Monuments et patrimoine Calvados

Histoire

CalvadosLe département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790, en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d'une partie de l'ancienne province de Normandie. On envisagea un temps de le nommer « Orne-Inférieure », avant de choisir son nom actuel.

Rome, quand elle envahit les Gaules, trouva dans le territoire actuel du, Calvados les Baïocasses, au Nord, les Lexoviens, à l'Est ; elle les soumit sans grands efforts, mais sans pouvoir se les attacher. Dès le Ve siècle, en effet, on voit ces populations s'agréger aux cités armoricaines, et ce fut la rude invasion des Francs qui les relia au système politique qui devait bientôt constituer la Neustrie. Lorsque la conquête normande eut détourné cette portion de territoire du reste de la monarchie des Francs, la Basse-Normandie, que représente à peu près le Calvados, se changea en un foyer de luttes sanglantes et de domination féodale. Les descendants de Guillaume le Conquérant, devenus Anglais, se disputèrent d'abord entre eux ce riche pays ; puis ils le ravagèrent, quand les rois de France l'eurent confisqué. Les guerres de religion y portèrent plus tard leurs déplorables violences et provoquèrent plus d'un soulèvement parmi les paysans écrasés par d'injustes impôts ; telle fut la révolte des Gauthier et des Nupieds que dompta le maréchal de Gassion plus encore par les supplices que par les armes. Quand le calme eut reparu, la Dive marqua la séparation de la Basse-Normandie proprement dite qui se subdivisa en plusieurs petits pays :

le Bessin, pays de Bayeux, le pays d'Auge, région de Falaise, le Bocage, région de Vire qui s'étend jusque dans l'Orne. Lors de la nouvelle division de la France, le territoire du Calvados prit le nom de département de l'Orne-Inférieure, mais peu de temps après, il reçut celui sous lequel il est connu aujourd'hui.

Histoire du département par par V.-A. Malte-Brun

Le département du Calvados ne possède pas, comme celui de la Seine-Inférieure (publié en 1881-1884), une cité dominante, dont l'antique importance se soit maintenue à travers les siècles et puisse donner à son histoire une véritable unité. Bayeux, Lisieux, Caen ont brillé tour à tour, et l'histoire du département ne peut être que l'histoire de ces villes. Nous nous contenterons donc de rapporter ici quelques faits généraux qui ne se rattachent point à l'histoire spéciale de ces localités.

Ce territoire était occupé, à l'époque de la conquête romaine, par trois populations principales les Baïocasses (environs de Bayeux), à l'ouest ; à l'est, les Lexoviens (Lisieux et son territoire) entre ces deux populations, se, placent les Viducasses. Soumis par un des lieutenants de César, ils vécurent sous la domination impériale jusqu'à la révolte de l'Armorique, au commencement du Ve siècle de l'ère chrétienne. A cette époque, les pays compris plus tard sous le nom de Bretagne et de Normandie formèrent une espèce de république fédérative, où chaque peuplade était gouvernée par des magistrats élus. Cette existence indépendante cessa à l'époque de la conquête de la Neustrie par Clovis ils suivirent, pendant cette période et pendant la période normande, les destinées générales de la Neustrie, devenue plus tard la Normandie.

Ce territoire, pendant cette dernière période, fut singulièrement agité habité par les plus fiers et les plus remuants des conquérants, il devint le foyer des révoltes qu'ils essayèrent contre l'autorité de leurs ducs. Cette contrée, réunie comme le reste de la province au royaume de France sous Philippe-Auguste, fut plus particulièrement exposée aux malheurs qu'amena l'invasion anglaise.

En 1346, Édouard III, roi d'Angleterre, conduit par un traître, Geoffroy d'Harcourt, ravagea le pays, pilla et incendia les villes. Sous Charles V, Charles le Mauvais, roi de Navarre et comte d'Évreux, qui possédait quelques points du territoire compris plus tard dans la circonscription du Calvados, agita encore la contrée. Réduit plus tard à se soumettre, il perdit ses domaines de Normandie, à l'exception de Cherbourg. Mais, sous Charles VI, le pays fut encore exposé aux malheurs de l'invasion étrangère. Débarqués à l'embouchure de la Touques, les Anglais renouvelèrent leurs anciennes dévastations mais c'était dans ce pays, si souvent ravagé par leurs armes, que devait se livrer la bataille qui mit fin à leur domination. Richemond les défit à Formigny près de Bayeux.

Depuis cette époque jusqu'à la Réforme, le pays jouit d'une assez grande tranquillité. Les guerres de religion le désolèrent de nouveau, à la même époque, les paysans, écrasés d'impôts et poussés au désespoir par l'excès de leur misère, se soulevèrent. Cette révolte, où des excès de toute sorte furent expiés par une répression plus cruelle encore, est connue sous le nom de révolte des Gauthiers. Plus tard, en 1639, ils reparurent sous le nom de Nu-îeds ; le maréchal de Gassion les soumit aisément et les supplices recommencèrent. Le pays resta calme depuis cette époque jusqu'à la Révolution. La Dives servait alors de ligne de démarcation aux deux grandes divisions du pays en haute et basse Normandie. La partie de la basse Normandie qui est enclavée dans le département se divisait en plusieurs contrées qui portaient le nom de Bessin (environs de Bayeux) plaine de Caen, pays d'Auge (environs de Falaise) ; et enfin le Bocage, qui s'étendait sur le territoire du département de l'Orne et comprenait, dans celui du Calvados, Vire et Condé.

Lors de la Révolution, le département du Calvados reçut d'abord le nom d'Orne-Inférieure et, bientôt après, celui qu'il porte aujourd'hui. Agité un moment, en 1793, par l'insurrection organisée à Caen par les girondins, le pays se soumit sans résistance à l'autorité de la Convention. Quelques parties du territoire. furent, plus tard, exposées aux ravages des chouans ; mais ces désordres partiels furent bientôt réprimés. Depuis cette époque, le Calvados s'est livré paisiblement aux travaux industriels et agricoles que favorise la nature excellente de cette contrée. Sauf quelques contributions de guerre qui n'ont pas dépassé 692,129 fr. 41, il a eu la bonne fortune d'échapper aux désastres de la guerre de 1870-1871. Source : La France illustrée, géographie, histoire, administration statistique par V.-A. Malte-Brun 1881-1884.

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Calvados
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.