église

Lieu de réunion des fidèles. Pendant le moyen âge, on a divisé les églises en églises cathédrales, abbatiales, conventuelles, collégiales et paroissiales.

Les églises paroissiales se trouvaient sous la juridiction épiscopale ou sous celle des abbés; aussi c'était à qui, des évêques et des abbés, auraient à gouverner un nombre de paroisses plus considérable; de là une des premières causes du nombre prodigieux d'églises paroissiales élevées dans les villes et les bourgades pendant les XIIe et XIIIe siècles, c'est-à-dire à l'époque de la lutte entamée entre le pouvoir monastique et le pouvoir épiscopal. D'ailleurs, la division, l'antagonisme existent dans toutes les institutions religieuses ou politiques du moyen âge; chacun, dans l'ordre civil comme dans l'ordre spirituel, veut avoir une part distincte.

Les grandes abbayes, dès le XIe siècle, cherchèrent à mettre de l'unité au milieu de ce morcellement général; mais il devint bientôt évident que l'institut monastique établissait cette unité à son propre avantage; l'épiscopat le reconnut assez tôt pour profiter du développement municipal du XIIe siècle et ramener les populations vers lui, soit en bâtissant d'immenses cathédrales, soit en faisant reconstruire, surtout dans les villes, les églises paroissiales sur de plus grandes proportions.

Si nous parcourons, en effet, les villes de la France, au nord de la Loire, nous voyons que, non-seulement toutes les cathédrales, mais aussi les églises paroissiales, sont rebâties pendant la période comprise entre 1150 et 1250. Ce mouvement, provoqué par l'épiscopat, encouragé par la noblesse séculière, qui voyait dans les abbés des seigneurs féodaux trop puissants, fût suivi avec ardeur par les populations urbaines, chez lesquelles l'église était alors un signe d'indépendance et d'unité. Aussi, du XIIe au XIIIe siècle, l'argent affluait pour bâtir ces grandes cathédrales et les paroisses qui se groupaient autour d'elles.

Les églises abbatiales des clunisiens avaient fait école, c'est-à-dire que les paroisses qui en dépendaient imitaient, autant que possible, et dans des proportions plus modestes, ces monuments types. Il en fut de même pour les cathédrales lorsqu'on les rebâtit à la fin du XIIe siècle et au commencement du XIIIe; elles servirent de modèles pour les paroisses qui s'élevaient dans le diocèse. Il ne faudrait pas croire cependant que ces petits monuments fussent des réductions des grands; l'imitation se bornait sagement à adopter les méthodes de construire, les dispositions de détail, l'ornementation et certains caractères iconographiques des vastes églises abbatiales ou des cathédrales.

Vers le Ve siècle, lorsque le nouveau culte put s'exercer publiquement, deux principes eurent une action marquée dans la construction des églises en Occident ; la tradition des basiliques antiques qui, parmi les monuments païens, servirent les premiers de lieu de réunion pour les fidèles ; puis le souvenir des sanctuaires vénérables creusés sous terre, des cryptes qui avaient renfermé les restes des martyrs, et dans lesquelles les saints mystères avaient été pratiqués pendant les jours de persécution. Rien ne ressemble moins à une crypte qu'une basilique romaine ; cependant la basilique romaine possède, à son extrémité opposée à l'entrée, un hémicycle voûte en cul-de-four, le tribunal. C'est là que, dans les premières églises chrétiennes, on établit le siège de l'évêque ou du ministre ecclésiastique qui le remplaçait; autour de lui se rangeaient les clercs; l'autel était placé en avant, à l'entrée de l'hémicycle relevé de plusieurs marches. Les fidèles se tenaient dans les nefs, les hommes d'un côté, les femmes de l'autre.

Habituellement nos premières églises françaises possèdent, sous l'hémicycle, l'abside, une crypte dans laquelle était déposé un corps saint, et quelquefois le fond de l'église lui-même rappelle les dispositions de ces constructions souterraines, bien que la nef conserve la physionomie de la basilique antique. Ces deux genres de constructions si opposés laissent longtemps des traces dans nos églises, et les sanctuaires sont voûtes, élevés suivant la méthode concrète des édifices romains bâtis en brique. et blocages, que les nefs ne consistent qu'en des murs légers reposant sur des rangs de piles avec une couverture en charpente comme les basiliques antiques.

Nous ne possédons sur les églises primitives du sol de la France que des données très-vagues, et ce n'est guère qu'à dater du Xe siècle que nous pouvons nous faire une idée passablement exacte de ce qu'étaient ces édifices; encore, à cette époque, présentaient-ils des variétés suivant les provinces au milieu desquelles on les élevait. Les églises primitives de l'Île-de-France ne ressemblent pas à celles de l'Auvergne; celles-ci ne rappellent en rien les églises de la Champagne, ou de la Normandie, ou du Poitou. Les monuments religieux du Languedoc diffèrent essentiellement de ceux élevés en Bourgogne.

Chaque province, pendant la période romane, possédait son école, issue de traditions diverses. Partout l'influence latine se fait jour d'abord; elle s'altère plus ou moins, suivant que ces provinces se mettent en rapport avec des centres actifs de civilisation voisins ou trouvent dans leur propre sein des ferments nouveaux. L'Auvergne, par exemple, qui, depuis des siècles, passe pour une des provinces de France les plus arriérées, possédait, au XIe siècle, un art très-avancé, très-complet, qui lui permit d'élever des églises belles et solides, encore debout aujourd'hui. La Champagne, de toutes les provinces françaises, la Provence exceptée, est celle qui garda le plus longtemps les traditions latines, peut-être parce que son territoire renfermait encore, dans les premiers siècles du moyen âge, un grand nombre d'édifices romains. Il en est de même du Soissonnais.

En Occident, près des rivages de l'Océan, nous trouvons, au contraire, dès le Xe siècle, une influence byzantine marquée dans la construction des édifices religieux. Cette influence byzantine se fait jour à l'Est le long des rives du Rhin, mais elle prend une autre allure.

