Château à Meyrargues

Meyrargues, Meiranicis, Bouches-du-Rhône (Provence). La tradition rapporte que Marins avait établi un camp en cet endroit pour assurer sa communication avec Pertuis, où étaient les magasins de blé. On y a trouvé en effet les restes d'une ancienne chaussée qui se dirigeait de Meyrargues à la Durance. Les ruines romaines abondent dans ce territoire, particulièrement dans le domaine de Vauclaire ; dans le vallon des Arcs on voit encore quelques arceaux du bel aqueduc romain qui conduisait les eaux de Traconade à Aix.

Ce village est généralement mal bâti, dans une gorge étroite exposée au veut du nord. Il est dominé par un antique château entouré de fortes murailles flanquées de tours, bâti sur le sommet d'un roc isolé et assez bien conservé, dont la fondation remonte au IXe ou au Xe siècle. Le château de Meyrargues frappe le voyageur par son élévation et son isolement sur une colline qui s'avance entre ce vallon et le village. Il a joué un grand rôle dans les guerres du moyen-âge, lorsque le vicomte Raymond de Turenne ravageait la Provence. Sa mère Eléonore de Comminges fut prise dans ce château, d'où elle soufflait le feu de la guerre civile, par le maréchal de Boucicaut en 1391. Le roi René en fit don à la famille d'Alagonia, d'où il passa dans celle de Valbelle, qui l'a porté dans celle d'Albertas.

Source : Dictionnaire géographique, historique, industriel et commercial par Pierre Augustin Eusèbe Girault de Saint-Fargeau

Lieu de France dans la Provence, diocèse d'Aix. il y a un château que la nature et l'art ont rendu très fort. Il a appartenu autrefois aux princes de Beaux, de qui Charles II, Roi de Sicile et comte de Provence l'acquit en 1291. Il revint encore à la famille de Beaux en 1374 d'où il passa en 1400, au maréchal de Boucicault. Il fut ensuite possédé longtemps par la Maison d'Alagonia, de laquelle les Valtets de Marseille l'acquirent en 1620. La force du Château de Meyrargues a donné occasion à des Seigneurs de se révolter ; ce qui a été cause qu'il a été plusieurs fois confisqué.

Source : Le grand dictionnaire géographique et critique par Antoine Augustin Bruzen de La Martinière.

Philippe-le-Bel avait fait arrêter, le 12 septembre 1307, et à la même heure, tous les Templiers qui se trouvaient sur les terres de son obéissance. Les ordres de Charles II furent exécutés avec la même ponctualité. Le même jour, à la même heure, vingt-sept chevaliers se virent jeter dans le château de Meyrargues ; vingt-et-un dans celui de Pertuis. Mais à l'honneur de l'humanité, il faut le dire, la Provence n'eut à regretter aucune victime ; tout le sang qui coula fut versé par le roi de France ; tous les cris de douleur, arrachés par la flamme et par les tortures, furent poussés sur les terres françaises. (...)

Clément vu avait eu la lâcheté de détacher ses intérêts de ceux de la province , en désarmant la vengeance de Raymond, au prix de 30,000 francs. Il fallut se contenter de sa médiation pour obtenir la paix. Pendant qu'on négociait inutilement avec Eléonore de Comminges, retranchée dans le château de Meyrargues, Tannée provençale assiégeait le château des Baux, Roquemartine, Vitrolles (1396), ravageait le territoire du Pertuis et bloquait Meyrargues. Enfin, Marie de Blois mettait à prix la tête de Raymond de Turenne. Mais le rude vicomte n'en était que plus ardent à poursuivre sa vengeance. Vols, incendies, homicides, adultères, viols, profanations d'églises et de monastères , ce cannibale poussait ses bandits à tous les crimes et faisait précipiter ses prisonniers du haut des murailles de son château.

Source : Histoire de Marseille par Amédée Boudin

Vis-à-vis la maison du Bon-Pasteur était celle où logeait le pieux Jacques de la Roque, fondateur de l'hôpital Saint-Jacques de cette ville (NdW : Aix) en 1519, sur lequel nous ne dirons rien, renvoyant le lecteur à l'intéressante notice que M. Mouan, avocat, a publiée en 1834 sur ce respectable personnage, et nous parlerons des Alagonia, seigneurs de Meyrargues, dont la maison d'habitation était voisine de celle de la Roque.

Artaluche d'Alagonia était un très grand seigneur du royaume de Naples, et y possédait des biens immenses. Ayant embrassé le parti du roi René contre Alphonse, roi d'Aragon, il suivit la fortune du premier, et se retira avec lui en Provence lorsqu'il abandonna le royaume de Naples à son heureux compétiteur. René, pour le dédommager des biens qu'il abandonnait en Italie, lui donna, en 1443, la terre et le château de Meyrargues, sur quoi il disait assez plaisamment qu'on lui donnait un poulailler (un gallinaro) en échange de trente mille ducats de rente qu'il avait perdus. Cet Artaluche d'Alagonia avait composé un Traité de la Fauconnerie, qui avait eu quelque réputation, et qui est oublié depuis longtemps.

Source : Les rues d'Aix ou, Recherches historiques sur l'ancienne capitale par Roux-Alphéran.

