Guillaume IV d'Esclapon (1217-1235)

Issu d'une noble et ancienne famille de Provence qui n'est pas encore éteinte, et qui, de nos jours, a donné un vénérable prélat à l'Église de Verdun ; il était, depuis 1212, abbé de Lérins, qu'il gouvernait avec sagesse, lorsque son mérite le fit tirer du cloître pour ceindre la mitre épiscopale. C'était en 1217. Par acte du 18 octobre 1222, le dauphin Guigues André rendit hommage à Guillaume pour tout ce qu'il possédait ou pourrait posséder à l'avenir dans le diocèse. Cet hommage fut reçu par le prélat dans un pré situé hors des murailles de la ville en face de la maison du dauphin et en présence de plusieurs hauts et puissants seigneurs du Dauphiné.

Guigues André se trouvant à Romette, le 26 juin 1235, dans le verger appartenant aux Bénédictins établis dans cette petite ville y approuva ainsi que Guillaume d'Esclapon, une donation de la terre de Montbrand et de la moitié de celle de la Baume-des-Arnauds, faite par Guillaume Augier, seigneur de Montbrand, qui venait de prendre l'habit religieux chez les Chartreux, en faveur de son frère Roger, prieur d'Aspres. Le 30 avril précédent, Guillaume avait sanctionné diverses libéralités faites à la chartreuse de Durbon. Il mourut à la fin de cette même année.

Ce prélat portait pour armoiries de gueules fretté de six lances d'or, accompagnées de petits écussons de même semés dans les interstices.

La France pontificale (Gallia Christiana) Diocèse de Gap, par Honoré Jean P. Fisquet 1864.