Patrimoine historique de Caen

Blason ville de CaenCaen, ci-devant capitale de la basse Normandie, et aujourd'hui chef-lieu du Calvados, département formé du pays d'Auge, du Bessin, de la campagne de Caen et du Lieuvain, porta jusqu'en 1830 :

Coupé, de gueules et d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or, deux et une.

Ces armes ont été changées sur un vote du conseil municipal, et la ville porte aujourd'hui :

De gueules, à la tour crénelée de sept pièces, donjonnée d'une tourelle d'argent crénelée de cinq pièces, ouverte, ajourée et maçonnée de sable.

Quoiqu'on ne puisse préciser la date de la fondation de Caen (Cadomus), on ne la suppose cependant pas antérieure au sixième siècle. Cette ville paraît avoir été bâtie sur les débris d'une cité que les Romains désignaient sous le nom de Civitas Viducassium, et qui fut ruinée par les Saxons. Ceux-ci élevèrent ou laissèrent élever la nouvelle ville, et la nommèrent Cathem, ce qui, dans leur langue, signifiait demeure de guerre. C'était déjà une place importante a l'époque de la cession de la Neustrie aux Normands. Elle prit, sous Guillaume le Conquérant, dont elle possède encore le tombeau, un nouvel accroissement. Plus tard, les Anglais l'occupèrent à deux reprises. Ils en furent chassés définitivement, en 1449, par Dunois. Le roi d'Angleterre, Henri VI, l'avait, en 1431, dotée d'une université, à laquelle elle dut ce caractère de ville savante qu'elle a toujours conservé depuis.

La ville de Caen, ancienne capitale de la Basse-Normandie, aujourd'hui chef-lieu du département du Calvados et siège d'une cour royale, est assise au milieu des beaux herbages qui constituent la principale richesse territoriale de la contrée.

La mer en est éloignée de trois lieues, et des navires d'un assez fort tonnage remontent, à l'aide des marées, jusque dans son port, formé par le confluent de l'Orne et de l'Odon

Chaque cité a, comme les individus, un trait de physionomie qui la caractérise plus particulièrement, ce qui distingue surtout le chef-lieu du Calvados, c'est son excellent esprit d'éducation, peu de villes, en effet, possèdent proportionnellement un aussi grand nombre d'établissements scientifiques et littéraires, et ce n'est cependant qu'un faible reste de l'ancienne splendeur intellectuelle de la ville de Caen. Au moyen âge, son université jouissait d'une haute renommée, et les religieux de Saint-Etienne de Caen comptent parmi les plus célèbres conservateurs des sciences et des lettres.

Il faudrait beaucoup de pages pour faire connaître tout ce que cette ancienne cité normande et son histoire offrent d'intéressant; nous nous bornerons ici à quelques détails sur ses trois principaux monuments religieux : l'église Saint-Pierre, l'abbaye de Saint-Etienne, dite l'abbaye aux Hommes et l'abbaye de la Trinité, dite l'abbaye aux Dames. Cette dernière a été convertie en hôpital.

Eglise Saint-Pierre

Cette paroisse, appelée dans les anciens actes église de Darnetal, est une de celles dont la fondation est attribuée à saint Regnobert, dans le septième siècle. La forme de l'église primitive est absolument inconnue. L'église actuelle est l'ouvrage de plusieurs siècles; le choeur et une partie de la nef sont de la fin du treizième siècle, le reste de la nef et la tour, de l'an 1508. Le portail qui est sous cette tour date par conséquent du même temps. L'aile droite est de 1410, et l'aile gauche est postérieure de quelques années.

Les voûtes n'ont été faites qu'en 1521. Tous les connaisseurs admirent le beau travail des chapelles de l'abside ou rond-point. La tour et sa flèche sont d'une légèreté et d'une élégance remarquables, et, au sentiment de l'Anglais Dibdin, la fameuse tour de Salisbury ne peut être comparée à celle de Saint-Pierre.

