Armand (1092-1105)

Les plus anciens Bréviaires de Gap nous apprennent qu'Armand appartenait à un ordre religieux et que la vie édifiante qu'il menait le fit élire au siège épiscopal de Gap. Il ne changea pas ses habitudes du cloître et tint toujours une conduite conforme à sa première profession. Son sacre paraît avoir eu lieu en 1092. C'est lui qui, le 13 juin 1104, trente ans après la mort de saint Arnoux, fit l'ouverture du tombeau de ce prélat dans l'église de Saint-Jean-le-Rond, en présence d'un grand concours de prêtres et de fidèles. Il descendit dans le caveau, et, à.son grand étonnement comme nous l'avons dit, il trouva le corps et les vêtements du saint aussi intacts qu'au jour de ses funérailles. Il ordonna la translation des reliques du saint évoque dans l'église qui, depuis a porté et porte encore le nom de saint Arnoux.

C'est à Armand que fut adressée la sentence d'excommunication rendue au concile de Clermont, en 1095, par le pape Urbain II contre Hugues, comte du Gapençais, qui seul d'entre tous les seigneurs français, n'avait point répondu à l'appel fait à son courage et à sa foi pour la croisade. Urbain II mit alors ses terres en interdit et délia ses vassaux du serment de fidélité. Armand mourut en 1105.

La France pontificale (Gallia Christiana) Diocèse de Gap, par Honoré Jean P. Fisquet 1864.