sarthe

Histoire

Avant l'invasion romaine, le territoire, actuellement occupé par le territoire de la Sarthe, était habité par les Cénomans qui faisaient partie de l'importante peuplade gauloise des Aulerces. Il fallut à César dix ans de luttes pour conquérir ce pays, car les Cénomans combattirent jusqu'à la dernière heure sous les ordres de l'héroïque Vercingétorix ; leur capitale était alors Alonnes, située à deux lieues de l'emplacement actuel du Mans, et ce fut à la fin du 11e siècle que les Romains fondèrent cette ville sous le nom de Subdinum. Le pays des Cénomans fut classé, en 292, dans la seconde Lyonnaise, et en 380, dans la Lyonnaise troisième.

Le christianisme prêché dans cette contrée dès les premiers siècles de l'ère chrétienne y fit de très-nombreux adeptes. Au Ve siècle, les Francs s'emparèrent de ce pays que la faible administration romaine était impuissante à garder. Successivement envahi et dévasté par les pirates normands, les Bretons et les Angevins, il finit par appartenir à Guillaume le Conquérant. Après avoir secoué le joug de la domination normande, les Manceaux furent gouvernés par des comtes, et à la fin du Xe siècle, Hugues, l'un d'eux, se déclara comte héréditaire. A la mort de son arrière-petit-fils, le comté arriva par mariage dans la maison de Foulques d'Anjou, dont le petit-fils, Henri de Normandie, devint roi d'Angleterre. C'est ainsi que la province du Maine resta sous la domination étrangère jusqu'au commencement du XIIe siècle. A cette époque, Philippe Auguste la confisqua sur Jean sans Terre et la réunit au domaine royal.

En 1246, le comté fut attribué par saint Louis à son frère, Charles d'Anjou, roi de Naples ; pendant cette guerre de Cent ans qui fut si désastreuse pour la France, le duc de Lancastre s'établit dans le comté, et les Anglais furent vaincus par Duguesclin et Olivier de Clisson. Mais le Mans retomba au pouvoir de Salisbury, et la province fut de nouveau ravagée par des bandes étrangères ; c'est en 1443 seulement, que les Anglais quittèrent définitivement la province du Maine.

Le dernier comte du Maine fut Charles III d'Anjou, qui le laissa par héritage au roi Louis XI. Pendant la désastreuse époque des guerres de religion, le pays fut encore ensanglanté. Mamers devint un foyer de protestantisme, et le Mans fut occupé par les calvinistes et les catholiques qui y exercèrent de terribles représailles. Le pays ne recouvra sa tranquillité qu à l'époque où Henri IV rendit l'édit de Nantes, et il fut définitivement incorporé à la couronne, lorsque le frère de Henri III, qui en était cessionnaire, mourut sans postérité.

La province du Maine demeura très-calme jusqu'à la Révolution ; à cette époque, elle accepta avec enthousiasme les idées nouvelles, mais les guerres civiles de l'Ouest devaient encore l'éprouver cruellement. Ce fut à la fin de 1793 que les Vendéens, ayant La Rochejaquelein à leur tête, s'emparèrent du Mans presque dépourvu de troupes ; Marceau et Westermann les en chassèrent deux jours après. Quelques années plus tard, en 1799, les chouans restèrent maîtres de la ville pendant trois jours.

En 1790, lorsque l'Assemblée nationale décréta la nouvelle division de la France, le département de la Sarthe fut formé du Haut-Maine, et d'une petite portion de l'Anjou et du Perche.

Géographie

Situé aux confins du bassin parisien et du massif armoricain. Ie département de la Sarthe est composé pour moitié de calcaires jurassiques dans le Saosnais et le Fertois, au nord et à l'est, pour le reste principalement de schistes siluriens et de granits dans la Charnie, de grès en Champagne, Bellinois et Maine roux. Le relief parfois très accidenté. le massif des Coëvrons est désigné sous le nom d'"Alpes mancelles". culmine à 340 m en forêt de Perseigne au nord, puis s'incline vers le sud-ouest. Il est creusé par les vallées de la Sarthe et de son affluent l'Huisne, le Loir formant la limite sud du département.

Le paysage, typique des bocages de l'ouest avec ses hautes haies et ses chemins encaissés, ses petites fermes entourées de champs de pommiers, offre, dans sa partie orientale surtout, de très importants massifs forestiers. Si la vocation principale de l'agriculture est et demeure l'élevage, la grande diversité des sols permet des cultures très différenciées, fruitières en particulier.

Eglise Notre-Dame-des-Marais

Jusqu'au treizième siècle, on l'appelait Notre-Dame des Marais, parce que, dans le principe, elle n'avait été qu'une modeste église élevée en 1020, au milieu des marais, entre deux bras de la rivière de l'Huisne, par Avesgaud, évêque du Mans, seigneur de Bellème.

Cathédrale Saint-Julien

La cathédrale Saint-Julien est le symbole du diocèse et de l'évêché du Mans où siège l’évêque de la ville. Elle est l’un des plus grands édifices de l’époque gothique-romane de France et un cas unique dans l’Ouest. Elle est un témoignage médiéval du style architectural du gothique angevin.

Abbaye de Bénédictines Sainte-Cécile

Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Abbaye de Bénédictines Sainte-Cécile' à solesmes (sarthe 72300). Vers le 1er septembre 1837, Guéranger reçut le titre d'abbé, lorsque à cette date, le prieuré de Solesmes fut élevé au rang d'abbaye, par un bref de Grégoire XVI.

Ancien asile d'aliénés

Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancien asile d'aliénés' à le mans (sarthe 72000). Fondé en 1828, l'asile est construit d'après le plan-type donné en 1818 par Hippolyte Lebas basé sur les théories novatrices du docteur Esquirol.

Château du Lude

Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Château du Lude' à le lude (sarthe 72800). Le château du Lude, dit M. Bodin, ouvrage du XVIe siècle, était flanqué de quatre tours énormes: il n'en reste plus que trois (l'une d'elles s'étant écroulée vers la fin du siècle dernier).

Théâtre gallo-romain de Cherré

Le site archéologique de Cherré, commune d'Aubigné-Racan (Sarthe), situé de part et d'autre de la route : Château-du-Loir - Le Lude, représente un complexe monumental, fouillé dès 1977 sous la responsabilité de M. Lambert.Il se compose actuellement d'un théâtre et d'un marché, au nord, d'un temple et de thermes, au sud, de la seconde moitié du Ier siècle à la fin du IIe siècle et selon toute vraisemblance abandonné au IVe.

Menhir dit La Pierre Fiche

Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Menhir dit La Pierre Fiche' à duneau (sarthe 72160). Sur le territoire de Duneau se voient deux monuments celtiques, les plus remarquables de la province du Maine.

Dolmen dit La Pierre couverte

Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Dolmen dit La Pierre couverte' à duneau (sarthe 72160). Enorme dolmen, consistant en six dalles de grès de plus de 60 cent, d'épaisseur. La plus grande (8 mètres de longueur sur 4 à 5 mètres de largeur) est posée à plat sur les autres.