Robert (1236-1252)

Il appartenait à l'Ordre de Saint-Dominique et reçut, en 1236, la consécration épiscopale. Il est mentionné dans le testament d'André, dauphin de Viennois, fait le 4 mars 1237. Ce prince lui recommande, ainsi qu'à d'autres archevêques et évêques, sa femme Béatrix de Montferrat, Guigues son fils et ses vassaux. Au mois d'avril 1238, Robert se rendit à Turin et y fit hommage à l'empereur Frédéric II pour les villes et les châteaux épiscopaux de son diocèse. Ce prince, par une bulle, consignée dans le Livre rouge déposé aux archives de l'hôtel-de-ville de Gap, confirma en sa faveur les privilèges des droits régaliens que les empereurs avaient accordés à ses prédécesseurs. Les châteaux qui y sont dénommés sont ceux de la Bâtie-Neuve, de la Bâtie-Vieille, de Tallard, de Monestier et autres. Elle fut donnée en présence de Jean, archevêque de Vienne, d'Aimar, archevêque d'Embrun, de Pierre, évoque de Grenoble, de Boniface de Montferrat et de Mainfroi, marquis de Saluces. A son retour, Robert s'arrêta à Embrun, et parvint à mettre d'accord et à concilier Aimar, archevêque d'Embrun avec les habitants de cette ville qui avaient méconnu l'autorité de leur prélat. L'esprit de justice et de conciliation qui lui était particulier, le fit nommer, par le pape Grégoire IX, arbitre d'un différend qui s'était élevé entre ce même prélat et le dauphin Guigues VII, au sujet du serment que ce dernier devait à l'archevêque d'Embrun et qu'il avait prêté à Raimond Bérenger IV, comte de Provence. Robert, soutenu par le souverain Pontife, parvint à terminer cette affaire, car Guigues rendit hommage non pas à Aimar, mais à Humbert, son successeur, le 15 novembre 1245, dans la maison du prieuré de Romette, et l'évoque de Gap en dressa l'acte authentique.

Deux ans après, Guigues VII ratifiait une convention intervenue en 1210 entre son père Guigues VI dauphin de Viennois, Eudes III, duc de Bourgogne, et Raimond Sédu, archevêque d'Embrun. Robert, éyêque de Gap, en dressa aussi l'acte, le 7 juin 1247, dans-un verger qui était attenant à la maison des Pères de Saint-Antoine, à Gap. Le 12 octobre 1251, il fut témoin avec Amblard, évoque de Digne, et Guillaume Ribot, évêque de Vence, de l'enregistrement de la bulle par laquelle Conrad, roi des Romains, avait accordé le 6 janvier 1147 aux archevêques d'Embrun, d'Arles et de Vienne, les régales impériales, la justice, la monnaie et les péages. L'évoque Robert mourut le mercredi, 14 février 1252, suivant notre manière de compter les années et fut inhumé dans l'église du couvent des Frères-Prêcheurs de la Baume-les-Sisteron, paroisse du diocèse de Gap, située sur la rive gauche de la Durance, église dont il avait posé la première pierre, le 1er décembre 1248. C'était pendant la durée de son épiscopat que ces religieux étaient venus s'établir en cet endroit. Robert avait aussi approuvé diverses donations en faveur de la chartreuse de Durbon, et avait obtenu, en 1245, la confirmation des privilèges de la Bâtie-Neuve, de la Bâtie-Vieille et de Tallard, ainsi qu'il résulte d'un diplôme qui était conservé dans les archives de la chambre des comptes d'Aix.

La France pontificale (Gallia Christiana) Diocèse de Gap, par Honoré Jean P. Fisquet 1864.