paris

Paris, capitale de tout le royaume, et chef-lieu de la Seine, département formé d'une partie de l'ancienne province de l'Ile de France, porte:

De gueules, au navire antique d'argent, cognant sur des ondes de même; au chef semé de France.

La ville de Paris était en possession de ces armoiries longtemps avant que l'ordonnance des commissaires du conseil, en date du 2 février 1699, les eût légalement fixées. On les retrouve, telles que nous les donnons, sur une médaille de Louis XII. Le père Ménétrier, en répétant, d'après les auteurs qui l'ont précédé, qu'elles ont été accordées aux échevins de la capitale par Philippe-Auguste, en 1190, époque de la création de ces magistrats municipaux, ajoute qu'on y mit la figure d'un navire " parce que l'ile du Palais, ou se trouve la cathédrale, a cette forme. " D'autres ont supposé, assez gratuitement, que ce navire était l'attribut d'Isis, dont le culte aurait été apporté par des Égyptiens ou des Grecs sur les bords de la Seine, antérieurement à l'invasion romaine. Mais Félibien, dans sa dissertation sur l'origine de l'hôtel de ville de Paris, nous paraît démontrer, d'une manière bien autrement satisfaisante, que la figure du navire, ou, plus exactement, de la barque antique que l'on voit sur ces armes, n'est que l'emblème qui existait sur le sceau de la corporation de marchands, qui précéda les échevins dans l'administration de la ville, corporation qui s'intitulait la Marchandise d'eau, parce que le commerce de Paris, déjà considérable alors, se faisait à peu près exclusivement par la voie de la Seine, et qui existait déjà, sous le nom de Nautae parisiaci, du temps de l'empereur Tibère, comme l'atteste un monument trouvé, en 1710, dans des fouilles faites sous le chœur de Notre-Dame. La légende: Marchandise d'eau de Paris, subsista sur le sceau municipal jusque sous Charles VI.

Capitale de la peuplade celto-belge des Parisii, Lutèce (Lutetia), dont le nom paraît avoir été formé du mot latin Lutum, boue, à cause des marais qui l'a voisinaient, n'était encore, à l'époque de la complète des Gaules, qu'un bourg qui n'occupait même pas toute l'île de la Cité. Incendié par ses habitants, qui s'étaient soulevés contre la domination romaine, ce bourg fut rebâti et fortifié par César. Au quatrième siècle, Julien, étant gouverneur des Gaules, fit de Paris sa résidence favorite. En 465, Chilpéric I en chassa les Romains, et, trente ans plus tard, Clovis y établit le siège de son gouvernement. Mais ce n'était plus, sous les derniers rois de la première race, que la capitale de la Neustrie, et, sous Charlemagne, que le chef-lieu d'un comté qui fut réuni plus tard, sous Charles le Chauve, au duché de France. Paris, au neuvième siècle, eut fort à souffrir des ravages des Normands et de la famine. Au douzième, Louis le Gros fit élever autour des faubourgs qui s'étendaient sur les deux rives de la Seine, une première enceinte qui tut bientôt remplacée par une plus vaste, due à Philippe-Auguste. L'université de Paris, la première qu'il y ait eu en Europe, fut fondée vers l'an 1200, et, peu après cette époque, on commença à distinguer la Cité proprement dite qui occupait l'île, de la Ville qui s'étendait sur la rive droite, et du quartier de l'Université qui s'était bâti sur la rive gauche. L'accroissement de la population devint si rapide, qu'en 1367, Charles V, quand il partagea Paris en seize quartiers, dut lui donner une nouvelle enceinte, et qu'en 1418, la peste y fit périr cent mille personnes. Deux ans après, la capitale de la France tomba au pouvoir du roi d'Angleterre, qui la garda jusqu'en 1436. L'histoire de Paris présente encore dans le siècle suivant, après l'épouvantable Saint-Barthélemy, la journée des barricades de 1588, et les sièges de 1589 et 1593; au dix-septième, les troubles de la Fronde ; au dix-huitième, les plus terribles scènes du drame révolutionnaire. Dans notre siècle, après le brillant passage de Napoléon, Paris a vu deux fois entrer dans ses murs, le 30 mars 18H, et le 7 juillet 1815, les armées de l'Europe coalisée; et, en 1830 enfin, ses habitants tenir pendant trois jours entre leurs mains les destins de la France.

Source : Armorial national de France par Léon Vaisse, Traversier 1842/1860.