Ayant maintes fois, dans ce Dictionnaire, l'occasion de nous occuper des églises et des diverses parties qui entrent dans leur construction (voyez Abside, architecture religieuse. cathédrale, chapelle, choeur, clocher, Construction, Nef, Travée), nous nous bornerons à signaler ici les caractères généraux qui peuvent aider à classer les églises par écoles et par époques.

Ecole Française

L'une des plus anciennes églises de l'école française, proprement dite, est la Basse-oeuvre de Beauvais, dont la nef appartient au VIIIe ou IXe siècle. Cette nef est celle d'une basilique romaine avec ses collatéraux. Elle se compose de deux murs percés de fenêtres terminées en plein cintre, de deux rangs de piliers à section carrée portant des archivoltes plein cintre et les murs supérieurs percés également de fenêtres. Cette construction si simple était couverte par une charpente apparente. L'abside, détruite aujourd'hui, se composait probablement d'un hémicycle couvert en cul-de-four; existait-il un transsept ? c'est ce que nous ne saurions dire.

Quant à la facade reconstruite au XIe siècle, elle était vraisemblablement précédée, dans l'origine, d'un portique ou d'un narthex, suivant l'usage de l'église primitive. La construction de cet édifice est encore toute romaine, avec parements de petits moellons à faces carrées et cordons de brique. Nulle apparence de décoration, si ce n'est sur la façade élevée postérieurement. Il faut voir là l'église franco-latine dans sa simplicité grossière. Les murs, à l'intérieur, devaient être décorés de peintures, puisque les auteurs qui s'occupent des monuments religieux mérovingiens et carlovingiens, Grégoire de Tours en tête, parlent sans cesse des peintures qui tapissaient les églises de leur temps. Les fenêtres devaient être fermées de treillis de pierre ou de bois dans lesquels s'enchâssaient des morceaux de verre ou de gypse (voyez fenêtre ).

L'ancien Beauvoisis conserve encore d'autres églises à peu près contemporaines de la Basse-oeuvre, mais plus petites, sans collatéraux, et ne se composant que d'une salle quadrangulaire avec abside carrée ou semi-circulaire. Ce sont de véritables granges. Telles sont les églises d'Abbecourt, d'Auviller, de Bailleval, de Bresles.

Ces églises n'étaient point voûtées, mais couvertes par des charpentes apparentes. Nous voyons cette tradition persister jusque vers le commencement du XIIe siècle. Les nefs continuent à être lambrissées; les sanctuaires seuls, carrés généralement, sont petits et voûtés. Les transsepts apparaissent rarement; mais, quand ils existent, ils sont très-prononcés, débordant les nefs de toute leur largeur.

L'église de Montmille est une des plus caractérisées parmi ces dernières. La nef avec ses collatéraux était lambrissée ainsi que le transsept. Quatre arcs doubleaux, sur la croisée, portaient une tour très-probablement; le choeur seul est voûté. Dès le XIe siècle, on construit à Paris l'église du prieuré de Saint-Martin-des-Champs de l'ordre de Cluny, dont le choeur existe encore. Déjà, dans cet édifice, le sanctuaire est entouré d'un bas-coté avec chapelles rayonnantes. Même disposition dans l'église abbatiale de Morienval ( Oise ), qui date du commencement du XIe siècle. Mais c'est au XIIe siècle que, dans l'Île-de-France, l'architecture religieuse prend un grand essor. Au milieu de ce siècle, l'abbé Suger bâtit l'église abbatiale de Saint-Denis avec nombreuses chapelles rayonnantes autour du choeur.

Immédiatement après s'élèvent les cathédrales de Noyon, de Senlis, de Paris, l'église abbatiale de Saint-Germer, les églises de Saint-Maclou, de Pontoise, dont il ne reste que quelques parties anciennes à l'abside, les églises de Bagneux et d'Arcueil, celle de l'abbaye de Montmartre, la petite église de Saint-Julien-le-Pauvre à Paris, celle de Vernouillet, de Vétheuil dont le choeur seul du XIIe siècle subsiste, l'église de Nesles (Seine-et-Oise), le choeur de l'église abbatiale de Saint-Germain-des-Prés à Paris, les églises de Saint-Étienne de Beauvais, de Saint-Évremont de Creil, de Saint-Martin de Laon, l'église abbatiale de Saint-Leu d'Esserent (Oise), la cathédrale de Soissons.

Ecole Franco-Champenoise

Cette école est un dérivé de la précédente; mais elle emprunte certains caractères à l'école champenoise, qui est plus robuste et conserve des traditions de l'architecture antique. Les matériaux de la Brie sont peu résistants, et les constructeurs ont tenu compte de leur défaut de solidité en donnant aux piliers, aux murs, une plus forte épaisseur, en tenant leurs édifices plus trapus que dans l'Île-de-France proprement dite.

La cathédrale de Meaux appartient encore entièrement à l'école française; mais l'influence de l'école champenoise se fait sentir à la fin du XIIe siècle dans les églises de Saint-Quiriace de Provins, de Moret, de Nemours, de Champeaux, de Brie-Comte-Robert.

Ecole Champenoise

C'est une des plus brillantes; elle se développe rapidement, et ses premiers essais sont considérables. Les églises champenoises des Xe et XIe siècles possédaient, comme celles de l'Île-de-France, des nefs couvertes en charpente; alors les sanctuaires seuls étaient voûtés. La grande église abbatiale de Saint-Remy de Reims, d'une étendue peu commune, se composait d'une nef lambrissée avec doubles bas-côtés voûtés à deux étages.

