Saint Constance ou Constant (vers 515-535))

Constant que l'on a confondu à tort avec Constantin, l'un de ses prédécesseurs souscrivit aux actes du concile d'Epaone réuni du 6 au 15 septembre 517, par saint Avit, métropolitain de Vienne, du temps de Sigismond roi des Bourguignons, auquel les Gapençais obéissaient alors. Nous trouvons sa signature ainsi formulée Constantius in Christi nomine Episcopus civitatis Vapincensis relegi et subscripsi die et consule suprascripto Moi, Constant, au nom du Christ, évêque de la ville de Gap, j'ai relu et souscrit, au jour et sous le consul sus-désigné. Il se trouva également, le 6 juin 524, au 4e concile d'Arles assemblé dans les états de Thierri, à qui Gap s'était depuis soumis. Bien que sa signature ne fasse pas mention de son siége, il est fort présumable que c'est lui qui assista au concile tenu à Carpentras, le 6 novembre 527, contre Agrèce d'Antibes, qui avait violé un canon promulgué au concile d'Epaone, touchant l'ordination des prêtres ; cet évêque fut privé, pendant un an, de la célébration des saints mystères.

Notre prélat se rendit aussi au 2e concile d'Orange tenu le 31 juillet 529, contre le semi-pélagianisme et l'hérésie prédestinatienne. On ignore la date de la mort de saint Constant.

La France pontificale (Gallia Christiana) Diocèse de Gap, par Honoré Jean P. Fisquet 1864.