Monuments et patrimoine Deux sevres

Histoire

Avant l'invasion romaine, il est probable que le territoire, actuellement occupé par le territoire des Deux-Sèvres, était habité par les Pictes ; ce pays fut plus tard nommé Pictavia, d'où le mot Poitou tire son origine. Les Pictes furent bien traités par les Romains, soutinrent différentes luttes, et furent compris dans la seconde Aquitaine sous le règne de l'empereur Honorius. Après avoir subi les invasions des Allemands, des Huns et des Visigoths, ce pays passa sous la domination de Clovis, le vainqueur de la bal aille de Vouillé. Pendant toute la période mérovingienne, l'histoire du Poitou ne présente aucun fait saillant. En 618, il fut réuni à la couronne par Clotaire II. Ce fut dans les plaines de Poitiers qu'au VIIIe siècle, les Sarrasins durent fuir devant Charles Martel. Charlemagne érigea le Poitou en comté, et bientôt, sous ses successeurs, apparurent ces seigneurs du Niortais, du Bressuirois et du Mellois, qui se rendirent plus ou moins indépendants, mais que réunit indissolublement leur haine contre les Anglais.

Ce fut en 1152 qu'un mariage fit tomber le Poitou au pouvoir du roi d'Angleterre, et bien qu'il eût été reconquis par Philippe-Auguste, en 1206, le honteux traité de Brétigny le ramena sous la domination étrangère ; ce pays ne revint définitivement à la couronne que pendant le règne de Charles V et grâce aux victoires de Duguesclin. Charles VIII établit dans le Poitou un gouvernement particulier. Cette province fut extrêmement agitée par les dissensions religieuses et devint le théâtre de faits de guerre importants. En 1588, ses principales villes tombèrent au pouvoir des protestants, mais l'avènement d'Henri IV au trône ramena une paix qui devait être encore une fois troublée. En 1621, sous le règne de Louis XIII, la prise de la Rochelle par Richelieu régla définitivement la question religieuse.

Le Poitou jouit d'une tranquillité assez parfaite jusqu'en 1792 ; mais à cette époque, la contre-révolution y trouva des partisans fanatiques. Bressuire, Parthenay, Thouars furent tour à tour saccagés et pillés par les divers partis, pendant les trois ans que dura la guerre vendéenne.

En 1790, lorsque l'Assemblée nationale décréta la nouvelle division départementale de la France, le département des Deux Sèvres fut formé du bas Poitou et de quelques parties de la Saintonge, de l'Aunis et des Marches.

Géographie

Territoire de transition entre le Massif armoricain et le Bassin aquitain, les Deux-Sèvres n'offrent pas d'unité géographique. Caractérisées par de faibles altitudes et des formes peu accentuées, elles comportent quatre types de régions qui diffèrent du point de vue géologique : le Bocage, au sol argileux, et la Gâtine, au sol granitique, appartiennent au Massif armoricain. Les plaines, à l'est et au sud du département, composées de sol calcaire, font déjà partie de l'Aquitaine.

Le Marais poitevin, territoire asséché, a été reconquis sur la mer. Le département doit son nom aux deux cours d'eau qui le traversent : la Sèvre Nantaise qui se dirige vers la Loire, et la Sèvre Niortaise qui va directement à l'océan, se ramifiant en d'innombrables bras. Le climat, humide et doux, subit des influences aquitaines et armoricaines. Le département a une vocation agricole nettement marquée. L'élevage domine (le cheptel de chèvres est le premier de France). Les cultures fourragères et céréalières sont dominantes. L'industrie alimentaire - laiteries et abattoirs - est le complément de l'agriculture. L'industrie chimique, la métallurgie et le textile sont les autres branches de l'activité industrielle.

Les arts

La préhistoire a laissé dans les Deux-Sèvres un grand nombre de vestiges (certains tumulus sont célèbres, comme celui de Bougon). La domination romaine, pourtant bénéfique, n'a laissé que peu de traces remarquables. L'art roman poitevin est particulièrement abondant : à côté de prestigieux sanctuaires (Javarzay, Melle, l'abbatiale d'Airvault, Verrines-sous-Celles...), un grand nombre d'églises plus modestes jalonnent la campagne.

L'art gothique est moins riche mais néanmoins bien représenté par les églises Notre-Dame de Niort et de Bressuire, la collégiale St-Maurice d'Oiron et la chapelle du château de Thouars. Une place à part doit être faite aux abbatiales de Cellessur-Belle, avec son superbe portail polylobé, et de Saint-Maixent; édifices ruinés et restaurés au 17ème dans le goût gothique. L'architecture féodale est illustrée par des monuments remarquables. Le donjon de Niort, le château du Coudray-Salbart, les portes fortifiées de Parthenay.

Il convient de citer des châteaux moins anciens : Javarzay, Oiron, Saint-Loup sur Thouet, Melzéar à Paizay-le-Tort, les Ouches à Saint-Génard et surtout Thouars dominant le Thouet. Dans l'ensemble du département existent enfin de nombreux logis poitevins : manoirs, fermes fortifiées et pigeonniers d'un grand intérêt. Des ensembles médiévaux ont résisté aux guerres et aux destructions : villages anciens d'Exoudun, d'Auge, de Saint-Christophe-la-Cigogne; Melle, outre son caractère médiéval, est devenu un centre artistique important. Un peu partout renaissent foires artisanales, groupes folkloriques, artisanat d'art, qui remettent à l'honneur la vie et les traditions du passé.

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Deux sevres
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
Cimetières du Mellois, un site consacré à la visite des cimetières du Sud Deux Sèvres. cimetières du mellois
Cimetières du Mellois, un site consacré à la visite des cimetières du Sud Deux Sèvres.

Lire la suite : cimetières du mellois
publié le : 2011-12-03 17:49:41