Un choeur vaste, avec bas-côtés et chapelles, remplaça, au XIIe siècle, les absides en cul-de-four. L'église de Notre-Dame de Châlons-sur-Marne ne portait, sur la nef centrale, que des charpentes. Lorsqu'au XIIe siècle on reconstruisit le choeur de cette église, on éleva des voûtes sur la nef. Les églises importantes de la basse Champagne possèdent, comme celles de l'Île-de-France, des galeries voûtées au-dessus des bas-côtés, comprenant la largeur de ces collatéraux. Au XIIe siècle, on élève, dans la haute Champagne, des églises qui se rapprochent encore davantage de l'architecture antique romaine et qui se fondent dans l'école bourguignonne : telle est, par exemple, la cathédrale de Saint-Mammès à Langres, et plus tard la charmante église de Montiérender, les églises d'Isomes et de Saint-Jean-Baptiste à Chaumont.

Ecole Bourguignognne

Elle naît chez les clunisiens. Dès le XIe siècle, elle renonce aux charpentes sur les nefs; elle fait, la première, des efforts persistants pour allier la voûte au plan de la basilique antique. Nous en avons un exemple complet dans la nef de l'église abbatiale de Vézelay. Au XIIe siècle, cette école est puissante, bâtit en grands et solides matériaux; elle prend aux restes des édifices antiques certains détails d'architecture, tels que les pilastres cannelés, par exemple, les corniches à modillons ; elle couvre le sol d'une grande quantité d'églises dont nous citons seulement les principales : Cluny, Vézelay, la Charité-sur-Loire, d'abord; puis les églises de Paray-le-Monial, de Semur-en-Brionnais, de Châteauneuf, de Saulieu, de Beaune, de Saint-Philibert de Dijon, de Montréal ( Yonne ), à la fin du XIIe siècle. L'école bourguignonne abandonne difficilement les traditions romanes, et pendant que déjà on construisait, dans l'Île-de-France et la basse Champagne, des églises qui présentent tous les caractères de l'architecture gothique, on suivait en Bourgogne, avec succès, les méthodes clunisiennes en les perfectionnant.

Ecole Auvergnate

Elle peut passer pour la plus belle école romane; seule, elle sut, dès le XIe siècle, élever des églises entièrement voûtées et parfaitement solides; aussi, le type trouvé, elle ne s'en écarte pas. À la fin du XIe siècle et pendant le XIIe, on bâtissait, dans cette province, l'église de Saint-Paul d'Issoire, la cathédrale du Puy-en-Vélay, les églises de Saint-Nectaire, de Notre-Dame-du-Port ( Clermont ), de Saint-Julien de Brioude, et quantité de petits monuments à peu près tous conçus d'après le même principe. Cette école s'étendait, au nord, jusque sur les bords de l'Allier, à Ébreuil, à Châtel-Montagne, à Cogniat, jusqu'à Nevers dans la construction de l'église de Saint-Étienne; au sud, jusqu'à Toulouse (église de Saint-Sernin), et même jusqu'à Saint-Papoul.

Ecole Poitevine

Très-féconde en monuments, à cause de la quantité et de la qualité des matériaux calcaires, cette école est moins avancée que l'école auvergnate; elle possède à un degré moins élevé le sentiment des belles dispositions. Comme cette dernière, elle sut bâtir des églises voûtées durables, dès le XIe siècle, en contre-buttant les voûtes en berceau des grandes nefs par celles des collatéraux, mais sans les galeries de premier étage des églises d'Auvergne, c'est-à-dire que les églises romanes du Poitou se composent généralement de trois nefs à peu près égales en hauteur sous clef, voûtées au moyen de trois berceaux, celui central plus large que les deux autres; tandis que les églises auvergnates comprennent des collatéraux voûtés en arêtes, avec galeries supérieures voûtées en demi-berceaux, contre-buttant le berceau central.

Dans le Poitou, et en Auvergne très-anciennement, les sanctuaires sont entourés d'un bas-côté avec chapelles rayonnantes, comme dans l'église de Saint-Savin près Poitiers, qui date du XIe siècle, dans l'église haute de Chauvigny (commencement du XIIe siècle). L'école poitevine se soumet à des influences diverses.

En dehors du principe décrit ci-dessus, elle admet le système des coupoles de l'école de la Saintonge et du Périgord, comme dans la construction de l'église Saint-Hilaire de Poitiers, et dans celle de Sainte-Radegonde, comprenant une seule nef.

Au XIIe siècle, l'école de l'Ouest (du Périgord et de la Saintonge) eut une si puissante influence qu'elle étouffa non-seulement l'école poitevine, mais qu'elle pénétra jusque dans le Limousin et le Quercy au sud, et, au nord, jusque dans l'Anjou et le Maine.

Ecole du Périgord

Son type primitif se trouve à Périgueux dans l'ancienne cathédrale de cette ville, et dans l'église abbatiale de Saint-Front; c'est une importation byzantine. Le principe de cette école est celui de la coupole portée sur pendentifs. Dans un temps où la plupart des écoles romanes en France ne savaient trop comment résoudre le problème consistant à poser des voûtes sur les plans de la basilique antique, cette importation étrangère dut avoir et eut en effet un grand succès. On abandonna donc, dans les provinces de l'Ouest, pendant les XIe et XIIe siècles, sauf de rares exceptions, le plan romain pour adopter le plan byzantin.

Les provinces plus particulièrement attachées aux traditions latines, comme l'Île-de-France, la Champagne et la Bourgogne, résistèrent seules à cette nouvelle influence et poursuivirent la solution du problème posé, ce qui les conduisit au système de construction gothique. Outre les deux types que nous venons de citer, l'école du Périgord présente une quantité prodigieuse d'exemples d'églises dérivées de ces types.

Nous nous bornerons à en citer quelques-uns : la cathédrale de Cahors, l'église abbatiale de Souillac (XIe siècle), celle de Solignac, la cathédrale d'Angoulême, les églises de Saint-Avit-Seigneur, du Vieux-Mareuil, de Saint-Jean de Cole, de Trémolac, l'église abbatiale de Fontevrault (XIIe siècle), et la majeure partie des petites églises de la Charente.