Paris, Lutetia Parisiorum, ville capitale de la France, résidence du souverain, siège du gouvernement, du sénat et du corps législatif, d'un archevêché, de la cour de cassation, de la cour des comptes, d'une cour impériale, de tribunal de première instance et de communes, d'une académie universitaire, des principaux corps savants de l'empire, quartier général du premier corps d'armée et de la première division militaire, et Chef lieu du département de la Seine, est situé, par 0° longitude, et 48° 50' latitude Nord, sur la Seine, qui le traverse Sud Est au Nord Est.

Géographie

 

Partagé par ce fleuve qui y forme deux îles, l'ile Saint-Louis et celle de la Cité, en deux parties inégales dont la plus considérable est au Nord

Paris est entoure d'une enceinte bastionnée, de 40 Kilomètres de circuit, construite sous Louis-Philippe de 1840 à 1846, et protégée par des forts détachés.

Une loi du 16 juin 1859, mise à exécution le 1er janvier 1860 a porté les limites de la ville jusqu'à l'enceinte fortifiée et supprimé les communes d'Auteuil, Passy, les batignolles-Monceaux, Montmartre, la Chapelle, la Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Vaugirard et Grenelle. Cette même loi a divisé la ville en 20 arrondissements municipaux, formant autant de canton.

Architecture

Les boulevards, dont un, récemment établi, le boulevard de Sebastopol, traverse presque toute la ville du Nord au Sud, sont un des ornements de cette capitale. Elle est percée d'environ 1,500 rues, dont la plus belle, celle de Rivoli, s'étend, en ligne droite ou légèrement inclinée, sur une longueur de 2 575 m. Une vingtaine de passages. offrent des galeries couvertes en vitrages. Parmi les places publiques, au nombre d'environ 80, celle de la Concorde est ornée d'un obélisque égyptien, la place Vendôme d'une colonne fondue avec les canons pris à l'ennemi et surmontée de la statue de Napoléon Ier, et la place des Victoires d'une statue équestre de Louis XIV.

La Seine est encaissée par des quais magnifiques, plantés d'arbres et au bas desquels sont des ports. La partie Nord et la partie Sud de la ville communiquent entre elles par 22 ponts, dont le dernier, le pont de Solférino, a été construit en 1858-59.

 

Les églises les plus remarquables sont l'église métropolitaine de Notre-Dame dont la première pierre a été posée en 1163, mais dont le vaisseau appartient à la belle architecture ogivale du XIIIe siècle, dans l'île de la Cité; Saint-Germain l'Auxerrois, Saint-Eustache, la Madeleine et Saint-Roch sur la rive droite de la Seine Saint-Germain des Pres, Saint-Etienne du Mont, Sainte-Clotilde, Saint-Thomas d'Aquin, Saint-Sulpice et Sainte-Geneviève.

Sur la rive gauche Les palais qui embellissent Paris sont ceux des Tuileries et du Louvre, réunis par Napoléon III en 1852-55, le Palais-Royal, l'Elysée-Napoléon, les palais de l'industrie, de la Bourse et du Tribunal de commerce, sur la rive droite, et les palais du Corps législatif, de la légion d'honneur, du Conseil d'état et de la Cour des comptes, de l'institut, des Beaux-Arts et du Sénat, sur la rive gauche, et le palais de Justice dans l'île de la Cité.

Outre ces palais, l'hôtel de ville, les hôtels des ministères, de la Monnaie, des Invalides, et un grand nombre d'hôtels particuliers, sont des monuments remarquables.

Paris a 4 arcs de triomphe, la porte Saint-Denis, la porte Saint-Martin, l'arc du Carrousel et l'arc de l'Etoile; 17 hôpitaux, dont les principaux sont ̃l'hôtel-Dieu, Cochin, Necker, Beaujon, la Pitié, la pliante, Saint-Louis, la Salpetrière et les Quinze-Vingts; 11 hospices, 6 halles, un grand nombre de marchés, 2097 fontaines publiques, des égouts voûtés en maçonnerie sous la plupart des rues, et des catacombes.

 

Culture

 

Le nombre des théâtres est considérable les principaux sont l'opéra, le Théâtre-Français, l'Odéon, l'opéra-Comique et le Théâtre Italien. Les établissements littéraires, scientifiques et des arts, et les principaux établissements d'enseignement sont l'institut de France, le Collège de France, les Facultés des lettres, des sciences et de théologie, l'école polytechnique, l'école normale supérieure, les Écoles d'état major, de droit, de médecine et de chirurgie, dos Ponts et Chaussées, des Chartes, des Langues orientales vivantes, des Mines, des Beaux-Arts, l'école centrale, le Jardin des Plantes ou Muséum d'histoire naturelle, le séminaire de Saint-Sulpice, l'école des Carmes, le Conservatoire de musique et de déclamation.le Conservatoire d'arts et métiers, l'Athénée, la Société asiatique et diverses autres sociétés savantes les cinq lycées Louis-le-Grand, Napoléon, Saint-Louis, Charlemagne et Bonaparte,l'institution libre de l'Im maculée-Conception de Vaugirard, les trois collèges Rollin, Stanislas et Chaptal, et le petit séminaire.

