berck, Béthune, Bruay-la-Buissière, Carvin, Hénin-Beaumont, Outreau, Saint-Omer.
  • Cours d'eau : l'Authie, la Canche, la Ternoise, la Liane, la Sensée, la Scarpe, la Deûle, la Lys, l'Aa...

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Pas de calais
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
jean charles cazin
Cazin, qui était vice-président de la Société Nationale des Beaux-Arts, avait rendu de grands services à cette Société et fait beaucoup pour les qualités originales qui marquèrent sa constitution.