Vous avez raison Zoé, le comtat Venaissin fait parti de la Provence ; quoi qu'il ait appartenu quelque temps aux souverains pontifes, ce pays n'a point cessé d'être provençal. C'est un des quatre membres du corps que les Romains nommèrent Provincia, dont on a fait le mot Provence. Je le visiterai, ce pays, et, puisque voua l'exigez, je m'arrêterai le moins qu'il me sera possible dans les lieux principaux ; par ce moyen, je serai rentré chez moi au jour convenu. C'est pour complaire a vos désirs que je vais parcourir la région des Alpines que je ne connais pas encore.

Nous avons pris la direction du point par lequel les quatre départements de la Provence se touchent. En passant nous avons vu le château de Meyrargues. Vingt-sept chevaliers de l'ordre des Templiers y furent enfermés; mais ils n'y furent point égorgés. La Provence ne trempa point dans un meurtre qui fait la honte des pays qui se conformèrent à un ordre sanguinaire et cruel. Ce château servit souvent de retraite et de boulevard aux seigneurs révoltés contre l'autorité souveraine des anciens comtes de Provence. Éléonore de Cominges, mère de Raymond de Turenne, s'y retrancha , et fut forcée d'abandonner la place aux soldats du roi.

Source : Lettres à Zoé sur la Provence par Etienne Garcin.

Chronologie

  • XIe Siècle La famille des Baux fait bâtir une forteresse en pierre sur le site de Meyrargues.
  • 1291 Hugues III des Baux cède Meyrargues au comte de Provence.
  • 1442 René le Bon, roi de Naples et duc de Provence, offre Meyrargues à la famille d'Alagonia.
  • 1637 La famille de Valbelle devient propriétaire du château.
  • 1648-1653 Troubles de la fronde.
  • 1650 Destruction partielle du Château, qui est reconstruit et réaménagé par les Valbelle.
  • 1720-1722 Dernière épidémie de peste recensée en France. Meyrargues connaît d'importantes pertes.
  • 1952 Le Château est transformé en hôtel.
  • 1992 Le château est inscrit à l'inventaire supplémentairedes Monuments Historique

Source : Site du château et son Hôtel.

Château à Meyrargues
Crédit photo : Contributeur anonyme (Château, meyrargues)

bâtiment classé.

Informations structurelles

Château, Le village est dominé par un antique château entouré de fortes murailles flanquées de tours, bâti sur le sommet d'un roc isolé et assez bien conservé, dont la fondation remonte au IXe ou au Xe siècle. Le château de Meyrargues frappe le voyageur par son élévation et son isolement. meyrargues, bouches du rhone

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 11051
  • item : Château
  • Localisation :
    • Provence-Alpes-Côte d'Azur
    • Bouches-du-Rhône
    • Meyrargues
  • Code INSEE commune : 13059
  • Code postal de la commune : 13650
  • Ordre dans la liste : 2
  • Nom commun de la construction :
    • La dénomination principale pour cette construction est : château
  • Etat :
    • L'état actuel de cette construction ne nous est pas connue.

Dates et époques

  • Périodes de construction : 3 différentes époques marquent l'histoire du lieu.
    • 13e siècle
    • 14e siècle
    • 16e siècle
  • Date de protection : 1990/06/19 : inscrit MH
  • Date de versement : 1993/06/04

Construction, architecture et style

  • Materiaux:
    • NC.
  • Couverture :
    • NC.
  • Materiaux (de couverture) :
    • NC.
  • Autre a propos de la couverture :
    • NC.
  • Etages :
    • NC.
  • Escaliers :
    • NC.
  • Décoration de l'édifice :
    • NC.
  • Ornementation :
    • NC.
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Interêt de l'oeuvre : Site inscrit 10 04 1952 (arrêté) .
  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :7 éléments font l'objet d'une protection dans cette construction :
    • cheminée
    • élévation
    • toiture
    • salle
    • décor intérieur
    • terrasse
    • chemin
  • Parties constituantes :
    • NC.
  • Parties constituantes étudiées :
    • NC.
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : propriété d'une personne privée 1992
  • Détail :
    • Ensemble des façades et toitures du château
    • terrasse
    • une salle au rez-de-chaussée avec sa cheminée monumentale du 16s (cad. D 5) : inscription par arrêté du 19 juin 1990
  • Référence Mérimée : PA00081503

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de Utilisateur anonyme est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Utilisateur anonyme propose pour l'histoire de ce monument :

La construction primitive du château date du IXe siècle et du XIe siècle. Autrefois demeure d'été des Seigneurs des Baux, d'Alagonia et de Valbelle, le château de Meyrargues est transformé au XVIIIe siècle par un négociant Aixois et devient un entrepôt d'amandes.

Juché sur un rocher il domine le village en forme d'étoile irrégulière et est flanqué de tours carrées. La tradition populaire lui attribuait autant de fenêtres qu'il y a de jours dans l'année étant donné son importance et sa masse. Après les guerres de religions, le château s'ouvre sur l'extérieur en agrandissant les fenêtres et en abattant une aile.

Désormais, la forteresse desservie par une vaste terrasse tourne son regard vers le site sauvage des collines de Meyrargues. la tradition populaire lui attribuait autant de fenêtres qu'il y a de jours dans l'année, étant donné son importance et sa masse.


Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.