Monuments et patrimoine Cote d'or

Histoire

Le territoire de l'ancienne Bourgogne était occupé autrefois par les Lingons, peuplade déjà vaillante 600 ans avant l'ère chrétienne. Lorsque les Romains, déjà maîtres de la Gaule narbonnaise, arrivèrent sur la Saône, ils formèrent des traités d'alliance avec les Lingons, qui leur demeurèrent fidèles, même pendant la lutte de Vercingétorix, et qui s'attachèrent à la fortune de César.

L'administration romaine se montra adroite et prudente, et pendant longtemps les Lingons vécurent heureusement à l'abri de leurs droits municipaux que leurs alliés avaient respectés ; il fallut plus tard les exactions des empereurs, et la décadence du Bas-Empire pour que ces fidèles tributaires de Rome se déclarassent indépendants. Alors eut lieu la grande invasion des Barbares ; parmi eux apparurent les Burgondes, tribu vandale, qui s'empara des pays situés entre le Rhin, le Rhône et la Saône, élut un roi et fonda un royaume ; un de ses chefs, Gondia, lutta heureusement contre les Huns, et entre autres pays, fit entrer sous sa domination le territoire des Lingons. Sous ses successeurs, le nouveau royaume fut sagement administré jusqu'en 534, époque à laquelle l'envahirent Clothaire et Childebert.

Sous les princes Francs, au temps de Brunehaut et de Frédégonde, le royaume fut agité, morcelé, divisé même, et ces troubles durèrent jusqu'à la fin du IXe siècle, où la Bourgogne proprement dite se vit gouvernée par des ducs héréditaires qui régnèrent jusqu'en 1032.

A cette époque, Henri Ier, duc de Bourgogne, étant devenu roi de France, céda son duché à Robert Ier dont la dynastie se maintint sur le trône de Bourgogne jusqu'en 1361. Le dernier duc étant mort sans enfant, le roi Jean II s'empara de son royaume, l'annexa à la couronne de France, et le constitua en apanage à son quatrième fils. Ce nouveau duc, avec l'aide de Duguesclin, chassa les routiers qui désolaient le pays, épousa Marguerite de Flandres, devint un puissant souverain, et soutint Charles VI dans sa lutte contre les Anglais. Son fils Jean, peu scrupuleux, s'allia à ces mêmes Anglais, et en 1418, profitant de la trahison de Périnet-Leclerc, il entra triomphant dans les murs de Paris.

De ses successeurs, le plus célèbre fut Charles le Téméraire qui monta sur le trône de Bourgogne en 1467. Sa lutte formidable avec Louis XI finit à Granson, à Morat, et enfin à Nancy, où il fut tué en 1477.

Sa mort fit entrer définitivement la Bourgogne dans le domaine de la couronne de France.

Depuis cette époque, à part le contre-coup des luttes de François Ier et de Charles-Quint, et des guerres religieuses pendant lesquelles les Bourguignons résistèrent opiniâtrement à l'invasion du protestantisme, puis les agitations de la Fronde, la Bourgogne fut assez paisible.

Pendant la révolution, les enfants de la Côte d'Or se précipitèrent à la frontière pour en chasser l'étranger, et se distinguèrent dans les armées de la république.

Lors de la division de la France par départements en 1790, la Côte-d'Or fut formée avec la partie N. de l'ancienne Bourgogne.

Ouvrages à consulter

Alesia. Élude sur la septième campagne de Jules César dans la Gaule (carte), par Mgr le duc d'Aumale. 1838. Paris. Michel Lévy.

Alesia. Etude historique, topographique et militaire sur la cité gauloise d'Alesia, par M R. de Coyriart. 1 feuille 3/4, plus 2 cartes. (Extrait du Spectateur militaite, cahier de novembre 1856.)

Alise. Etudes sur une campagne de Jules César, par M Rossignol. 16 feuilles, plus une carte, 1856. Dijon, Lamarche; Paris, Didron.

Almanach bourguignon. Beaune, A. Lambert.

Annuaire départemental de la Cote-d'Or par M. Joseph Garnter , archiviste. Dijon, Jobard.

Cote-d'Or à vol d'oiseau (la), par Aug. Luchet. 1858. Michel Lévy.

Esquisse pittoresque, morale et historique de ta ville de Semur, par M. Bocquin (Louis). Semur, Bussy. 1839.

Géographie départementale, classique et administrative de la France (département de la Cote-d'Or) par MM. Badin et Quentin. Paris. J. J. Dubochet, Le Chevalier et Cir. 1847.

Grands vins de table (les), par M. Joseph Jules Lausseure, notes manuscrites mises en ordre et publiées par Jules Lausseure. 72 pages et une carte. Dijon, Lamarche. 1858.

Guide pittoresque (le) du voyageur dans le canton de Nuit, par Guillaume Gilles. Dijon, Noellat. 1851.

Histoire et statistique de la vigne et des grand vins de la Cote-d'Or. par M. J. La valle. 1855. 15 feuilles 3/4, plus 6 lithographies. Paris, Dusacq, Grav. Jagaer.

Manuel du pèlerin de Sainte-Reine d'Alise, par l'abbé Tridon. 1 volume in-18 de 132 pages

Mémoires de la commission des antiquités de la Cote-d'Or, 60 feuilles environ. Dijon, Lamarche.

Notice historique et descriptive sur le château de Bussy-Rabutin, par M. le comte de Sarcus. 1854. Dijon, imprimerie d'Eugène Tricault. 1 vol. in-8 de 148 pages. Ne se vend pas.

Notice sur le monument élevé à Napoléon à Fixin, par MM. Rude et Noisot. Dijon, Loireau-Feuchot. 1847.

Nouveau guide pittoresque du voyageur à Dijon, orné de gravures et d'un beau plan de la ville, rédigé par J. Goussaid, deuxième édition, entièrement refondue et augmentée de notices, biographies. Dijon, veuve Decailly. Un des meilleurs guides locaux publiés dans les départements.

Rapport à l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, contenant une notice historique sur l'établissement des fontaines publiques de Dijon, par M. Victor Dumay. Dijon, Frantin. 1845.

Souvenirs sur l'église Notre-Dame d'Auxonne, par Claude Pichard, ancien maire. Deuxième édition. 1857. Auxonne.

Voyage d'un touriste dans l'arrondissement de Châtillon-sur-Seinie. Extrait de la Statistique monumentale, pittoresque et historique de la Côte-d'Or, par E. Nesle. Beaune. 1860.

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Cote d'or
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.