Patrimoine historique de Pons

Pons, sur la Seugne, siège d'une justice de paix. Doyenné dans l'Archiprêtré de Saintes.

Ere Gallo-Romaine

des antiquaires attribuent sans fondement l'origine de Pons à Œlius Pontins, petit-fils de Pompée. On y trouve journellement des médailles impériales romaines et même grecques. On conserve au musée de Saintes un Philippe, d'or, tête laurèe et un bige au revers, ainsi qu'un Alexandre, en argent, qui ont été trouvés à Pons.

Moyen-Age

la sirie de Pons, riche seigneurie, a été fort importante et a joué maintes fois un rôle dans l'histoire. De l'ancien castrum rasé par Louis XIII en 1621, il ne reste que quelques tours et quelques pans de murailles de l'enceinte fortifiée et le donjon roman parallélogramme, large de 25 m. sur son plus grand côté et de 15 m. seulement sur son plus petit; son élévation totale est de 27 m. La chapelle du château, devenue propriété particulière, sert de magasin à bois; elle a conservé sa façade du XIIe siècle et présente un vaste portail à cinq voussures décorées avec une grande richesse et une grande profusion de détails : l'une de ces voussures est occupée par une série de têtes de bœuf. L'Eglise paroissiale de Saint-Martin a été détruite pour faire place à une fabrique grecque ; elle est sous le vocable de Saint-Martin. Dans la partie basse de la ville, au sud, Eglise paroissiale de Saint-Vivien, ancien prieuré, romano-ogival du XIIe siècle. La façade offre à la première assise un portail à cinq voussures romanes et deux portes simulées, style ogival. La seconde assise est occupée par une suite d'arcatures plein cintre; au centre, longue fenêtre à lancette du XIIIe siècle, remaniée au XVe. A la sortie de la ville, au sud, restes d'une maladrerie bâtie par Geoffroy, sire de Pons, au XIIe siècle. Ces restes consistent en un immense portique remarquable par la profusion des sculptures romanes très-riches qui en décorent les pleins cintres et les murs latéraux. A l'ouest, château de Saint-Maury où naquit Agrippa d'Aubigné, le 8 février 1550.

Source : Commission des arts et monuments historiques de la Charente-inférieure 1868.

Statistique du département (Améric Jean Marie Gautier)

La ville de Pons, quoique petite, est assez célèbre. Elle était environnée de fortes murailles, et commandée par un bon château, le tout fortifié à l'antique. Les huguenots qui s'en étaient rendus maîtres et qui la tenaient comme une des meilleures places de sûreté, y avaient ajouté des fortifications à la moderne, en sorte qu'elle pouvait passer pour une position très-défensive. Mais ils la rendirent, après la réduction de Saint-Jean-d'Angély en 1621 , à Louis XIII qui la fit démanteler. Elle se divise en haute ville, qu'on appelle Saint-Vivien, et en basse que l'on nomme les Aires ou Saint-Martin. La partie haute était autrefois exclusivement habitée par des Juifs; mais s'étant portés à des actes de violence envers un religieux croisé, on les en chassa en 1102, et leurs maisons furent abattues.

Pons était le chef-lieu d'une seigneurie qui, sous le nom de Sirerie, ne relevait que de la couronne. Elle étendait sa juridiction sur 52 paroisses, et sur plus de 250 fiefs nobles, et jouissait de tous les droits de suzeraineté, comme de battre monnaie, d'avoir haute, moyenne et basse justice, etc.

L'origine des premiers seigneurs de Pons se perd dans la nuit des temps; Moréri ne commence leur généalogie qu'en 1160, à Bertrand, père de Renaud Ier, de Raymond-de-Pons, évêque de Périgueux et de Pons-de-Pons, évêque de Saintes; mais avant Bertrand, un sire de Pons, du nom de Geoffroy, avait fondé pour les malades et les pèlerins un hospice qui fut confié aux Templiers; ces chevaliers y bâtirent une église et des servitudes considérables qu'ils occupèrent jusqu'à l'abolition de leur ordre; l'hospice et les divers bâtiments furent cédés alors aux chevaliers religieux de Saint-Jean-de-Jérusalem. La révolution détruisit cet établissement en absorbant sa dotation; la ville s'occupe en ce moment de la rendre à sa première destination.