Ecole Normande

Les églises normandes antérieures au XIIe siècle étaient couvertes par des charpentes apparentes, sauf les sanctuaires, qui étaient voûtés en cul-de-four. C'est d'après ce principe que furent élevées les deux églises abbatiales de Saint-Étienne et de la trinité à Caen, fondées par Guillaume le Bâtard et Mathilde sa femme.

Ces dispositions primitives se retrouvent dans un assez grand nombre d'églises d'Angleterre, tandis qu'en France elles ont été modifiées dès le XIIe siècle; les voûtes remplacèrent les anciennes charpentes. Les Normands furent bientôt d'habiles et actifs constructeurs; aussi leurs églises des XIe et XIIe siècles sont-elles grandes, si on les compare aux églises de l'Île-de-France; les nefs sont allongées, ainsi que les transsepts ; les choeurs ne furent enveloppés de bas-côtés que vers le milieu du XIIe siècle. Ces écoles, diverses par leurs origines et leurs travaux, progressent chacune de leur côté jusqu'au moment où se fait sentir l'influence de la nouvelle architecture de l'Île-de-France et de la Champagne, l'architecture gothique.

L'architecture gothique est une des expressions les plus vives des sentiments des populations vers l'unité. En effet, peu après sa naissance, nous voyons les écoles romanes (dont nous n'avons indiqué que les divisions principales) s'éteindre et accepter les nouvelles méthodes adoptées par les architectes du domaine royal. Cependant, au commencement du XIIIe siècle, on distingue encore trois écoles bien distinctes: l'école de l'Île-de-France, qui comprend le bassin de la Seine entre Montereau et Rouen, ceux de l'Oise et de l'Aisne entre Laon, Noyon et Paris, le bassin de la Marne entre Meaux et Paris et une partie du bassin de la Somme; l'école champenoise, qui a son siége à Reims, et l'école bourguignonne, qui a son siége à Dijon.

L'école gothique normande ne se développe que plus tard, vers 1240, et son véritable siège est en Angleterre. La passion de bâtir des églises, de 1200 à 1250, fut telle au nord de la Loire, que non-seulement beaucoup de monuments romans furent détruits pour faire place à de nouvelles constructions, mais encore que l'on modifia, sans autre raison que l'amour de la nouveauté, la plupart des édifices rebâtis pendant le XIIe siècle; les cathédrales de Paris, de Senlis, de Soissons, de Laon, de Rouen, du Mans, de Chartres, de Bayeux, nous présentent des exemples frappants de ce besoin de changer ce qui venait d'être achevé à peine.

Les monastères, avec plus de réserve cependant, suivirent ce mouvement vers un renouvellement de l'architecture; quant aux paroisses, celles qui étaient riches ne manquèrent pas de jeter bas leurs vieilles églises pour en construire de neuves. Si bien qu'on ne peut s'expliquer comment il se trouva, pendant un espace de cinquante années à peine, assez d'ouvriers de bâtiment, de sculpteurs, de statuaires, de peintres verriers, pour exécuter un nombre aussi prodigieux d'édifices sur un territoire qui ne comprend à peu près que le tiers de la France actuelle. Bientôt même les provinces du Centre, de l'Est et de l'Ouest suivirent l'impulsion, et ces ouvriers se répandirent en dehors des contrées où l'architecture gothique avait pris naissance.

Bien qu'on ait démoli plus de la moitié des églises anciennes depuis la fin du dernier siècle, il reste encore en France une quantité considérable de ces édifices. Nous nous bornons à donner ici un catalogue de celles qui présentent assez d'intérêt au point de vue de l'art pour être mises au rang des monuments historiques, comme cathédrales, églises conventuelles ou paroissiales.

Afin de faciliter les recherches, nous classons ces églises par départements et arrondissements, en suivant l'ordre alphabétique.

Ain

Arrondissement de Bourg.

  • Église de Brou,
  • église de Saint-André de Bagé.

Arrondissement de Nantua.

  • Eglise de Nantua.

Arrondissement de Trévoux.

  • Eglise de Saint-Paul de Varax.

Aisne

Arrondissement de Laon.

  • Eglise Notre-Dame de Laon (ancienne cathédrale),
  • église Saint-Martin de Laon17,
  • église Saint-Julien de Royaucourt,
  • église de Nouvion-le-Vineux,
  • église de Marle.

Arrondissement de Château-Thierry.

  • Eglise de Mezy-Moulins,
  • église d'Essomes,
  • église de La Ferté-Milon.

Arrondissement de Saint-Quentin.

  • Eglise colléglise de Saint-Quentin.

Arrondissement de Soissons.

  • Eglise cathédrale de Soissons,
  • église abb. de Saint-Médard à Soissons,
  • église abb. de Saint-Jean-des-Vignes,
  • église abb. de Saint-Julien,
  • église abb. de Saint-Yved de Braisne.

Arrondissement de Vervins.

  • Eglise d'Aubenton,
  • église de Saint-Michel (près d'Hirson),
  • église d'Esquehéries,
  • église de la Vacqueresse.

Allier

Arrondissement de Moulins.

  • Cathédrale de Moulins,
  • église de Bourbon-l'Archambault,
  • église de Saint-Menoux,
  • église abb. de Souvigny,
  • église de Meilliers,
  • église de Toulon.

Arrondissement de Gannat.

  • Eglise de Gannat,
  • église d'Ébreuil,
  • église de Biozat,
  • église de Saint-Pourçain,
  • église de Cogniat,
  • église de Vicq,
  • église abb. de Chautel.

Arrondissement de La Palisse.

  • Eglise de Châtel-Montagne.

Arrondissement de Montluçon.

  • Eglise d'Huriel,
  • église de Néris.

Basses Alpes

Arrondissement de Digne.

  • Eglise de Notre-Dame à Digne (cathédrale),
  • église de Seyne.

Arrondissement de Barcelonnette.

  • Eglise d'Allos.

Arrondissement de Castellane.

  • Ancienne cathédrale de Senez.

Arrondissement de Forcalquier.

