Monuments et patrimoine Seine et marne

Histoire

Avant l'invasion romaine, le territoire occupé par le département de Seine-et-Marne, était habité par les tribus des Vadicaces, des Meldi et des Senones ; ces peuplades prirent part au soulèvement de Vercingétorix, furent soumises par les armes romaines, et profitèrent rapidement de la civilisation apportée par les légions étrangères. Au IIIe siècle, le christianisme fut prêché dans le pays par saint Denis, et à cette époque il est probable que Melodunum, c'est-à-dire Meaux, devint le siège d'un évêché.

Les Cénones et les Meldi étaient encore compris dans la quatrième Lyonnaise, quand Clovis s'empara des petites provinces du Gâtinais et de la Brie.

Les époques mérovingienne et carlovinvingienne furent marquées par des troubles de famille. Au milieu du IXe siècle, les pirates normands ravagèrent le pays. Lorsque Hugues Capet arriva au trône, il dut aliéner une partie de la province qui appartenait au duché de France, et les comtes de Vermandois devinrent titulaires des comtés de Meaux et de Provins. Le comté de Melun resta seul dans le domaine royal.

Pendant l'administration des comtes de Champagne, qui ont leur tige dans les seigneurs de Vermandois, la province fut très-prospère. Ces comtes accordèrent à diverses villes des priviléges communaux. Ce fut le mariage de Philippe le Bel avec Jeanne de Navarre, héritière des comtes de Champagne et de Brie, qui réunit les comtés au domaine royal, en 1285.

Les XIIe et XIIIe siècles furent paisibles, mais ces cent cinquante ans de prospérité furent payés cher par les calamités de la guerre de Cent ans, de la Jacquerie, et du soulèvement des populations contre leurs seigneurs. En 1420, les Bourguignons, alliés aux Anglais, s'emparèrent des principales villes de la province, et il fallut la miraculeuse intervention de Jeanne d'Arc pour les faire rentrer sous l'autorité royale. Les guerres de religion du XVIe siècle ensanglantèrent Meaux, qui, en 1593, se rendit à Henri IV. Pendant les troubles de la Fronde, la Brie et les rives de la Marne furent ravagées par les Lorrains, qui vinrent en aide aux révoltés, et en 1685, la révocation de l'édit de Nantes chassa les familles protestantes du pays. Pendant la campagne de France et en 1615, cette contrée eut beaucoup à souffrir de la présence des armées étrangères.

En 1790, le département de Seine-et-Marne fut formé de l'Ile-de-France proprement dite, et d'une partie de la Brie, de la Champagne et du Gâtinais.

Géographie

Le département appartient à la partie centrale du Bassin parisien, avec alternance de couches dures calcaires et de couches tendres sableuses ou argileuses. Le calcaire, le plus souvent couvert de limon en surface, forme des plateaux parcourus par un important réseau hydrographique. L'épaisseur de la couverture de limon, la profondeur à laquelle se trouve la couche imperméable permettent de différencier des régions agricoles : Brie française et sa grande culture, Brie boisée (entre Seine et Marne), Brie laitière (entre Marne et Grand-Morin), région de fabrication du fromage.

Le paysage se modifie au nord de la Marne, avec des buttes aux pentes argileuses (Dammartin-en-Goële) et au sud de la Seine, avec les sables et grès de Fontainebleau, puis le bocage du Gâtinais. Le réseau hydrographique, qui totalise 1 900 km de cours d'eau, comprend les deux bassins de la Marne, qui reçoit les Morin et l'Ourcq, et de la Seine, grossie de l'Yonne, du Loing, de l'Ecole, de l'Yerres, etc. La configuration géologique du département y a favorisé la formation de nappes pétrolifères, en cours d'exploitation (300 000 tonnes en 1984).

Bien que le relief y soit peu accentué, le pays n'est jamais monotone : de douces ondulations, des cheines de collines boisées (notamment au nord de la Marne de Chelles à Dampmart) suffisent à varier les perspectives et à accrocher la vue. Pays de culture, pays d'élevage, pays de forêts, pays de rivières, la Seine-et-Marne, au moins dans sa partie non urbanisée, reste aussi une région de villages, aperçus de loin sur la plaine ou découverts. au tournant de la route, et dont les abords ne sont pas tous défigurés. Des clochers, parfois un moulin, s'intègrent harmonieusement au paysage. Pays de tourisme pédestre, cycliste ou automobile, à la recherche d'innombrables monuments souvent peu connus, de pêche, de canotage, de chasse, avec une part laissée à l'aventure : l'escalade des rochers de Fontainebleau ou, plus modestement, le parcours des nombreux sentiers fléchés à travers la forêt.