Parmi les curieux détails de cette église, on remarque le chapiteau d'un des derniers piliers du côté gauche de la nef, on y voit, entre autres sujets :

  • Le philosophe Aristote marchant à quatre pattes, et portant sur son dos une jeune femme ; elle avait exigé de lui qu'il la conduisit, dans cette posture, jusqu'au palais d'Alexandre.
  • Tristan de Léonois, l'un des chevaliers de la Table Ronde, traversant la mer sur son épée, en guise de nacelle, pour aller trouver sa dame, et celle-ci l'attendant avec son chien sur le côté opposé.
  • Virgile dans un panier, suspendu à une muraille. Dans le moyen Age, ce poète passait pour un enchanteur. On lit dans un roman qu'ayant demandé un rendez-vous à une dame romaine, il ne l'obtint qu'à la condition qu'il entrerait chez elle de nuit, et de la manière représentée par le bas-relief. Lorsque le poète fut à moitié hissé, la maligne personne fixa la corde et laissa notre Virgile dans son panier; le lendemain malin il fut la risée de toute la ville de Rome.
  • Enfin, Lancelot Du Lac dans une charrette. Ce paladin de la Table-Ronde errait depuis long-temps pour trouver la reine Genèvre, qu'on avait enlevée, lorsqu'il rencontra un nain conduisant une charrette. Il s'empresse de lui demander des nouvelles de la reine, mais le nain refuse de le satisfaire à moins qu'il ne traverse la ville monté dans son équipage. Alors c'était un déshonneur de monter dans une telle voiture, que l'usage réservait aux seuls criminels.

« Il ne faut pas blâmer rigoureusement de tels ornements dans une église, » dit M. l'abbé de La Rue dans ses Essais historiques sur la ville de Caen, savant ouvrage où nous puisons la plupart des détails de notre article.« L'artiste avait certainement un but moral. Ces traits de nos anciens romans montrent les folies de l'amour, et comme dans les siècles de chevalerie on ne se nourrissait l'esprit que de la lecture de ces ouvrages, l'architecte aura cru donner une leçon utile par des représentations de celte espèce. »

Abbaye aux Dames

Le pape Nicolas II, craignant de susciter une guerre entre les Normands et les Flamands s'il eût cassé le mariage de Guillaume, duc de Normandie , avec Mathilde de Flandres sa cousine, leur en donna l'absolution, mais il leur enjoignit pour pénitence de construire deux monastères de l'un et de l'autre sexe. Guillaume édifia un monastère d'hommes sous l'invocation de saint Etienne, et Mathilde une abbaye de femmes. Le 18 juin 1066, l'église de cette dernière abbaye fut dédiée à la Sainte Trinité. Dans la première charte de dotation, qui est du même jour, Guillaume ne prend pas le litre de roi; ce fut au mois d'octobre suivant qu'il conquit l'Angleterre.

En 1083, la reine Mathilde fut inhumée dans cette abbaye. En 1562, les protestants ayant renversé son tombeau, l'abbesse, Anne de Montmorency, recueillit les ossements elles et les replaça dans le cercueil. En 1708, un deuxième mausolée fut élevé sur ce cercueil, mais il fut abattu pendant la révolution à cause des armes de Normandie qui y figuraient. La dépouille de la reine avait été respectée, et en 1819 on construisit un troisième tombeau.

Nous choisissons dans les curieuses annales de cette celébre abbaye l'épisode suivant, où l'on trouve le menu d'un banquet du vieux temps.

L'abbesse de Caen devait jadis, le jour de la Trinité, donner à dîner à tous les habitants de la paroisse de Vaux-sur-Seulles, et même a leurs domestiques, s'ils avaient un domicile d'un an et un jour dans cette paroisse.

