Château du Paty à Chenu

Château du Paty à Chenu
Crédit photo : Thibaut Huyghues-Despointes (Château du Paty, chenu)

bâtiment classé.

Informations structurelles

Château du Paty, Possession de l'abbaye, puis de la collégiale, de Tours, Chenu dépendait du grand Prévôt de l'abbaye. Ce personnage déléguait son autorité à des prévôts locaux ou à des officiers appelés dès l'époque carolingienne des « voyers ». chenu, sarthe

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 119490
  • item : Château du Paty
  • Localisation :
    • Pays de la Loire
    • Chenu
  • Code INSEE commune : 72077
  • Code postal de la commune : 72500
  • Ordre dans la liste : 2
  • Nom commun de la construction :
    • La dénomination principale pour cette construction est : château
  • Etat :
    • L'état actuel de cette construction ne nous est pas connue.

Dates et époques

  • Périodes de construction : 2 différentes époques marquent l'histoire du lieu.
    • 15e siècle
    • 18e siècle
  • Date de protection : 1977/11/08 : inscrit MH
  • Date de versement : 1993/11/22

Construction, architecture et style

  • Materiaux:
    • NC.
  • Couverture :
    • NC.
  • Materiaux (de couverture) :
    • NC.
  • Autre a propos de la couverture :
    • NC.
  • Etages :
    • NC.
  • Escaliers :
    • NC.
  • Décoration de l'édifice :
    • NC.
  • Ornementation :
    • NC.
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :7 éléments font l'objet d'une protection dans cette construction :
    • portail
    • élévation
    • toiture
    • douves
    • pont
    • port
    • douve
  • Parties constituantes :
    • NC.
  • Parties constituantes étudiées :
    • NC.
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : propriété d'une personne privée 1992
  • Détails : Façades et toitures ainsi que le portail d' accès et le pont sur les douves qui l' accompagne (cad. C 465) : inscription par arrêté du 8 novembre 1977
  • Référence Mérimée : PA00109716

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de Thibaut Huyghues-Despointes est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Thibaut Huyghues-Despointes propose pour l'histoire de ce monument :

Le Paty

Quel était l'officier à Chenu, délégué du prévôt de Tours, aux temps Carolingiens, et quel rapport avec le Paty ?

Possession de l'abbaye, puis de la collégiale, de Tours, Chenu dépendait du grand Prévôt de l'abbaye. Ce personnage déléguait son autorité à des prévôts locaux ou à des officiers appelés dès l'époque carolingienne des « voyers ». Ce délégué ne joue pas le rôle d'un intendant chargé de fonctions économiques, mais il possède les autres pouvoirs du propriétaire ; comme officier de finance, le voyer perçoit les impôts, les droits de vente, de circulation ; il organise les diverses corvées, fait proclamer le ban et, si besoin est, il lève des hommes d'armes. Il est surtout juge de paix et officier de police, chargé principalement des 4 cas (vol, rapt, incendie, coups et blessures). Il inflige des amendes et poursuit les coupables. On peut dire, en gros, qu'il joue le rôle de ‘shérif' dans la vieille Angleterre, ou celui du même officier dans le Far West américain. Son activité est donc, si l'on peut dire, spécialisée. Elle ne comporte pas de droit de vie ou de mort. De plus, elle est antérieure à l'ordre féodal proprement dit. Ceci explique donc que les seigneuries viendront coiffer la propriété des chanoines, en amenuisant peu à peu leurs droits et que, de plus, l'exercice de la haute justice sera le biais par lequel les comtes d'Anjou ou leurs représentants, les barons de Château-la-Vallière, étendront leur influence sur la terre de Chenu.

Où résidait le « voyer » ?

Où donc résidait le voyer des chanoines, si ce n'est au Paty. Voici les raisons qui conduisent à cette affirmation : le Paty actuel est une construction de la fin de 15e siècle, au moins dans le gros œuvre. Cette construction a laissé subsister des traces de dispositions anciennes qui font songer à une motte féodale.

Qu'est-ce qu'une « motte féodale » ?

La motte est un monticule de terre plus ou moins circulaire, entouré d'eau et surmonté par une construction en madriers ; Une passerelle permettait d'accéder à la maison. Des mottes ainsi construites sont figurées sur la tapisserie de Bayeux (Rennes, Dinan, Bayeux etc..). Le donjon, en pierres, de Foulques Nerra à Langeais, daté de 992, représente fort bien la motte féodale

Et pourquoi le Paty, comme résidence du voyer ?

Outre l'indication, assez mince, il est vrai, tirée de la disposition générale des lieux, une autre raison permet d'attribuer au Paty le siège du voyer de Tours, C'était le Paty qui avait la seigneurie de la paroisse, malgré l'établissement de châteaux parfois plus considérables ; les fiefs principaux mouvaient du Paty, celui de la Maison Rouge, et celui de la Bruère. Quand aux autres, tous plus récents, il est difficile d'établir avec exactitude les liens de vasselage : Chérigny, Les Forgeais, la Borderie, La Brosse, Méré, La Chouannière, et Chétigné. D'ailleurs, il n'est pas nécessaire que ces liens aient existé, car le seul fait que le Paty ait été le fief dominant de la paroisse établit par le fait même son ancienneté qui prouve ainsi le rôle joué par la Paty dès les premiers temps de la paroisse.

