Eglise

Anciennement l'église de Verson n'était pas où nous la voyons aujourd'hui. On trouve en se dirigeant du bourg actuel vers Carpiquet, une pièce de terre appelée la pièce St.Martin, où de nombreux cercueils en pierre ont été déterrés, et la tradition veut que là fussent placés, dans l'origine, l'église et le centre de la paroisse : tout paraît fondé dans cette tradition, non seulement les cercueils en pierre viennent lui donner un grand poids, mais des fondations de maisons reconnues dans le voisinage prouvent qu'il y avait là un centre d'habitation. Cette première église était dédiée à Saint-Martin, nom que porte le champ dans lequel elle était située. On rapporte encore que la translation de l'église sur le bord de l'Odon a été faite parce qu'on manquait d'eau dans la pleine où se trouvait primitivement la paroisse. Or, il est bon de noter que la même tradition existe dans plusieurs autres localités que nous citerons dans la suite et dont les centres d'habitation ont été déplacés.

L'église actuelle de Verson est considérable et de plusieurs époques. Sa forme était celle d'une croix. Des additions postérieures ont altéré cette forme primitive, mais elles sont faciles à reconnaître.

Le chevet est droit et orné de deux fenêtres arrondies séparées par un contrefort et surmontées d'un gable ou fronton triangulaire: sous ces fenêtres se développent des arcatures trilobées fort élégantes reposant sur une base continue à plusieurs retraits. Cette partie de l'église, les murs latéraux du chœur et peut-être les transepts me paraissent la partie la plus ancienne de l'édifice et remontent peut-être à la 1er moitié du XIIIe siècle.

La nef avec ses colonnes cylindriques portant les arcs par lesquels on communique aux ailes paraît postérieure et peut dater du XIVe siècle ou de la fin du XIIIe.

Il n'y a jamais eu de porte à l'extrémité occidentale de la grande nef: on y voit deux fenêtres en lancette surmontées d'une rose.

La porte principale se trouve dans le mur latéral de la nef du côté du nord; elle était précédée d'un porche en pierre, à parois garnis d'arcatures ogivales portées sur des colonnettes. La façade de ce porche qui devait être assez élégante a été refaite sans goût, en 1752 (Sur le fronton arrondi de ce placage disgracieux on lit l'inscription suivante: Si quis templum Dei violaverit, disperdet ittmin Deus).

Des apsides semi-circulaires, couvertes de toits coniques en pierre, s'ouvraient dans le mur oriental des transepts; l'apside du transept sud existait encore il y a peu d'années, et a été remplacée par la sacristie : la destruction de l'autre apside remonte au XVe siècle, lorsqu'on accola au chœur la chapelle que l'on voit aujourd'hui (Voyez la planche). Cette déplorable addition a entraîné d'autres changements encore : des arcades ont été percées dans le mur latéral du chœur pour communiquer avec cette chapelle; des colonnes existantes ont été retouchées, leurs chapiteaux à feuilles frisées et leurs bases différentes des autres en font foi (Il y avait aux voûtes de cette chapelle des armoiries sculptées qui ont été effacées et qui devaient être celles du fondateur).

La tour un peu massive et terminée par un toit en pierre à double égout, qui s'élève au centre du transept (Voyez la planche), me paraît du XVe siècle; comme beaucoup d'autres tours de même forme, elle est demeurée ouverte à l'intérieur de l'église jusqu'au dernier étage dans lequel se trouvent les cloches, et reçoit le jour des fenêtres percées dans l'étage moyen (Voyez la planche), disposition d'un très-bon effet que nous offrent quelques églises du Calvados.

Plusieurs parties des murs de la nef et des bas-côtés ont été reprises en sous-œuvre; les corniches ont été retouchées, mais ces détails ne sauraient être bien compris que sur place.