  • Eglise de Manosque.

Arrondissement de Sisteron.

  • Eglise de Sisteron.

Hautes Alpes

Arrondissement de Gap.

  • Eglise de Lagrand.

Arrondissement d'Embrun.

  • Ancienne cathédrale d'Embrun.

Ardèche

Arrondissement de Privas.

  • Eglise de Bourg-Saint-Andéol,
  • église de Cruas,
  • église cathédrale de Viviers.

Arrondissement de l'Argentière.

  • Eglise de Thines.

Arrondissement de Champagne.

  • Eglise de Champagne.

Ardennes

Arrondissement de Braux.

  • Eglise de Braux.

Arrondissement de Réthel.

  • Eglise de Saint-Nicolas de Réthel.

Arrondissement de Sédan.

  • Eglise de Mouzon.

Arrondissement de Vouziers.

  • Eglise de Vouziers,
  • église de Bouilly,
  • église de Verpel,
  • église abb. d'Attigny,
  • église de Sainte-Vauxbourg.

Ariège

Arrondissement de Foix.

  • Eglise d'Unac.

Arrondissement de Saint-Girons.

  • Eglise de Saint-Lizier.

Arrondissement de Pamiers.

  • Eglise de la Roque,
  • église de Mirepoix.

Aube

Arrondissement de Troyes.

  • Eglise de Saint-Pierre (cathédrale),
  • église Saint-Urbain à Troyes,
  • église de la Madeleine,
  • église Saint-André,
  • église Saint-Jean,
  • église Saint-Nizier,
  • église Saint-Pantaléon,
  • église Saint-Gilles,
  • église de Bérulle,
  • église de Montiéramey.

Arrondissement d'Arcis-sur-Aube.

  • Eglise d'Arcis-sur-Aube,
  • église d'Uitre.

Arrondissement de Bar-sur-Aube.

  • Eglise Saint-Maclou à Bar-sur-Aube,
  • église Saint-Pierre,
  • église de Rosnay.

Arrondissement de Bar-sur-Seine.

  • Eglise de Fouchères,
  • église de Mussy-sur-Seine,
  • église de Ricey-Bas,
  • église de Rumilly-les-Vaudes,
  • église de Chaource.

Arrondissement de Nogent-sur-Seine.

  • Eglise de Saint-Laurent à Nogent-sur-Seine,
  • église de Villenauxe.

Aude

Arrondissement de Carcassonne.

  • Ancienne cathédrale de Saint-Nazaire de Carcassonne,
  • église Saint-Michel de la ville basse à Carcassonne (cathédrale actuelle),
  • église de Rieux-Minervois,
  • église de Saint-Vincent de Montréal.

Arrondissement de Castelnaudary.

  • Ancienne cathédrale de Saint-Papoul.

Arrondissement de Limoux.

  • Ancienne cathédrale d'Alet,
  • église abb. de Saint-Hilaire à Limoux.

Arrondissement de Narbonne.

  • Ancienne cathédrale de Narbonne,
  • église Saint-Paul,
  • église abb. de Fontfroide.

Aveyron

Arrondissement de Rodez.

  • Cathéd. de Rodez,
  • église abb. de Sainte-Foi à Conques.

Arrondissement d'Espalion.

  • Eglise de Perse.

Arrondissement de Saint-Affrique.

  • Eglise abb. de Belmont.

Arrondissement de Villefranche.

  • Eglise abb. de Villefranche.

Bouches du Rhône

Arrondissement de Marseille.

  • Eglise abb. de Saint-Victor à Marseille.

Arrondissement d'Aix.

  • Eglise cathédrale d'Aix,
  • église Saint-Jean à Aix,
  • église abb. de Silvacane,
  • église Saint-Laurent à Salon.

Arrondissement d'Arles.

  • Eglise abb. de Saint-Trophyme à Arles,
  • église de Saint-Césaire,
  • église Saint-Jean,
  • église Saint-Honorat,
  • église de Saint-Gabriel,
  • église abb. de Montmajour,
  • église des Saintes-Maries,
  • église de Sainte-Marthe à Tarascon.

Calvados

Arrondissement de Caen.

  • Eglise abb. de la Trinité à Caen,
  • église abb. de Saint-Étienne,
  • église Saint-Gilles,
  • église Notre-Dame,
  • église Saint-Pierre,
  • église Saint-Jean,
  • église Saint-Nicolas,
  • église de Bernières,
  • église de Saint-Contest,
  • église de Fresne-Camilly,
  • église du prieuré de Saint-Gabriel,
  • église de Norey,
  • église d'Ouistreham,
  • église de Secqueville-en-Bessin,
  • église de Thaon,
  • église de Bretteville-l'Orgueilleuse,
  • église de Langrune,
  • église de Mathieu,
  • église de Cully,
  • église d'Audrien,
  • église de Mouen,
  • église de Douvres,
  • église de Fontaine-Henry.

Arrondissement de Bayeux.

  • Eglise cathédrale de Bayeux,
  • église de Tour près Bayeux,
  • église de Saint-Loup,
  • église d'Asnières,
  • église de Colleville,
  • église d'Etreham,
  • église de Formigny,
  • église de Louvières,
  • église de Ryes,
  • église de Vierville,
  • église de Campigny,
  • église de Guéron,
  • église de Marigny,
  • église de Briqueville,
  • église de Sainte-Marie-aux-Anglais,
  • église de Vouilly.

Arrondissement de Falaise.

  • Eglise Saint-Gervais à Falaise,
  • église Saint-Jacques,
  • église de Guibray près Falaise,
  • église de Maizières,
  • église de Sassy. Arrondissement de Lizieux.
  • Eglise de Saint-Pierre à Lizieux,
  • église de Saint-Pierre-sur-Dive,
  • église de Vieux-Pont-en-Auge,
  • église du Breuil.

Arrondissement de Pont-l'Évêque.

  • Eglise de Saint-Pierre à Touques.

Arrondissement de Vire.