Ce dîner avait lieu dans l'intérieur de l'abbaye. Les convives se lavaient les mains dans une cuve pleine d'eau ; ensuite, lorsqu'ils étaient assis à terre, on étendait une toile devant eux ; on leur servait chacun un pain de 21 à 22 onces, puis un morceau de lard pelé et bouilli, ayant un demi-pied carré, ensuite chacun une ribelette de lard rôti sur le gril, et une esculée (écuelle pleine) de mortreux fait et pain et de lait, et enfin à boire tant qu'ils voulaient, cidre ou cervoise (bière). Le dîner durait trois ou quatre heures. Mais l'ivresse des paroissiens de Vaux-eu-Seulles occasionnant de graves désordres, Charles VII convertit le dîner en une renie de 30 livres à payer au trésor de Vaux, et en un service solennel, le lendemain de la Trinité, pour les défunts de la paroisse, auquel assistaient six des habitants qui dînaient à table.

Abbaye aux Hommes

Cette abbaye, remarquable par la régularité et le caractère grave de son architecture, fut dédiée à saint Etienne en l'année 1077. Les deux belles flèches qui la surmontent, et les bas-cotés de la nef, sont plus modernes de deux siècles. Comme le tombeau de Mathilde, celui de Guillaumele-Conquérant, inhumé dans cette abbaye, fut renversé deux fois et aux mêmes époques. C'est donc un troisième mausolée que l'on y voit aujourd'hui.

Le monastère de Saint-Etienne fournit dès son origine, et dans les siècles suivants, des hommes célèbres par leurs talents et parleurs vertus; on en fut redevable à saint Lanfranc, qui en fui le premier abbé. Il ouvrit à Caen une école où se formèrent nombre d'hommes versés dans les lettres, et qui en répandirent le goût, tant eu Normandie qu'en Angleterre.

Caen, ci-devant capitale de la basse Normandie, et aujourd'hui chef-lieu du Calvados, département formé du pays d'Auge, du Bessin, de la campagne de Caen et du Lieuvain, porta jusqu'en 1830:

Coupé, de gueules et d'azur, chargé de trois fleurs de lis d'or, deux et une.

Ces armes ont été changées sur un vote du conseil municipal, et la ville porte aujourd'hui:

De gueules, à la tour crénelée de sept pièces, donjonnée d'une tourelle d'argent crénelée de cinq pièces, ouverte, ajourée et maçonnée de sable.

Quoiqu'on ne puisse préciser la date de la fondation de Caen (Cadomus), on ne la suppose cependant pas antérieure au sixième siècle. Cette ville parait avoir été bâtie sur les débris d'une cité que les Romains désignaient sous le nom de Civitas Viducassium, et qui fut ruinée par les Saxons. Ceux-ci élevèrent ou laissèrent élever la nouvelle ville, et la nommèrent Cathem, ce qui, dans leur langue, signifiait demeure de guerre. C'était déjà une place importante à l'époque de la cession de UNeustrie aux Normands. Elle prit, sous Guillaume le Conquérant, dont elle possède encore le tombeau, un nouvel accroissement. Plus tard, les Anglais l'occupèrent à deux reprises. Ils en furent chassés définitivement, en-1449, par Dunois. Le roi d'Angleterre, Henri VI, l'avait, en 1431, dotée d'une université, à laquelle elle dut ce caractère de ville savante qu'elle a toujours conservé depuis.

Description de Caen

Caen, commune Française du département calvados avec 85 sites répertoriés ou simplement présentés pour leur caractère remarquable.

Vous trouverez dans le menu et en bas de page les liens vous menant sur les fiches de description.

Catumagos, de catu (combat) + magos (plaine ou marché agricole), puis Cadunum. Présence templière avérée.

On compte 7 lieux-dits à Caen : le chateau ; grand clos saint germain ; le clos charmant ; le clos du poteau rouge ; le clos joli ; les allees du nice caennais ; petit clos saint germain.