Les principales bibliothèques publiques sont la bibliothèque Impériale contenant 2000000 de volumes imprimés et 200000 manuscrits, la bibliothèque de Sainte-Geneviève, la bibliothèque Mazarine, la bibliothèque de la Sorbonne et celle de l'Arsenal.

Les musées, au nombre de cinq, sont ceux du Louvre, du Luxembourg, des Thermes et de l'hôtel de Cluny, d'artil lerie et d'histoire naturelle.

Les promenades sont les boulevards, les jardins des Tuileries et du Luxembourg, le Jardin des Plantes, les Champs-Elysées, le bois de Boulogne et le bois de Vincennes, récemment convertis en vastes jardins anglais.

L'industrie parisienne est très-variée ses principaux produits sont tous les objets de luxe, de mode et de goût dits articles de Paris.

Histoire

 

César nous apprend dans ses Commentaires qu'il assembla les peuples de la Gaule, l'an 53 de J. C., à Lutèce, ville des Parisiens, située sur une île de la Seine. Le christianisme y fut apporté à la fin du 1er siècle de J. C., par saint Denis, qui y mourut martyr et en fut le premier évêque. Cette ville avait acquis le rang de cité lorsque l'empereur Julien y résida, de 555 à 561, dans un palais dont les restes sont appelés Palais des Thermes. Elle fut préservée, quand Attila ravagea la Gaule, de l'invasion des Huns, en 451, par sainte Geneviève, qui en devint la patronne. Clovis y arriva en 486 et en fit la capitale de son royaume en 508. Après sa mort, l'un des quatre royaumes formés de la division de son héritage fut appelé royaume de Paris.

Les derniers Mérovingiens ne demeurèrent pas habituellement à Paris, et, sous Charlemagne, cette ville n'était plus que le chef lieu d'un comté. La puissance des comtes de Paris s'accrut au IXe siècle, et ils devinrent ducs de France en même temps que comtes de Paris. Cette ville fut ravagée par les Normands en 845, 855, 861, et soutint en 885 un long siège, pendant lequel elle fut courageusement défendue par l'évêque Goslin et le comte Eudes.

L'avénement au trône de Hugues Capet, comte de Paris, en 987, assura la prépondérance politique de cette ville. Elle prit successivement un grand accroissement sous Louis VII, Philippe Auguste, saint Louis et Philippe le Bel. Elle fut, de 1411 à 1418, le foyer des factions des Armagnacs et des Bourguignons.

En 1420 elle devint la proie des Anglais, qui la gardèrent jusqu'en 1456, où elle leur fut reprise par Charles VII. Elle souffrit, au XVIe siècle, des guerres de religion, et fut le théâtre du massacre de la Saint-Barthélemi en 1572, et de la Journée des barricades en 1588. Henri IV l'assiégea en 1589 et en 1593, et y entra en 1594. Paris fut agité par les troubles de la Fronde, pendant la minorité de Louis XIV, sous lequel la cour et le siège du gouvernement furent transférés à Versailles. La Révolution fut inaugurée à Paris par la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. La fédération du Champ-de-Mars y eut lieu en 1790. La prise des Tuileries, le 10 août 1792, y fut suivie de l'abolition de la royauté et de la proclamation de la république la même année. Louis XVI et la reine Marie-Antoinette y furent guillotinés en 1795, l'empire y fut établi en 1804, les alliés y entrèrent en 1814, et Louis XVIII y reprit possession de la couronne cette même année.

Napoléon Ier y rentra en mars 1815, les alliés, après la bataille de Waterloo, le 7, et Louis XVIII lu 8 juillet suivant. L'insurrection des 27, 28 et 29 juillet 1830 y renversa le trône de la branche aînée des Bourbons, à laquelle se substitua la ligne cadette d'Orléans, qui y fut précipitée du pouvoir à son tour par la révolution de février 1848. Une nouvelle république fut alors proclamée.Elle fut détruite en 1852 par le rétablissement de l'empire.