De plus on peut remarquer que si le Paty avait été le siège d'une vieille famille, comme les Forgeais pour la famille de Juglart, on en trouverait trace dans les documents ; or l'absence de nom est tout à fait explicable et constitue même une preuve, si l'on se trouve en présence de la demeure d'un fonctionnaire de Saint Martin de Tours, lesquels se succèdent sans faire souche seigneuriale, car la charge de voyer, comme celle de prévôt, n'était pas héréditaire.

Les temps … modernes XVe-XIXe puis XXe-XXIe

Comment est-on passé de la motte féodale au château actuel ? Une étude minutieuse des fondations n'apporterait sans doute pas de réponse à cette question. On en est réduit à formuler quelques hypothèses, basées sur des idées très générales.

Il est absolument certain que le Paty ne fut jamais un château fort. On ne le trouve jamais nommé dans les listes anciennes pour le Maine, l'Anjou ou la Touraine ; d'ailleurs, un château fort à cet endroit serait en surnombre et on ne voit pas du tout à quel besoin militaire il répondrait, ni quel seigneur l'aurait fait construire. Certainement ni les moines, ni les chanoines. Quand aux comtes d'Anjou, s'ils ont convoité les redevances, une augmentation du domaine ou l'exercice de leur droit de gibet, ils n'ont jamais pu ni même voulu contester la légitime possession de la terre.

On peut supposer que vers le XI e - XII e siècle, la maison de bois, vétuste et mal commode, fut sans doute remplacée par une construction de maçonnerie. Y eut-il des tours ? Le voyer devait bien disposer de quelques archers, mais est-ce suffisant pour avoir une tour de guet sur des murailles, en plus du service de jour ? Cependant, la tour SW, éloignée d'une centaine de mètres de la maison sur les douves et dont il ne reste que quelques éléments date d'une construction ancienne, probablement du 11° siècle. La Tour NE, qui fait partie intégrante de la maison, fut probablement construite vers le 13°siècle, au moins pour ses fondations. Le très simple manoir du XIIe siècle dut tenir jusqu'au XVe siècle, jusqu'à la guerre de cent ans ; fut-il pillé, brûlé à cette époque ? Tout est possible…

Vers 1470 : Hélie de Bourdeille, archevêque de Tours, confesseur de Louis XI, protecteur de la Pucelle de France, et ses successeurs.

Quoi qu'il en soit, les choses vont rapidement changer avec le nouveau propriétaire. Né vers 1410 (1413 ?), Hélie de Bourdeille était le fils du gouverneur du Périgord. Entré dans les ordres, il fut nommé évêque de périgueux en 1438. Sa réputation fut si grande que le roi Charles VII le désigna pour faire partie de la commission chargée de la révision du procès de Jeanne d'Arc. En 1432, Hélie présenta au roi ses ‘Considérations sur la Pucelle de France', travail qui fut considéré comme une préparation à la béatification plutôt que comme un plaidoyer en faveur d'une condamnée. En 1468, Hélie fut délégué aux Etats Généraux de Tours. Sa personne plut à Louis XI qui le choisit comme confesseur et le fit nommer Archevêque de Tours. Il sera cardinal en 1483 et mourra à Artennes, le 5 juillet 1484.

Les chanoines de la collégiale ne pouvaient rien refuser à l'archevêque si bien en cour. Hélie de Bourdeille fit donc l'acquisition du Paty. Les habitudes du Moyen-âge, encore tout proche, les temps troublés que tous venaient de vivre, l'exemple royal, tout cela fit que le bon prélat construisit le château actuel, en y rénovant les tours et, en faisant élargir le fossé. La Renaissance arrivait.

Après la mort du cardinal, le Paty passe aux mains de son frère, puis de son neveu, Pierre de Bourdeille, abbé commendataire de Brantôme, nom sous lequel il laisse un souvenir dans l'histoire de la littérature française.

Le Paty reste un moment dans la famille de Brantôme, Monsieur Houdouin, avocat au Châtelet de Paris, membre de cette famille, en hérita à son tour.

Puis, par le mariage de sa fille avec M. Hubert, le Paty passa dans les familles Hubert, puis Ducasse.

1909 : notre famille

Joseph Langellier Bellevue, issu d'une ancienne famille créole de la Martinique, en fit l'acquisition au début du XX e siècle (le 3 avril 1909) puis le transmit par héritage à ses deux filles, Mme Edouard Huc (Caroline) et Mme Georges Huc (Henriette). Par suite d'arrangements familiaux, la propriété en est échue à deux filles de Mme Edouard Huc, Mme Henri Dhavernas (Antoinette) et Mme Roger Huyghues Despointes (Hélène). En décembre 2006 puis janvier 2007, Thibaut Huyghues Despointes et ses enfants rachètent la partie Dhavernas de l'indivision Huyghues Despointes - Dhavernas, préservant ainsi le Paty pour la 5° génération et les 6° à venir.

Ma mère Hélène et mon épouse Christine demeurent les âmes de cette maison.

Etude effectuée d'après les archives régionales et celle de son abbaye par Dom Pora de l'abbaye de Solesmes.

Etude actualisée par moi-même dans son dernier paragraphe.

Thibaut Huyghues Despointes

Envoyer un mail à l'auteur de cette photo pour plus d'information

Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.