La plupart des sires de Pons se sont distingués par cette brillante valeur qui caractérisait les chevaliers français. Plusieurs de leurs faits d'armes sont rapportés dans l'histoire.

L'on prétend qu'il se tint à Pons, en 1293, un concile, où Geoffroy d Archiac, évêque diocésain, présida, et que le clergé y accorda des décimes extraordinaires à Philippe-le-Bel.

Cette ville conserve à peine quelques vestiges de ses anciens monuments ; on n'y voit plus qu'un reste de tour qui donne son nom à la rue des remparts; une arcade de la porte de la ville, et la voûte gothique servant de communication entre les salles de l'hospice et l'église de cet établissement. L'église n'existe plus; l'hospice fut rétabli en 1760, par Camille de Lorraine. En 1780, l'église de Saint-Martin subsistait encore; elle appartenait aux prieurs des Bénédictins, et avait été construite vers le 9e siècle; elle fut entièrement ruinée en 1574, durant les guerres de religion. Un bâtiment neuf s'élevait près de l'emplacement de la chapelle souterraine au moment de la révolution. La construction en fut suspendue et aujourd'hui les dernières pierres en ont disparu.

Le château des anciens sires de Pons est situé au milieu de la ville. Il a servi longtemps de résidence aux anciens seigneurs: le maréchal d'Albret l'habita pendant son gouvernement de Guyenne, et répandit alors beaucoup d'éclat dans le pays. L'hôtel-de-Ville est maintenant établi sur remplacement de cet édifice, qui a été acquis par la ville en 1807; est entouré de hautes murailles; sa base repose sur un rocher; il n'en reste que le donjon; c'est une tour carrée d'une grande hauteur, ouvrage du 11e et du 12e siècle.

Il y a dans l'enceinte du château deux promenades bien entretenues, qui dominent la prairie traversée par la Seugne, et où l'on jouit d'une perspective extrêmement agréable. On y voit une chapelle gothique autrefois dédiée à Saint-Gilles.

Un château-d'eau, construit en 1829, à peu de distance de la promenade publique, alimente une petite fontaine élevée au centre de la place du marché, et plusieurs bornes-fontaines, placées dans les principales rues de la ville.

L'église paroissiale a été presque totalement rebâtie dans ces dernières années: son clocher, de forme quadrangulaire et d'un dessin gracieux, est une construction entièrement neuve.

A 500 mètres de la ville, dans un lieu nommé Joli-Sable, on trouve une fontaine dont les eaux limpides sont chargées de parties ferrugineuses et sulfureuses.

L'étendue territoriale de la commune de Pons est de 2745 hectares 02 ares 7 centiares.

Le sol est généralement bon ; il produit d'excellents vins rouges et blancs et des grains de toute espèce de bonne qualité, et du bois en grande quantité, essence de chêne, frêne, orme et peuplier.

On y compte 26 villages, 39 hameaux et 1022 habitations.

Indépendamment de la Seugne qui traverse la commune du midi au nord, on y trouve encore un petit ruisseau appelé la rivière de Soute, et des Chartres, qui sert à plusieurs usines.

La culture des vignes et des terres à blé est celle à laquelle on se livre de préférence; les prairies que baigne la rivière, produisent de très-bon foin.

Il existe dans la ville de Pons plusieurs établissements de tannerie et de mégisserie fort en réputation. La majeure partie des habitants du faubourg méridional s'occupent à la filature des laines pour la fabrication des diverses étoffes communes qu'on expédie au loin; deux filatures mécaniques augmentent l'activité de ce commerce. On exploite aussi beaucoup de carrières dures, tendres et d'un grain très-fin.

