Monuments et patrimoine Charente maritime

Histoire

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir des anciennes provinces d'Aunis et de Saintonge, avec Saintes comme chef-lieu.

La France / Charente MaritimeLe territoire qui forme aujourd'hui le département de la Charente-Inférieure était occupé avant la conquête romaine par les Santones et les Aulni, qui ont donné leur nom à l'Aunis et à la Saintonge. Après l'invasion de César dans les Gaules, sous les empereurs romains, ce pays fit partie de la seconde Aquitaine, et, comme toute cette portion de la Gaule, il passa successivement de la domination des Visigoths sous la domination des rois francs. L'Aquitaine, devenue duché sous les successeurs de Clovis, fut érigée en royaume par Charlemagne.

Au IXe siècle, l'Aunis et la Saintonge subirent les incursions, les déprédations et les dévastations des Normands, et plus tard, la princesse Éléonore de Guienne, répudiée par le roi Louis VII, l'apporta en dot au roi d'Angleterre Henri II; elle resta donc province anglaise jusqu'à Philippe-Auguste qui la réunit au domaine royal. Les Anglais ne renoncèrent pas sans combattre à la possession de ce riche territoire; ils tentèrent de le reprendre; Saint Louis les vainquit à la bataille de Taillebourg en 1242, et ce pays si disputé revint encore à la couronne de France. Mais ce que les Anglais n'avaient pu obtenir par les armes, le traité de Brétigny le leur donna; la Saintonge subit une seconde fois la domination étrangère, et n'en fut réellement affranchie que sous le règne de Charles VII.

Pendant un siècle, cette province resta paisible et se refit de ses secousses passées; mais après les luttes politiques, les luttes religieuses l'éprouvèrent cruellement. En effet, pendant les XVIe et XVIIe siècles, elle fut en proie à toutes les horreurs des guerres de religion. La nouvelle doctrine protestante fut accueillie avec enthousiasme par les populations de l'Aunis et de la Saintonge. Depuis Henri II jusqu'à Louis XIII, pendant 69 ans sous les règnes de six rois, les villes du territoire furent tour à tour pillées, ravagées, et là s'illustrèrent trop facilement aux dépens de ce malheureux pays, les Duras, les Condé, les la Trémouille, les Guise et les d'Ëpernon. La politique soutenait la religion, et les princes de Navarre regardaient la Rochelle d'un œil avide, car ils voulaient en faire leur place de guerre, quand la Saint-Barthélémy éclata. Les troupes de Charles IX marchèrent contre la ville où les Huguenots s'étaient enfermés; ces intrépides combattant résistèrent pendant sept mois, et les troupes royales durent lever le siège. La ville, fière à bon droit de son succès, tendit alors à devenir indépendante. Elle protégea courageusement ses coreligionnaires pendant les règnes d'Henri III et d'Henri IV; mais ses velléités d'indépendance s'accrurent à ce point, que Louis XIII et Richelieu vinrent l'assiéger le 10 août 1627. Le maire, le brave Guiton, résista pendant quatorze mois aux horreurs de la famine, et la capitulation ne fut signée que le 30 octobre 1628. Richelieu fit alors raser les fortifications de la ville que Louis XIV rétablit plus tard; mais son rôle politique était terminé.

Pendant la Révolution qui fut accueillie avec ardeur, la Rochelle devint le quartier général d'une armée républicaine.

Lors de la nouvelle division de la France en 1790, le département de la Charente-Inférieure fut formé avec les deux provinces de l'Aunis et de la Saintonge.

Source : Géographie illustrée de la France et de ses colonies par Jules Verne, Théophile Lavallée, Charles Ernest Clerget, Edouard Riou.

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Charente maritime
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.