Monuments et patrimoine Nievre

Histoire

Avant l’invasion romaine, le pays qui devait être la province du Nivernais faisait partie du territoire des Éduens, sauf une petite portion appartenant aux Sénonais. Au VIe siècle, ce pays passa sous la domination des Francs, et le Nivernais se dessina sur la carte des Gaules. Ses premières limites furent celles du diocèse de Nevers. mais l'adjonction de la baronnie de Donzy et d’une partie de l'Auxerrois augmenta l’étendue de la province, qui se composa de cinq contrées principales :

  • les Amognes,
  • le Bazois,
  • le Donziais,
  • le Morvan,
  • la Puisaye.

et de quatre autres moins importantes :

  • le Pays d’entre Loire et Allier,
  • les Vaux d'Yonne,
  • les Vaux de Montenoison,
  • les Vaux de Nevers.

La table placée à la suite de ce répertoire donnant un résumé complet des monuments et des antiquités du département. nous nous bornerons à entrer dans quelques ·considérations générales, passant rapidement en revue les quatre arrondissements de la Nievre, et disant quel est le contingent de chacun d’eux dans l’ensemble des richesses archéologiques du pays.

La Nièvre offre un bien petit nombre de monuments des époques gauloise et romaine; mais ce département est, nous croyons pouvoir le dire, l’un des plus intéressants du centre de la France au point de vue de l’architecture du moyen-âge. Sans parler de ses grandes églises de Nevers, de la Charité-sur-Loire, de Clameey, de Varzy, de ses belles ruines féodales de Saint—Verain, de Rosemont, de Chandiou, qui seraient admirées dans toutes les provinces, ses campagnes ont conservé de nombreuses constructions religieuses et civiles dignes d'être signalées et étudiées avec fruit. Le Nivernais était partagé entre trois diocèses :

  • le diocèse de Nevers, qui comprenait autrefois Yarrondissement actuel de Nevers, la plus grande partie de celui de Château-Chinon, le sud·est de celui de Cosne et le sud de celui de Clamecy;
  • le diocèse d'Auxerre, duquel dépendaient presque tout l'arronclissement de Cosne et le nord de celui de Clamecy;
  • enfin le diocèse d'Autun, qui possédait la portion est de Farrondissement de Château-Chinon.

Les monuments religieux de l'époque romane dominent dans les cantons qui formaient les anciens diocèses de Nevers et d`Autun. Ces parties de la province, épargnées par les guerres du XIVe et du XVe siècle et par les troubles religieux du XVIe, conservèrent leurs sanctuaires primitifs, suffisants pour une population restée peu nombreuse, et que la pauvreté du pays, du reste, n’aurait pas permis de réédifier. Au contraire, le nord du département, l'ancien Auxerrois, offre beaucoup d'églises dont l’origine romane est encore visible, mais qui furent en général agrandies ou même entièrement reconstruites après le milieu du XVe siècle, soit qu’elles eussent été ruinées pendant les guerres, soit qu’elles aient paru insuffisantes. Dans cette contrée, peu d'églises romanes intactes, mais en revanche un nombre considérable de ces constructions charmantes par la finesse et l'élégance de leur ornementation qui furent la dernière expression de l'architecture ogivale.

Les campagnes de tout le département sont pauvres en constructions religieuses du XIIIe et du XIVe siècle; à la fin de la période romane, presque toutes les paroisses étaient érigées et avaient leurs églises récemment bâties : il n`y avait donc pas lieu d'en élever de nouvelles. Le style ogival semble avoir eu quelque peine à s’implanter dans la province, où dorninait l’influence architecturale de Cluny. Constatons aussi le petit nombre de monuments dans le goût de la Renaissance. La date connue de la construction de certains édifices prouve que jusqu'à la fin du XVIe siècle les architectes nivernais conservèrent la tradition gothique presque sans mélange avec les formes et l'ornementation empruntées à l'Italie. L`architecture civile et militaire de chaque siècle est représentée dans le Nivernais; toutefois, nous ne saurions prétendre à une grande richesse sous ce rapport: la noblesse du pays, relativement pauvre, ne put jamais construire de splendides demeures comparables à ces châteaux qui font l'ornernent des campagnes du Berry, de la Touraine et de l’Anjou.

