Guillaume Ier (1130-1149)

Sacré évêque de Gap en 1130, Guillaume gouverna cette Église pendant près de vingt ans; il confirma durant son épiscopat un grand nombre de donations faites aux Chartreux de Durbon; et assista entre autres, en 1144, à la donation qu'Isoard, comte de Die, fit à ce couvent. Ce fut lui, comme nous l'avons dit plus haut, qui dut, le 14 mars 1133, rendre les derniers devoirs à Augier, évoque de Riez. Il eut à lutter, ainsi que l'évoque de Die et l'archevêque d'Embrun, contre l'hérésie des Pétrobusiens, ou partisans de Pierre de Bruys qui s'était répandue dans ces trois diocèses. Pierre le Vénérable, abbé de Cluny, eut en grande estime ces trois prélats, ainsi que le témoignent plusieurs lettres qu'il leur écrivit, et nous apprenons, par le passage suivant d'une de ces lettres, qu'ils étaient aussi remarquables par leur science que par le zèle et la piété qui les distinguaient.

« Aux excellents prêtres de Dieu et très-honorables. Guillaume d'Embrun, Ulric de Die, Guillaume de Gap, frère Pierre, humble abbé de Cluny, salut. Puisque de tous les évêques de la province de la Septimanie ou des Alpes-Maritimes il n'y en a pas eu en qui la divine Providence ait plus particulièrement élevé la dignité épiscopale que vous avez fait par votre piété, par votre science par votre érudition et par votre sollicitude pastorale. pour cela je rends grâces à Dieu qui n'a pas voulu que votre travail fût tout à fait inutile, mais l'expérience fait voir qu'il a presque anéanti par vos sueurs les ennemis de la religion chrétienne, et par conséquent du salut des hommes. »

Ces hérétiques furent, vers 1146, totalement expulsés du diocèse de Gap, et leur chef fut brûlé à Saint-Gilles l'année suivante. Guillaume mourut le mercredi 2 novembre 1149 suivant le Nécrologe de Saint-André-les-Avigoon.

La France pontificale (Gallia Christiana) Diocèse de Gap, par Honoré Jean P. Fisquet 1864.