  • Eglise de Vire.

Cantal

Arrondissement d'Aurillac.

  • Eglise de Montsalvi.

Arrondissement de Saint-Flour.

  • Eglise abb. de Ville-Dieu.

Arrondissement de Mauriac.

  • Eglise Notre-Dame des Miracles à Mauriac,
  • église d'Ydes, église de Brageac,
  • église Saint-Martin-Valmeroux.

Arrondissement de Murat.

  • Eglise de Bredons.

Charente

Arrondissement d'Angoulême.

  • Eglise cathédrale d'Angoulême,
  • église abb. de Saint-Amant de Boixe,
  • église abb. de la Couronne,
  • église Saint-Michel d'Entraigues,
  • église de Charmant,
  • église de Roullet,
  • église de Plassac,
  • église de Torsac,
  • église de Montberon,
  • église de Mouthiers.

Arrondissement de Barbezieux.

  • Eglise d'Aubeterre,
  • église de Montmoreau,
  • église de Riou-Martin.

Arrondissement de Cognac.

  • Eglise de Châteauneuf,
  • église de Gensac,
  • église de Richemont.

Arrondissement de Confolens.

  • Eglise Saint-Barthélemy à Confolens,
  • église de Lesterps.

Charente Inférieure

Arrondissement de La Rochelle.

  • Eglise d'Esnandes.

Arrondissement de Marennes.

  • Eglise de Marennes,
  • église d'Echillais,
  • église de Moëse,
  • église Saint-Denis d'Oleron.

Arrondissement de Rochefort.

  • Eglise de Surgères.

Arrondissement de Saintes.

  • Eglise Saint-Euthrope à Saintes,
  • église Saint-Pierre,
  • église Sainte-Marie-des-Dames,
  • église de Saint-Gemmes,
  • église de Rétaud,
  • église de Thézac.

Arrondissement de Saint-Jean-d'Angely.

  • Eglise Saint-Pierre à Aulnay,
  • église de Fénioux.

Cher

Arrondissement de Bourges.

  • Eglise cathédrale de Bourges,
  • église de Saint-Bonnet à Bourges,
  • église des Aix-d'Angillon,
  • église de Mehun-sur-Yèvre,
  • église de Plaimpied.

Arrondissement de Saint-Amand.

  • Eglise de la Celle-Bruère,
  • église de Charly,
  • église de Condé,
  • église abb. de Noirlac,
  • église de Dun-le-Roy,
  • église de Saint-Pierre-des-Étieux,
  • église d'Ineuil,
  • église de Châteaumeillant.

Arrondissement de Sancerre.

  • Eglise d'Aubigny,
  • église de Jars,
  • église de Saint-Satur.

Corrèze

Arrondissement de Tulle.

  • Eglise cathédrale de Tulle,
  • église d'Uzerche.

Arrondissement de Brives.

  • Eglise Saint-Martin à Brives-la-Gaillarde,
  • église d'Arnac-Pompadour,
  • église d'Aubazine,
  • église de Beaulieu,
  • église de Saint-Cyr-la-Roche,
  • église de Saint-Robert.

Arrondissement d'Ussel.

  • Eglise d'Ussel,
  • église de Saint-Angel,
  • église de Meymac.

Côte d'or

Arrondissement de Dijon.

  • Eglise abb. de Saint-Bénigne de Dijon (cath.),
  • église Notre-Dame de Dijon,
  • église Saint-Michel,
  • église Saint-Étienne,
  • église Saint-Philibert,
  • église Saint-Jean,
  • église de la Chartreuse,
  • église de Saint-Seine,
  • église de Rouvres,
  • église de Plombières,
  • église de Thil-Châtel.

Arrondissement de Beaune.

  • Eglise de Beaune,
  • église de Meursault,
  • église de Sainte-Sabine.

Arrondissement de Châtillon-sur-Seine.

  • Eglise de Saint-Vorle à Châtillon-sur-Seine,
  • église d'Aignay-le-Duc.

Arrondissement de Semur.

  • Eglise Notre-Dame de Semur,
  • église de Flavigny,
  • église abb, de Fontenay près Montbard,
  • église Saint-Andoche de Saulieu,
  • église de Saint-Thibault.

Côtes du Nord

Arrondissement de Saint-Brieuc.

  • Eglise cathédrale de Saint-Brieuc,
  • église de Lanleff,
  • église Notre-Dame de Lamballe,
  • église de Montcontour.

Arrondissement de Dinan.

  • Eglise de Saint-Sauveur de Dinan,
  • église du pr. de Lehon.

Arrondissement de Lannion.

  • Eglise Saint-Pierre de Lannion,
  • église de Tréguier (ancienne cathédrale).

Creuse

Arrondissement de Guéret.

  • Eglise de la Souterraine.

Arrondissement d'Aubusson.

  • Eglise d'Evaux,
  • église de Fellein.

Arrondissement de Bourganeuf.

  • Eglise de Bénévent.

Arrondissement de Boussac.

  • Eglise Sainte-Valérie à Chambon.

Dordogne

Arrondissement de Périgueux.

  • Eglise abb. de Saint-Front à Périgueux (cathédrale),
  • église de la Cité, id. (anc. cathédrale),
  • église abb. de Brantôme.

Arrondissement de Bergerac.

  • Eglise de Beaumont,
  • église de Montpazier,
  • église abb. de Saint-Avit-Seigneur.

Arrondissement de Nontron.

  • Eglise de Cercles,
  • église de Saint-Jean-de-Col,
  • église de Bussières-Badil.

Arrondissement de Sarlat.

  • Eglise de Sarlat (anc. cathéd,),
  • église de Saint-Cyprien.

Arrondissement de Ribérac.

  • Eglise de Saint-Privat.

Doubs

Arrondissement de Besançon.

  • Eglise cathédrale de Besançon,
  • église de Saint-Vincent de Besançon.

Arrondissement de Montbelliard.

  • Eglise de Courtefontaine.