Edifices, monuments classés à Caen

Bâtiments classés de Caen (Source open data), Caen possède 89 bâtiments ou espaces classés. On peu citer :

  1. (Reine-Mathilde (place de la)) référence officielle : PA00111123 ;
  2. Ancienne abbaye aux Hommes référence officielle : PA00111124 ;
  3. Chapelle Sainte-Paix (Marais (rue du)) référence officielle : PA00111125 ;
  4. référence officielle : PA00111126 ;
  5. référence officielle : PA00111127 ;
  6. Ancien clos des Coutures (Ouistreham (rue de) 3) référence officielle : PA00111128 ;
  7. Ancien couvent de la Visitation et ancienne caserne de cavalerie référence officielle : PA00111129 ;
  8. Eglise Notre-Dame ou de la Gloriette référence officielle : PA00111130 ;
  9. Eglise Notre-Dame-de-Froide-rue (ancienne) ou Saint-Sauveur : classement par liste de 1889 référence officielle : PA00111131 ;
  10. référence officielle : PA00111132 ;
  11. Eglise Saint-Gilles (vestiges de l'ancienne) : classement par liste de 1862 référence officielle : PA00111133 ;
  12. Eglise Saint-Jean Eglise Saint-Jean : classement par liste de 1840 référence officielle : PA00111134 ;
  13. (Saint-Martin (rue) 42, 44) référence officielle : PA00111135 ;
  14. Eglise Saint-Michel-de-Vaucelles (Eglise-de-Vaucelles (rue de l') ; Branville (rue)) référence officielle : PA00111136 ;
  15. référence officielle : PA00111137 ;
  16. Eglise Saint-Ouen référence officielle : PA00111138 ;
  17. Eglise Saint-Pierre Eglise Saint-Pierre : classement par liste de 1840 référence officielle : PA00111139 ;
  18. référence officielle : PA00111140 ;
  19. Enceinte de la ville (Saint-Julien (promenade)) référence officielle : PA00111141 ;
  20. (Jean-Eudes (rue) 20, 22) référence officielle : PA00111142 ;
  21. (Saint-Sauveur (place) 19) référence officielle : PA00111143 ;
  22. (Cordeliers (rue des) 6) référence officielle : PA00111144 ;
  23. référence officielle : PA00111145 ;
  24. (Moulin (rue du) 6) référence officielle : PA00111146 ;
  25. (Saint-Pierre (place) 6, 10) référence officielle : PA00111147 ;
  26. (Bellivet (passage)) référence officielle : PA00111148 ;
  27. référence officielle : PA00111149 ;
  28. référence officielle : PA00111150 ;
  29. (Croisiers (rue des) 13) référence officielle : PA00111151 ;
  30. (Gemare (rue) 7) référence officielle : PA00111152 ;
  31. (Gambetta (place)) référence officielle : PA00111153 ;
  32. référence officielle : PA00111154 ;
  33. référence officielle : PA00111155 ;
  34. (Saint-Sauveur (place) 20) référence officielle : PA00111156 ;
  35. Immeuble référence officielle : PA00111157 ;
  36. Immeuble référence officielle : PA00111158 ;
  37. Immeuble (Froide (rue) 4) référence officielle : PA00111159 ;
  38. Immeuble référence officielle : PA00111160 ;
  39. Immeuble (Jean-Eudes (rue) 22, 24) référence officielle : PA00111161 ;
  40. Immeuble (Saint-Martin (rue) 25) référence officielle : PA00111162 ;
  41. (Saint-Pierre (rue) 52) référence officielle : PA00111163 ;
  42. Immeuble (Saint-Pierre (rue) 54) référence officielle : PA00111164 ;
  43. Immeuble (Vauquelin (rue) 23) référence officielle : PA00111165 ;
  44. Maison (Ancienne-Halle (cour de l')) référence officielle : PA00111166 ;
  45. Maison (Arcisse-de-Caumont (rue) 26) référence officielle : PA00111167 ;