Les arts

Bien que les gisements préhistoriques de Chelles et de Pincevent soient plus significatifs sur le plan de la vie quotidienne que sur celui de l'art, ils constituent cependant, avec le groupe des gravures rupestres mésolithiques de la forêt de Fontainebleau, les premières manifestations artisanales et culturelles de la région. Celleci ayant connu dès le Haut Moyen Age la présence des moines, le département a la chance d'avoir conservé un monument majeur pré-roman, les cryptes de Jouarre, vestige de la célèbre abbaye. Quelques ruines gardent le souvenir de celles de Chelles, de Preuilly, du Lys, ces dernières particulièrement spectaculaires. L'ancien monastère des Cordelières de Provins montre toujours son clditre et sa chapelle, et le collège religieux de Juilly ses. imposants bâtiments du 18ème qui ont gardé leur affectation.

L'art roman, comme dans toute l'Île-de-France, a été submergé par le gothique, mais n'a pas partout disparu et reste souvent à découvrir : on le trouvera aux églises de Château-Landon, Fleury-en-Bière, Notre-Dame de Melun et surtout à Saint-Loup-de-Naud, point de rencontre de deux écoles.

L'architecture est partout présente, et souvent avec des églises de grande classe : Larchant, Rampillon, Donnemarie, Lagny, Brie-Comte-Robert, Champeaux, Rozay-en-Brie, Crécy-laChapelle, les trois églises de Provins et, chef de file, la cathédrale de Meaux, accompagnée de sa cité épiscopale. Le style flamboyant apparaît à Saint-Aspais de Melun, Dammartin-en-Goëlle, Moret, Le Mesnil-Amelot; la Renaissance à l'église de Nantouillet. Pays de plaines et de carrefours, la Seine-et-Marne a vu naître au Moyen Age un grand nombre de châteaux forts et d'enceintes, dont nous restent les remparts de Provins et de Château-Landon, les châteaux de Blandy-les-Tours, du Vivier, de Montaiguillon, de Sigy, de Nemours, les tours de La Grange-Bleneau, le donjon et les portes de Moret, tandis que les halles d'Egreville rappellent l'importance des marchés de la région. Mais celle-ci sera, trois siècles durant, un lieu de plaisance parsemé d'une infinité de châteaux.

Après Nantouillet (1520), la Renaissance s'affirme à Fontainebleau qui est, par son architecture et sa décoration, en partie exécutée sous la direction d'artistes importés d'Italie, le Primatice et le Rosso, comme un résumé étincelant de l'art de cette époque. Fleury-en-Bière en présente un autre aspect, tandis que Guermantes montre les étapes de la recherche d'un nouveau style, que Vaux-le-Vicomte est la répétition générale de Versailles, que Champs et Jossigny expriment l'affranchissement de la Régence, Suisnes et Les Boulayes la sérénité du temps de la douceur de vivre, la pyramide de Maupertruis l'extravagance inventive de Ledoux. L'architecture industrielle du 19ème est représentée par un remarquable exemple aux usines Meunier de Noisiel, tandis que l'église de Villeparisis ou les villes nouvelles de Marne-la-Vallée et de Melun-Sénart donnent des exemples parfois séduisants de l'architecture et de l'urbanisme de notre époque.

Il faudrait encore parler des sculpteurs et verriers qui ont travaillé dans ces églises, des artistes divers qui ont décoré ces châteaux, en se gardant d'oublier les peintres qui, aux époques réaliste (Théodore Rousseau) et impressionniste (Sisley), ont découvert la forêt de Fontainebleau, à laquelle certains de leurs successeurs sont demeurés fidèles.

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Seine et marne
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
essai historique sur chamberjot
Pierre V., ancien élève de l'école qui a pris place au château de Chambergeot a à coeur de faire un point sur le château qu'il a fréquenté et reprend contact avec ses anciens camarades tout en ce lançant dans un important travail de recherche concernant les lieus qui ont jalonnés sa vie.

Site de toutes les informations touristiques, pratiques, sportives et culturelles du canton de Rebais; Vous y trouverez egalement des photos, des articles, et un calendrier des principales manifestations. office de tourisme brie champagne, bienvenue en brie champagne
Site de toutes les informations touristiques, pratiques, sportives et culturelles du canton de Rebais; Vous y trouverez egalement des photos, des articles, et un calendrier des principales manifestations.

Lire la suite : office de tourisme brie champagne, bienvenue en brie champagne
publié le : 2011-05-24 13:56:23