Arrondissement de Pontarlier.

  • Eglise abb. de Montbenoît,
  • église du prieuré de Morteau,
  • église abb. de Sept-Fontaines.

Drôme

Arrondissement de Valence.

  • Eglise cathédrale de Valence,
  • église de Saint-Bernard à Romans.

Arrondissement de Die.

  • Eglise de Die (anc. cathédrale),
  • église de Chabrillan.

Arrondissement de Montélimart.

  • Eglise de Grignan,
  • église de Saint-Paul-Trois-Châteaux (anc. cathédrale)
  • église de Saint-Restitut,
  • église de Saint-Marcel-des-Sauzet,
  • église de la Garde-Adhémar.

Eure

Arrondissement d'Évreux.

  • Eglise cathédrale d'Évreux,
  • église de Saint-Taurin à Évreux,
  • église de Conches,
  • église de Pacy-sur-Eure,
  • église de Vernon,
  • église de Vernonet,
  • église de Saint-Luc.

Arrondissement des Andelys.

  • Eglise du Grand-Andely,
  • église du Petit-Andely,
  • église de Gisors.

Arrondissement de Bernay.

  • Eglise abb. à Bernay,
  • église de Broglie,
  • église de Fontaine-la-Sorêt,
  • église d'Harcourt,
  • église de Serquigny,
  • église de Boisney,
  • église Notre-Dame-de-Louviers,
  • église de Pont-de-l'Arche.

Arrondissement de Pont-Audemer.

  • Eglise d'Annebaut,
  • église de Quillebeuf.

Eure et loire

Arrondissement de Chartres.

  • Eglise Notre-Dame-de-Chartres (cath.),
  • église de Saint-Aignan à Chartres,
  • église abb. de Saint-Père,
  • église Saint-André,
  • église de Gallardon.

Arrondissement de Châteaudun.

  • Eglise de Sainte-Madeleine à Châteaudun,
  • église de Bonneval.

Arrondissement de Dreux.

  • Eglise Saint-Pierre à Dreux,
  • église de Nogent-le-Roi.

Finistère

Arrondissement de Quimper.

  • Eglise cathédrale de Quimper,
  • église de Loctudy,
  • église de Pen-Marc'h,
  • église de Plogastel-Saint-Germain,
  • église de Pontcroix.

Arrondissement de Brest.

  • Eglise Notre-Dame du Folgoët,
  • église de Goulven.

Arrondissement de Châteaulin.

  • Eglise de Pleyben,
  • église de Loc-Ronan.

Arrondissement de Morlaix.

  • Eglise de Saint-Jean-du-Doigt,
  • église de Lambader,
  • église de Saint-Pol-de-Léon (anc. cathédrale),
  • église Notre-Dame du Creisquer à Saint-Pol-de-Léon.

Arrondissement de Quimperlé.

  • Eglise Sainte-Croix de Quimperlé.

Gard

Arrondissement de Nîmes.

  • Eglise abb. de Saint-Gilles,
  • église Sainte-Marthe de Tarascon.

Arrondissement d'Uzès.

  • Eglise de Villeneuve-lès-Avignon.

Haute Garonne

Arrondissement de Toulouse.

  • Eglise cathédrale de Toulouse,
  • église conv. des Jacobins à Toulouse,
  • église du Taur,
  • église abb. de Saint-Sernin,
  • église conv. des Cordeliers,

Arrondissement de Muret.

  • Eglise de Venerque.

Arrondissement de Saint-Gaudens.

  • Eglise de Saint-Gaudens,
  • église de Saint-Aventin,
  • église de Saint-Bertrand-de-Comminges (anc. cathédrale),
  • église Saint-Just de Valcabrère,
  • église abb. de Montsaunès.

Gers

Arrondissement d'Auch.

  • Eglise cathédrale d'Auch.

Arrondissement de Condom.

  • Eglise de Condom(anc. cathédrale).

Arrondissement de Lectoure.

  • Eglise de Fleurance.

Arrondissement de Lombez.

  • Eglise de Lombez,
  • église de Simorre.

Gironde

Arrondissement de Bordeaux.

  • Eglise Saint-André (cathédrale de Bordeaux),
  • église Sainte-Croix à Bordeaux,
  • église Saint-Seurin,
  • église Saint-Michel,
  • église d'Avensan,
  • églisede Bouillac,
  • église de Léognan,
  • église de Loupiac de Cadillac,
  • église de Moulis,
  • église de la Sauve.

Arrondissement de Bazas.

  • Eglise de Bazas (anc. cathédrale),
  • église d'Aillas,
  • église du Pondaurat,
  • église d'Uzeste.

Arrondissement de La Réole.

  • Eglise Saint-Pierre de La Réole,
  • église de Blazimon,
  • église de Saint-Ferme,
  • église de Saint-Macaire,
  • église de Saint-Michel.

Arrondissement de Lesparre.

  • Eglise de Bégadan,
  • église de Gaillan,
  • église de Vertheuil,
  • église de Saint-Vivien.

Arrondissement de Libourne.

  • Eglise de Saint-Denis de Piles,
  • église de Saint-Émilion,
  • église de Saint-Pierre de Petit-Palais,
  • église de Pujols.

Hérault

Arrondissement de Montpellier.

  • Eglise de Castries,
  • église Sainte-Croix à Celleneuve,
  • église abb. de Saint-Guilhem-le-Désert,
  • église abb. de Maguelonne,
  • église abb. de Vignogoul à Pignan,
  • église abb. de Vallemagne,
  • église de Villeneuve-lès-Maguelonne.

Arrondissement de Béziers.

  • Eglise de Saint-Nazaire de Béziers (anc. cathédrale),
  • église d'Agde (anc. cathédrale),
  • église d'Espondeilhan.

Arrondissement de Lodève.

  • Eglise Saint-Fulcran de Lodève,
  • église Saint-Paul de Clermont,
  • église Saint-Pargoire.

Arrondissement de Saint-Pons.