  46. Maison Sainte-Blaise (Basse (rue) 88) référence officielle : PA00111168 ;
  47. Maison dite des Gens d'Armes (Basse (rue) 161) La maison : classement par liste de 1862 référence officielle : PA00111169 ;
  48. Maison (Bayeux (rue de) 64) référence officielle : PA00111170 ;
  49. Maison (Bicoquet (rue) 10) référence officielle : PA00111171 ;
  50. Maison (Bicoquet (rue) 92) référence officielle : PA00111172 ;
  51. (Bras (rue de)) référence officielle : PA00111173 ;
  52. Maison (Croisiers (rue des) 8) référence officielle : PA00111174 ;
  53. Maison (Croisiers (rue des) 14) référence officielle : PA00111175 ;
  54. Maison (Croisiers (rue des) 26 ; Namps (rue aux)) référence officielle : PA00111176 ;
  55. Maison référence officielle : PA00111177 ;
  56. Maison (Fontette (place) 3) référence officielle : PA00111178 ;
  57. Maison référence officielle : PA00111179 ;
  58. Maison (Froide (rue) 33, 35) référence officielle : PA00111180 ;
  59. Maison (Froide (rue) 41) référence officielle : PA00111181 ;
  60. Maison dite des Templiers (Haute (rue) 45 ; anciennement Haute-Saint-Gilles (rue) référence officielle : PA00111182 ;
  61. Maison (Montoire-Poissonnerie (rue) 10) référence officielle : PA00111183 ;
  62. Maison (Namps (rue aux) 14) référence officielle : PA00111184 ;
  63. (Saint-Pierre (rue) 98) référence officielle : PA00111185 ;
  64. Maison (Saint-Sauveur (place) 10) référence officielle : PA00111186 ;
  65. Maison natale de Malherbe (Vauquelin (rue) 1 ; Malherbe (place)) référence officielle : PA00111187 ;
  66. référence officielle : PA00111188 ;
  67. (Masse (rue de la)) référence officielle : PA00111189 ;
  68. Palais de Justice (Fontette (place)) référence officielle : PA00111190 ;
  69. Pavillon de Beuvrelu (Saint-Gabriel (rue) 3) référence officielle : PA00111191 ;
  70. (Daniel-Huet (rue) 2) référence officielle : PA00111192 ;
  71. Prison Beaulieu référence officielle : PA00111193 ;
  72. Tour Guillaume-le-Roy référence officielle : PA00111194 ;
  73. (Abbatiale (rue de l') 3) référence officielle : PA14000027 ;
  74. (Engannerie (rue de l') 9) référence officielle : PA14000028 ;
  75. Ancienne chambre de commerce et d'industrie référence officielle : PA14000032 ;
  76. référence officielle : PA14000048 ;
  77. Eglise Saint-Julien référence officielle : PA14000061 ;
  78. (Jean-Gutenberg (rue)) référence officielle : PA14000051 ;
  79. référence officielle : PA14000055 ;
  80. Maison (Monnaie (rue de la) 9) référence officielle : PA14000073 ;
  81. Maison (Haldot (rue) 10) référence officielle : PA14000078 ;
  82. Maison référence officielle : PA14000079 ;
  83. Chapelle du Bon Sauveur référence officielle : PA14000064 ;
  84. Statue de Duguesclin (Saint-Martin (place)) référence officielle : PA14000065 ;
  85. Statue de Louis XIV (Saint-Sauveur (place)) référence officielle : PA14000066 ;
  86. Villa Baumier (Bagatelle (avenue de) 4) référence officielle : PA14000082 ;
  87. Bureau de poste Gambetta (Georges-Lebret (rue)) référence officielle : PA14000085 ;
  88. référence officielle : PA14000086 ;
  89. référence officielle : PA14000087
Attention cette liste est suceptible d'évoluer, les données présentées sont de 2013.