Avant l'établissement de la route royale actuelle, la route de Caen à Villers passait tout près de l'église de Verson, et c'était vraisemblablement pour que la principale entrée de l'édifice fit face à la route qu'on l'avait placée dans le mur latéral dela nef, côté nord, comme nous l'avons dit. Les terres se sont considérablement exhaussées de ce côté et il y aurait des travaux à exécuter pour dégager l'édifice. M. l'abbé Lépée, curé de Verson, a fait pratiquer le long des murs des bas-côtés une tranchée qui a commencé l'assainissement de l'église, mais il y aurait des travaux plus considérables à entreprendre, et il serait bon de transférer le cimetière sur un autre point de la commune pour éviter l'exhaussement du sol.

Verson dépendait du diocèse de Lisieux. La cure se divisait en deux parties : les deux curés étaient à la nomination de deux chanoines de Lisieux qui percevaient les dîmes et dont les prébendes s'appelaient 1er et 2e prébendes de Verson. Le patron actuel est saint Germain. Richard Ier, duc de Normandie, mort en 996, possédait à Verson des domaines qu'il concéda au Mont Saint-Michel : la charte de donation se trouve dans le cartulaire de cette abbaye ; ces donations furent confirmées par ses successeurs.

J'ignore à quelle époque et à quelle occasion le patronage de Verson fut attribué à l'évêché de Lisieux. M. Le Prévost annonce que , dès le XIIe siècle, on trouve des preuves de cette attribution.

Durant l'occupation des environs de Caen par les Anglais et les Navarrois, Verson et plusieurs paroisses voisines furent abandonnées de leurs habitants, exposées qu'elles étaient au pillage. Depuis 1356 jusqu'en 1366 les terres restèrent incultes, et en 1370 beaucoup d'habitants n'étaient point encore rentrés dans leurs foyers.

A peu de distance de l'église est une maison à toits pyramidaux , appartenant à la famille de Grammont, et qui doit dater de la fin du XVIe siècle.

Source : Statistique monumentale du Calvados par Arcisse de Caumont 1846.

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 14036
  • item : Eglise
  • Localisation :
    • Basse-Normandie
    • Calvados
    • Verson
  • Code INSEE commune : 14738
  • Code postal de la commune : 14790
  • Ordre dans la liste : 2
  • Nom commun de la construction :
    • La dénomination principale pour cette construction est : église
  • Etat :
    • L'état actuel de cette construction ne nous est pas connue.

Dates et époques

  • Périodes de construction : 4 différentes époques marquent l'histoire du lieu.
    • 12e siècle
    • 13e siècle
    • 14e siècle
    • 15e siècle
  • Date de protection : 1910/05/21 : classé MH
  • Date de versement : 1993/11/22

Construction, architecture et style

  • Materiaux:
    • non communiqué
  • Couverture :
    • non communiqué
  • Materiaux (de couverture) :
    • non communiqué
  • Autre a propos de la couverture :
    • non communiqué
  • Etages :
    • non communiqué
  • Escaliers :
    • non communiqué
  • Décoration de l'édifice :
    • non communiqué
  • Ornementation :
    • non communiqué
  • Typologie :
    • non communiqué
  • Plan :
    • non communiqué

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Notre base de données ne comprend aucun élément particulier qui fasse l'objet d'une protection.
  • Parties constituantes :
    • non communiqué
  • Parties constituantes étudiées :
    • non communiqué
  • Utilisation successives :
    • non communiqué

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : propriété de la commune 1992
  • Détails : Eglise : classement par arrêté du 21 mai 1910
  • Référence Mérimée : PA00111793

photo : Roi Dagobert

photo : Pascal-Jean Rebillat Photographies

photo : Pascal-Jean Rebillat Photographies

photo : Pascal-Jean Rebillat Photographies

photo : Pascal-Jean Rebillat Photographies

photo : Pascal-Jean Rebillat Photographies

photo : Pascal-Jean Rebillat Photographies

photo : Pascal-Jean Rebillat Photographies