Qu'est-ce qu'un abaque

Abaque romane primitive
Abaque romane primitive
Abaque roman XIIe siecle
Abaque roman XIIe siecle
Abaque eglise Vezelay
Abaque eglise Vezelay
Abaque XIIIe siecle
Abaque XIIIe siecle
Abaque XIIIe siecle 2
Abaque XIIIe siecle 2
Abaque circulaire XIIIe siecle
Abaque circulaire XIIIe siecle
Abaque XIVe siecle
Abaque XIVe siecle
Abaque XVe siecle
Abaque XVe siecle

(TAILLOIR.) Tablette qui couronne le chapiteau de la colonne. Ce membre d’architecture joue un rôle essentiel dans les constructions du moyen âge.

Le chapiteau, recevant directement les naissances des arcs, forme un encorbellement destiné à équilibrer le porte à faux du sommier sur la colonne : le tailloir ajoute donc à la saillie du chapiteau en lui donnant une plus grande résistance. Biseauté généralement dans les chapiteaux de l’époque romane primitive (fig. 1), il affecte en projection horizontale, la forme carrée suivant le lit inférieur du sommier de l’arc qu’il supporte ; il est quelquefois décoré de moulures simples et d’ornements, particulièrement pendant le XIIe siècle, dans l’Île-de-France, la Normandie, la Champagne, la Bourgogne et les provinces méridionales (fig. 2). Son plan reste carré pendant la première moitié du XIIIe siècle, mais alors il n’est plus décoré que par des profils d’une coupe très-mâle (fig. 3), débordant toujours les feuillages et ornements du chapiteau. L’exemple que nous donnons ici est tiré du chœur de l’église de Vézelay, bâti de 1200 à 1210.

Au milieu du XIIIe siècle, lorsque les arcs sont refouillés de moulures accentuées présentant en coupe des saillies comprises dans des polygones, les abaques inscrivent ces nouvelles formes (fig. 4). Alors les feuillages des chapiteaux débordent la saillie des tailloirs. (église de Semur en Auxois et cathédrale de Nevers.)

On rencontre souvent des abaques circulaires dans les édifices de la province de Normandie, à la cathédrale de Coutances, à Bayeux, à Eu, au Mont-Saint-Michel ; les abaques circulaires apparaissent vers le milieu du XIIIe siècle : les profils en sont hauts, profondément refouillés, comme ceux des chapiteaux anglais de la même époque. Quelquefois dans les chapiteaux des meneaux de fenêtres (comme à la Sainte-Chapelle du Palais, comme à la cathédrale d’Amiens, comme dans les fenêtres des chapelles latérales de la cathédrale de Paris), de 1230 à 1250, les abaques sont circulaires (fig. 5). Vers la fin du XIIIe siècle les abaques diminuent peu à peu d’importance ; ils deviennent bas, maigres, peu saillants pendant le XVIe siècle (fig. 6), et disparaissent presque entièrement pendant le xve (fig. 7).

Puis, sous l’influence de l’architecture antique, les abaques reprennent de l’importance au commencement du xvie siècle (voy. Chapiteau). Pendant la période romane et la première moitié du xiiie siècle, les abaques ne font pas partie du chapiteau ; ils sont pris dans une autre assise de pierre ; ils remplissent réellement la fonction d’une tablette servant de support et de point d’appui aux sommiers des arcs. Depuis le milieu du xiiie siècle jusqu’à la renaissance, en perdant de leur importance comme moulure, les abaques sont, le plus souvent pris dans l’assise du chapiteau ; quelquefois même les feuillages qui décorent le chapiteau viennent mordre sur les membres inférieurs de leurs profils. Au xve siècle, les ornements enveloppent la moulure de l’abaque, qui se cache sous cet excès de végétation.

Le rapport entre la hauteur du profil de l’abaque et le chapiteau, entre la saillie et le galbe de ses moulures et la disposition des feuillages ou ornements, est fort important à observer ; car ces rapports et le caractère de ces moulures se modifient, non-seulement suivant les progrès de l’architecture du moyen âge, mais aussi selon la place qu’occupent les chapiteaux. Au XIIIe siècle principalement, les abaques sont plus ou moins épais, et leurs profils sont plus ou moins compliqués, suivant que les chapiteaux sont placés plus ou moins près du sol. Dans les parties élevées des édifices, les abaques sont très-épais, largement profilés, tandis que dans les parties basses ils sont plus minces et finement moulurés.

Source : Viollet le duc