Douze conciles ont été tenus à Paris : le premier s'y assembla en 360, et le dernier y fut réuni en 1811 par Napoléon Ier sans l'autorisation du pape. Le concordat par lequel Bonaparte, premier consul, réconcilia la France avec l'Eglise catholique a été signé à Paris en 1801, et deux célèbres traités y ont été conclus entre la France et les puissances alliées en 1814 et 1815. La paix y a été signée, en 1856, après l'expédition de Crimée, entre les plénipotentiaires de la France, de l'Angleterre, de l'Autriche, de la Prusse, de la Sardaigne, de la Turquie et de la Russie.

Cette capitale a été considérablement embellie par Napoléon III.

  • Titre : Nouveau dictionnaire d'histoire et de géographie anciennes et modernes.
  • Éditeur : Lecoffre et fils (Paris)
  • Date d'édition : 1868

NB : certaines informations ont évolués depuis 1868.

Eglise Saint-Roch

Quoique l’origine de cette église ne se perde pas dans la nuit des temps, quoique sa construction n’ait rien de commun avec les vénérables et majestueuses basiliques qui attestent la sublimité de l’art chrétien, cependant son histoire offre diverses particularités qui ne seront peut-être pas sans intérêt pour nos lecteurs.

Immeuble 51-55 rue Raynouard 38 rue Berton

Immeuble entièrement construit en béton armé par les frères Perret entre 1928 et 1930 à la place de l'hôtel particulier dans lequel vivait Auguste Perret. La façade est décorée par un groupe sculpté par André Abbal. Au dernier étage se trouve l'appartement d'Auguste Perret. Dans l'entrée de l'immeuble, un escalier hélicoïdal permet d'accéder au premier sous-sol.

Ancien hôtel Mezzara

Hôtel particulier construit de 1910 à 1911 par l'architecte Hector Guimard pour Paul Mezzara, industriel du textile et créateur de modèles de dentelles. Abritant un cours privé entre les deux guerres, l'hôtel sert depuis 1956 d'annexe à l'internat du Foyer des Lycéennes, dépendant de l'Education nationale.

Eglise Saint-Louis-en-l'Ile

L'extérieur de cet édifice ne présente rien d'imposant, ni même de gracieux. Son architecture gréco-romaine naturellement lourde, les maisons particulières qui l'avoisinent et dans lesquelles il est enchâssé, la hauteur de ces mêmes habitations particulières, la rue trop peu large dont il forme, en ce point, un des côtés, ne contribuent pas médiocrement a déprécier son aspect.

Hôtel de Vogüé

Le comte Laurent-Charles-Arthur de Vogüé acheta, en 1878, une parcelle de 980 m2 bordant la rue de Martignac. Cet homme de goût, qui était également un artiste, s’adressa à Ernest Sanson et lui demanda de construire une demeure sur le terrain. Sanson présentera ses dessins au printemps 1882. Les premiers travaux furent effectués au début du mois de septembre 1882 et le gros œuvre réalisé l’année suivante.

Collège des Ecossais (ancien)

L'évêque de Murray en Écosse, David, avait établi quatre bourses au collége du cardinal Lemoine pour des étudiants écossais. Quelques années plus tard, vers l'an 1333, Jean, successeur de David, retira ces boursiers de ce collège, et il les plaça dans une maison de la rue des Amandiers. Cette maison fut érigée en collège, lorsque le schisme d'Angleterre venant à éclater, un grand nombre de jeunes écossais, abandonnant pour Dieu fortune et patrie, vinrent chercher un asile à Paris.

Cathédrale Notre Dame

Les origines de la cathédrale de Paris, malgré les savants travaux déjà publiés, sont encore très obscures. Dans les premiers siècles de notre ère, un temple païen s'élevait sans doute à l'extrémité orientale de l’île, appuyé en partie aux murailles de la cité. Plusieurs autels y étaient dressés aux dieux des Gaulois et à ceux des Romains, à Edus, au Taureau trigaranus, à Cernunnos, ainsi qu'à Jupiter, Vulcain, Mercure, Castor et Pollux ; un autre était consacré à Tibère. Les fouilles exécutées en 1711 pour la construction d'un caveau sous le choeur de la cathédrale ont fait découvrir quelques restes de ces autels.

Immeubles Agar

Groupe de sept immeubles de rapport construits par l'architecte Hector Guimard en 1911 pour la Société immobilière de la rue Moderne (J. Nacut et E. de Bosson, entrepreneurs) . Chaque immeuble compte six étages carrés et deux étages sous combles.