Lieux de culture à Caen

Musées de Caen, Caen dispose de 4 musées :

  • Musée de Normandie (Le Château 14000 caen)
    Ouvert du 1er novembre au 31 mai du mercredi au lundi de 9h30 à 18h, tous les jours les autres mois de 9h30 à 18h
    Fermeture annuelle : 1er janvier, dimanche de Pâques, 1er mai, Ascension, 1er novembre, 25 décembre
  • Musée de la Société des Antiquaires ( 14000 caen)
  • Musée de la Poste et des Techniques de communication (52, Rue Saint-Pierre 14000 caen)
    Ouvert toute l'année du mardi au samedi
    Fermeture annuelle : Jours fériés
  • Musée des Beaux-Arts (Le Château 14000 caen)
    Ouvert du mercredi au lundi de 9h30 à 18h
    Fermeture annuelle : 1er janvier, dimanche de Pâques, 1er mai, Ascension, 1er novembre, 25 décembre

Cinemas de Caen, Caen dispose de 3 salles de cinéma :

  • cinema lux ( ex studio du 7eme art) (av sainte therese, 14000 caen)
  • salle pierre daure (universite de caen, 14000 caen)
  • pathe lumiere (15 boulevard du marechal leclerc, 14000 caen)

Statistique Caen

Commune ou ville de :
Code postal de la ville : 14000
Code Insee : 14118
Longitude : -0.371958
Latitude : 49.184634
Population totale : 117157 habitants
lieu dit : 7
allee : 75
avenue : 55
boulevard : 23
chemin : 16
cours : 9
impasse : 32
place : 60
quai : 8
rond point : 5
route : 4
rue : 650
ruelle : 1
sentier : 1
square : 13

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec Caen
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
Abbaye aux Dames
A Caen, deux monuments ont le privilège d'attirer l'attention, Saint-Étienne et la Trinité, l'abbaye aux hommes et l'abbaye aux dames, le premier fondé par Guillaume le Conquérant, le second par la reine Mathilde, sa femme. Ces deux édifices rappellent naturellement le souvenir d'un des plus graves événements de l'histoire du moyen âge, la conquête de l'Angleterre.

Abbaye aux Hommes
Cette église, dite Abbaye aux Hommes, fut fondée en 1064 par Guillaume le Bâtard, duc de Normandie, qui voulait en faire le lieu de sa sépulture, et consacrée en 1077. L'extrémité occidentale, le corps tout entier et l'intérieur de l'édifice, à l'exception du choeur, qui appartient à la fin du 12e siècle et au commencement du 13e sont tels que les laissa le fondateur.

Hôtel d'Escoville
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien hôtel d'Escoville' à caen (calvados 14000). Les trois façades de la cour intérieure de ce monument son considérées par Palustre avec raison, comme l'une des merveilles de la Renaissance dans la ville de Caen

Hôtel Duquesnoy-du-Thon
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien hôtel Duquesnoy-du-Thon' à caen (calvados 14000). Cette construction importante, qui parait avoir été élevée à la fin du XVIe siècle par la famille Quesnay du Thon de Doux-Maresq, n'est généralement connue que par sa facade sagement ordonnée et un peu froide d’aspect

Manoir du Vaubenard
Jean-Baptiste de Bernières, chevalier, sieur de Vaubénard, avait été nommé premier échevin de la noblesse, le 15 mars 1692. Le nom de Vaubénard venait d'une terre et manoir que les Bernières possédaient sur la paroisse Saint-Gilles.

Manoir du Pont-Créon
Le manoir du Pont-Créon, daté de 1599, avec sa belle porte d'entrée, son pavillon à toit pyramidal, son grand colombier, type achevé d'une agréable gentilhommière, à la fois maison de ville et maison de campagne.

Église de Saint-Etienne-le-Vieux
Les églises de Saint-Étienne-le-Vieux et de Saint-Martin étaient des plus anciennes de la ville, puisqu'on en attribue la fondation à l'évêque saint Regnobert. L'église de Bayeux en avait le patronage. Eudes l'avait cédé par échange à sa belle-sœur Mathilde, et l'épouse de Guillaume en avait fait don à l'abbaye Sainte-Trinité.