Si le canal qui doit rendre la Seugne navigable et servir de communication entre la Gironde et la Charente, était ouvert, il favoriserait tous les genres d'industrie et de négoce que peut réunir une ville si avantageusement placée.

Un établissement ecclésiastique connu sous le nom de Petit Séminaire, reçoit, chaque année, un nombre considérable de pensionnaires que lui attire la réputation justement méritée qu'il s'est acquise par la bonne direction donnée aux études, et par les soins dont les élèves sont continuellement l'objet.

Il se tient à Pons douze foires par an, qui ont lieu le premier samedi de chaque mois, et 52 marchés qui se tiennent le samedi de chaque semaine. Les foires sont ordinairement très-suivies et avantageusement connues pour les ventes et achats considérables en eaux-de-vie, céréales de toute espèce, bœufs, chevaux, mulets, moutons et porcs. Les marchés fournissent une très-grande quantité de volailles, légumes et autres comestibles.

Pons est la patrie de Théodore-Agrippa d'Aubigné, aïeul de Mme de Maintenon, qui fut honoré de l'amitié de Henri IV. Il naquit au château de Saint-Maury, dont on voit encore les ruines dans la partie ouest de la commune.

Source : Statistique du département de la Charente-Inférieure par Améric-Jean-Marie Gautier 1839.

Description de Pons

Pons, commune Française du département charente maritime avec 23 sites répertoriés ou simplement présentés pour leur caractère remarquable.

Vous trouverez dans le menu et en bas de page les liens vous menant sur les fiches de description.

On compte 38 lieux-dits à Pons : la ferriere ; bel air ; la croix marron ; les justices ; les brandes ; les bernards ; la petite maison ; laborde ; la seguinerie ; la metairie du bois ; tout y faut ; le moulin de la vergne ; le chail ; l aubarderie ; la coilerie ; la croix des egreteaux ; la font des jauds ; la fontaine des pelerins ; la thibauderie ; le chateau d usson ; le grand peuroy ; le moulin de gautrolles ; le puits de vallieres ; les pipelards ; les raguideaux ; bondonnat ; chansac ; croix saint roc ; fief neuf ; l escale ; la prairie de st leger ; le petit peuroy ; les achenauds ; martouret ; pinthiers ; pisany ; passage a niveau 448 ; petite place saint martin.

Edifices, monuments classés à Pons

Bâtiments classés de Pons (Source open data), Pons possède 10 bâtiments ou espaces classés. On peu citer :

  1. Chapelle Saint-Gilles référence officielle : PA00104842 ;
  2. référence officielle : PA00104843 ;
  3. (Au Nord du bourg) référence officielle : PA00104844 ;
  4. Eglise Saint-Vivien référence officielle : PA00104845 ;
  5. référence officielle : PA00104846 ;
  6. (Emile-Combes (rue) 46) référence officielle : PA00104847 ;
  7. référence officielle : PA00104848 ;
  8. référence officielle : PA00105316 ;
  9. référence officielle : PA17000019 ;
  10. référence officielle : PA17000071
Attention cette liste est suceptible d'évoluer, les données présentées sont de 2013.

Lieux de culture à Pons

Bibliothèque de Pons, Pons possède 1 bibliothèque à proximité :

  • bibliotheque municipale (place de la republique 17800 Pons)

Cinema de Pons, Pons dispose de 1 salle de cinéma :

  • le vauban (16 rue gambetta, 17800 pons)

Statistique Pons

Commune ou ville de :
Code postal de la ville : 17800
Code Insee : 17283
Longitude : -0.506439
Latitude : 45.603462
Population totale : 4853 habitants
lieu dit : 38
avenue : 8
chemin : 8
cours : 3
impasse : 22
place : 12
pont : 1
route : 14
rue : 131
ruelle : 7
square : 1

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec Pons
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
Chapelle Saint-Gilles
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Chapelle Saint-Gilles' à pons (charente maritime 17800).