C'est l’arrondissement de Nevers qui renferme le plus de monuments, surtout de monuments religieux de style roman. Sur les 125 édifices consacrés au culte restés debout dans les 93 communes de cette circonscription, 80 sont, en entier ou pour la plus grande partie, du XIe siècle ou du XIIe, 10 appartiennent à l'époque de transition du roman au gothique ou aux XIIIe et XIVe siècles, 13 aux XVe et XVIe siècles, 22 sont plus modernes ou tout à fait dénués de caractères architectoniques. Le même arrondissement offre, pour l'architecture militaire et civile, les curieuses tours des remparts de Decize, quelques restes des murailles et l’une des portes anciennes de Nevers, le château ducal de la même ville, l'importante forteresse féodale de Rosemont, la grosse tour de Toury-sur-Abron, et quelques châteaux et manoirs plus ou moins bien conservés.

L'arrondissement de Château-Chinon (anciens diocèses de Nevers et d'Autun) est la partie du département qui possède le plus de vestiges antiques; il comprend la moitié du mont Beuvray, le célèbre oppidum des Eduens, dont les importants travaux de M. Bulliot ont fait connaître les curieuses dispositions. Dans beaucoup de localités de cet arrondissement, l'occupation romaine est attestée par des substructions. Des ouvrages de défense et de nombreuses médailles.

Cette circonscription renferme aussi beaucoup de constructions romanes, mais il ne faut pas chercher dans les pauvres églises du Morvan l'élégance et la richesse des monuments contemporains de l'arrondissement de Nevers. La nature des matériaux du pays se prêtait peu au travail du ciseau et, sauf une ou deux exceptions, l'ornementation de ces églises est nulle.

Dans les 62 communes de l'arrondissement de Château-Chinon, sur 67 édifices religieux, 41 sont romans, plusieurs, il est vrai, fort remaniés; 4 sont de la première période gothique, 9 de la seconde et 13 modernes ou tout à fait insignifiants. Les constructions militaires dignes d'attirer l'attention sont rares dans le Morvan, qui fut cependant habité au moyen âge par une aristocratie puissante; mais dès le XIVe siècle les grandes Familles féodales avaient disparu, et c’est à peine s'il reste d'informes débris de leurs châteaux forts. Faisons toutefois une exception pour les ruines imposantes de Chandiou, qui donnent encore une idée exacte de ce qu’était cette forteresse des premières années du XIVe siècle.

Passons au nord du département, où la proportion entre les monuments romans et les monuments gothiques est bien différente. Nous comptons dans les 65 communes de l'arrondissement de Cosne 84 églises ou chapelles; 17 de ces édifices appartiennent aux XIe et XIIe siècles, 7 au XIIIe siècle, 36 aux XVe et XVIe siècles, 24 sont modernes ou sans caractères d'époque précis.

L’arrondissement de Clamecy enfin offre d`aussi nombreux monuments de la dernière période gothique; ses 93 communes ont conservé 99 édifices religieux, dont 23 sont romans, tandis que 14 datent des XIIIe et XIVe siècles et 45 des XVe et XVIe siècles, les 17 autres étant insignifiants. Plus d'un quart des églises de ces deux derniers arrondissements méritent d’attirer l'attention des archéologues, et l'architecture laïque y est presque aussi bien représentée que l`architecture ecclésiastique. En résumé, dans la Nièvre, 366 églises ou chapelles: 161 de l’époque romane, 35 des XIIIe et XIVe siècles, 103 des XVe et XVIe siècles, 67 modernes ou sans caractères. Dans ce nombre, environ 80 édifices intéressants à divers titres. Pour l’architecture militaire et civile, plus de 100 monuments élevés du XIIe au XVIIIe siècle.

Les œuvres d'art qui concourent à la décoration architecturale : les vitraux, les peintures, les tombeaux et les dalles funéraires gravées, les vêtements et vases liturgiques du moyen âge sont rares dans le département. Toutefois le trésor de l'ancienne collégiale de Varzy a conservé quelques beaux reliquaires; puis les musées de Nevers et de Varzy et divers cabinets de particuliers renferment des antiquités, des objets d'art et des collections intéressantes.

les dernières fiches patrimoine du département

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec le département Nievre
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.