  • Eglise de Saint-Pons.

Ille et Vilaine

Arrondissement de Montfort-sur-Meu.

  • Eglise de Montauban.

Arrondissement de Redon.

  • Eglise Saint-Sauveur de Redon.

Arrondissement de Saint-Malo.

  • Eglise de Dol (anc. cathédrale).

Arrondissement de Vitré.

  • Eglise de Vitré.

Indre

Arrondissement de Châteauroux.

  • Eglise de Châtillon-sur-Indre,
  • église abb. de Déols près Châteauroux,
  • église de Levroux,
  • église de Méobecq,
  • église de Saint-Genou,
  • église de Saint-Martin d'Ardental.

Arrondissement du Blanc.

  • Eglise abb. de Fontgombaud,
  • église de Mézières-en-Brenne.

Arrondissement de la Châtre.

  • Eglise de la Châtre,
  • église de Gargilesse,
  • église de Neuvy-Saint-Sépulcre,
  • église de Nohant-Vic.

Indre et Loire

Arrondissement de Tours.

  • Eglise cathédrale de Tours,
  • église abb. de Saint-Martin à Tours,
  • église abb. de Saint-Julien,
  • église Saint-Denis à Amboise,
  • église de Vernon.

Arrondissement de Chinon.

  • Eglise abb. de Saint-Mesme à Chinon,
  • église d'Azay-le-Rideau,
  • église de Candes,
  • église de Langeais,
  • église de Rivière.

Arrondissement de Loches.

  • Eglise Saint-Ours de Loches,
  • église de Beaulieu,
  • église de Montrésor,
  • église de Preuilly.

Isère

Arrondissement de Grenoble.

  • Eglise cathédrale de Grenoble.

Arrondissement de Saint-Marcellin.

  • Eglise Saint-Antoine près Saint-Marcellin,
  • église de Marnans.

Arrondissement de la Tour-du-Pin.

  • Eglise de Saint-Chef.

Arrondissement de Vienne.

  • Eglise Saint-André-le-Bas à Vienne,
  • église Saint-Maurice,
  • église Saint-Pierre.

Jura

Arrondissement de Lons-le-Saunier.

  • Eglise de Baume-les-Messieurs.

Arrondissement de Dôle.

  • Eglise de Chissey.

Arrondissement de Poligny.

  • Eglise Saint-Anatole de Salins.

Landes

Arrondissement de Dax.

  • Eglise de Sordes,
  • église de Saint-Paul-lès-Dax.

Arrondissement de Saint-Sever.

  • Eglise de Saint-Géron à Hagetmau,
  • église de Sainte-Quitterie au Mas-d'Aire.

Loir et cher

Arrondissement de Blois.

  • Eglise de Saint-Latimer à Blois,
  • église de Saint-Aignan,
  • église de Mesland,
  • église de Nanteuil à Montrichard,
  • église de Cours-sur-Loire,
  • église Saint-Lubin à Suèvres.

Arrondissement de Romorantin.

  • Eglise de Romorantin,
  • église de Lassay,
  • église de Saint-Thaurin à Selles-Saint-Denis,
  • église de Saint-Genoux,
  • église de Selles-sur-Cher.

Arrondissement de Vendôme.

  • Eglise abb. de la Trinité à Vendôme,
  • église de Troo,
  • église de Lavardin,
  • église Saint-Gilles de Montoire.

Loire

Arrondissement de Roanne.

  • Eglise d'Ambierle,
  • église abb. de Charlieu,
  • église de la Benison-Dieu.

Haute Loire

Arrondissement du Puy.

  • Eglise cathédrale du Puy,
  • église Saint-Jean au Puy,
  • baptistère au Puy,
  • église Saint-Laurent,
  • église Saint-Michel-de-l'Aiguilhe,
  • église de Chamalières,
  • église de Monestier,
  • église de Polignac,
  • église de Saint-Paulien,
  • église de Saugues.

Arrondissement de Brioude.

  • Eglise de Saint-Julien de Brioude,
  • église abb. de Chaise-Dieu,
  • église de Chanteuges.

Arrondissement d'Yssingeaux.

  • Eglise de Bauzac,
  • église de Saint-Didier-la-Sauve,
  • église de Riotord.

Loire Inférieure

Arrondissement de Nantes.

  • Eglise cathédrale de Nantes,
  • église Saint-Jacques à Nantes.

Arrondissement de Sapenay.

  • Eglise de Saint-Gildas-des-Bois,
  • église de Saint-Gonstan,
  • église de Guérande.

Loiret

Arrondissement d'Orléans.

  • Eglise cathédrale d'Orléans,
  • église Saint-Aignan à Orléans,
  • église de Beaugency,
  • église Saint-Étienne de Beaugency,
  • église Notre-Dame de Cléry,
  • église de Germigny-les-Prés,
  • église de Meung,
  • église de la chapelle Saint-Mesmin.

Arrondissement de Gien.

Eglise abb. de Saint-Benoît-sur-Loire,

  • église de Saint-Brisson.

Arrondissement de Montargis.

  • Eglise de Ferrières,
  • église de Lorris.

Arrondissement de Pithiviers.

  • Eglise de Puiseaux,
  • église de Yèvre-le-Chatel.

Lot

Arrondissement de Cahors.

  • Eglise cathédrale de Cahors,
  • église de Montat.

Arrondissement de Figeac.

  • Eglise abb. de Saint-Sauveur à Figeac,
  • église d'Assier.

Arrondissement de Gourdon.

  • Eglise de Gourdon,
  • église abb. de Souillac.

Lot et Garonne

Arrondissement d'Agen.

  • Eglise cathédrale d'Agen,
  • ancienne église des Jacobins d'Agen,
  • église de Layrac,
  • église de Moiran.

Arrondissement de Marmande.

  • Eglise de Marmande,
  • église du Mas-d'Agenais.
  • Arrondissement de Nérac.
  • Eglise de Mézin.

...

Source : Violet le duc