Biscuiterie le Colibri
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Biscuiterie le Colibri' à pons (charente maritime 17800).

parc du château d'Usson
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'parc du château d'Usson' à pons (charente maritime 17800).

jardin public de l'hôtel de ville
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'jardin public de l'hôtel de ville' à pons (charente maritime 17800).

Sucrerie de betterave ; puis distillerie de betterave ; puis usine de construction mécanique Westinghouse, puis Wesper, actuellement Mc Quay
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Sucrerie de betterave ; puis distillerie de betterave ; puis usine de construction mécanique Westinghouse, puis Wesper, actuellement Mc Quay' à pons (charente maritime 17800).

Moulin à blé de Mirambeau ; puis distillerie d'eaux-de-vie de cognac Jaulin
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Moulin à blé de Mirambeau ; puis distillerie d'eaux-de-vie de cognac Jaulin' à pons (charente maritime 17800).

Ancien temple protestant, aujourd'hui église catholique Saint-Martin
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien temple protestant, aujourd'hui église catholique Saint-Martin' à pons (charente maritime 17800).

Moulin à blé ; puis station de pompage, dite Moulin de la Tour
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Moulin à blé ; puis station de pompage, dite Moulin de la Tour' à pons (charente maritime 17800).

Moulin à blé ; puis minoterie Lhoiry
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Moulin à blé ; puis minoterie Lhoiry' à pons (charente maritime 17800).

Moulin à blé ; puis minoterie Cailliet
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Moulin à blé ; puis minoterie Cailliet' à pons (charente maritime 17800).

Moulin à blé ; puis distillerie d'eaux-de-vie de cognac Perrier
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Moulin à blé ; puis distillerie d'eaux-de-vie de cognac Perrier' à pons (charente maritime 17800).

Maison du 16e siècle, autrefois rue Vieille-Prison, réédifiée près du jardin public
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Maison du 16e siècle, autrefois rue Vieille-Prison, réédifiée près du jardin public' à pons (charente maritime 17800).

Laiterie et fromagerie industrielles de la Croix-Marron ; ferme
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Laiterie et fromagerie industrielles de la Croix-Marron ; ferme' à pons (charente maritime 17800).

Hôtel Kervilio-Broussard
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Hôtel Kervilio-Broussard' à pons (charente maritime 17800).

Fonderie de la Roulette ; puis usine de préparation de produit minéral Avébène, actuellement Ashland-Avébène
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Fonderie de la Roulette ; puis usine de préparation de produit minéral Avébène, actuellement Ashland-Avébène' à pons (charente maritime 17800).

Eolienne sise au lieudit "Le Clône"
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Eolienne sise au lieudit "Le Clône"' à pons (charente maritime 17800).

Eglise Saint-Vivien
Dans la partie basse de la ville, au sud, Eglise paroissiale de Saint-Vivien, ancien prieuré, romano-ogival du XIIe siècle. La façade offre à la première assise un portail à cinq voussures romanes et deux portes simulées, style ogival.

Ancien hôpital des Pèlerins
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien hôpital des Pèlerins' à pons (charente maritime 17800).

Distillerie du Donjon
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Distillerie du Donjon' à pons (charente maritime 17800).

Distillerie d'eaux-de-vie de cognac Laroche, puis Laroche-Thirier
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Distillerie d'eaux-de-vie de cognac Laroche, puis Laroche-Thirier' à pons (charente maritime 17800).

Château du Fa (ancien)
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Château du Fa (ancien)' à pons (charente maritime 17800).

Château des Egreteaux, dit château d'Usson
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Château des Egreteaux, dit château d'Usson' à pons (charente maritime 17800).

Château (ancien) , actuellement Hôtel de Ville
Pons n'est aujourd'hui qu'un chef-lieu de canton de l'arrondissement de Saintes ; il ne reste plus du château de la Sirauté que le donjon, grosse tour carrée servant de prison; la ville s'étend dans un vallon riant, sur la rive gauche de la Seugne.