Château, actuellement musées de Caen
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Château, actuellement musées de Caen' à caen (calvados 14000). Le Château de Caen fut bâti par Guillaume le Conquérant ; son fils Henri Ier ne fit qu'en exhausser les murs et construire le Donjon, qui a été abattu par un décret de la Convention du 6 août 1793.

Eglise Saint-Michel-de-Vaucelles
L'église de Saint-Michel-de-Vaucelles existait au temps de Guillaume-le-Conquérant, et dépendait alors des deux patronages héréditaires, de Milon, Maréchal de Venoix, et du curé de Vaucelles, Raoul. La duchesse Mathilde acquit le premier dont elle gratifia son abbaye naissante de Sainte-Trinité.

Prison Beaulieu
Henri fit donc construire à Caen pour les lépreux un hôpital que Robert du Mont appelle magnifique et auquel on donna le nom de Beaulieu à cause du bel emplacement où il fut élevé. A sa place on voit aujourd'hui une vaste maison centrale de détention ; il ne reste plus des édifices primitifs que les débris de la chapelle.

jardin botanique dit jardin des Plantes
Caen possède aussi un jardin des Plantes. Vers la fin du XVIIe siècle, un professeur de la faculté de médecine, nommé Callard de la Ducquerie, rassembla dans sou jardin environ 600 espèces de plantes. M. Marescot, qui lui succéda en 1718 , détermina en 1734 le maire et les échevins à concéder à la Faculté la place Dauphine, pour être convertie en jardin de plantes médicinales.

Château d'eau de la Guérinière
Le réservoir a une capacité totale de 3000 m3 d'eau, il est construit en 1958 sur les plans de Guillaume Gillet. Disposé par dessus une plate-forme elliptique qui devait fournir différents services. C'est en mai 2006 sue cet emblème du quartier de la Guérinière a reçu le prestigieux label Patrimoine du XXe siècle.

Ancien hôtel Daumesnil
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien hôtel Daumesnil' à caen (calvados 14000).

parc de la préfecture
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'parc de la préfecture' à caen (calvados 14000).

Ancien hôtel de Girard-Bureau
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien hôtel de Girard-Bureau' à caen (calvados 14000).

parc Saint-Louis
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'parc Saint-Louis' à caen (calvados 14000).

église Saint-Julien
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'église Saint-Julien' à caen (calvados 14000).

Vestiges de l'ancienne église Saint-Gilles
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Vestiges de l'ancienne église Saint-Gilles' à caen (calvados 14000).

Tour Guillaume-le-Roy
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Tour Guillaume-le-Roy' à caen (calvados 14000).

Ancien hôtel de Ferrage
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien hôtel de Ferrage' à caen (calvados 14000).

Statue de Duguesclin
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Statue de Duguesclin' à caen (calvados 14000).

Restes de l'église Saint-Martin
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Restes de l'église Saint-Martin' à caen (calvados 14000).

Pavillon des Sociétés savantes
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Pavillon des Sociétés savantes' à caen (calvados 14000).

Pavillon de Beuvrelu
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Pavillon de Beuvrelu' à caen (calvados 14000).

Monastère des Bénédictines
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Monastère des Bénédictines' à caen (calvados 14000).

Palais de Justice
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Palais de Justice' à caen (calvados 14000).

Monastère de la Visitation
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Monastère de la Visitation' à caen (calvados 14000).

Maison, dans la cour du Musée des Antiquaires de Normandie
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Maison, dans la cour du Musée des Antiquaires de Normandie' à caen (calvados 14000).

Maison ou ancien hôtel Chibourg
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Maison ou ancien hôtel Chibourg' à caen (calvados 14000).

Maison natale de Malherbe
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Maison natale de Malherbe' à caen (calvados 14000).