Patrimoine historique de Prades

Description de Prades

Prades, commune Française du département pyrenees orientales avec 2 sites répertoriés ou simplement présentés pour leur caractère remarquable.

Vous trouverez dans le menu et en bas de page les liens vous menant sur les fiches de description.

On compte 8 lieux-dits à Prades : cami nou ; cami de badeloc ; cami de las fourques ; cami del mitg ; cami dels brulls ; coste de clara ; les vergers de clovis ii ; pla de la basse.

Edifices, monuments classés à Prades

Bâtiments classés de Prades (Source open data), Prades possède 2 bâtiments ou espaces classés. On peu citer :

  1. Eglise Saint-Pierre référence officielle : PA00104099 ;
  2. Maison Jourda (maison Jacomet) référence officielle : PA66000012
Attention cette liste est suceptible d'évoluer, les données présentées sont de 2013.

Lieux de culture à Prades

Bibliothèque de Prades, Prades possède 1 bibliothèque à proximité :

  • mediatheque municipale pompeu fabra (33 rue de l'hospice 66500 PRADES)

Cinema de Prades, Prades dispose de 1 salle de cinéma :

  • lido (174 avenue du general de gaulle, 66500 prades)

Statistique Prades

Commune ou ville de :
Code postal de la ville : 66500
Code Insee : 66149
Longitude : 2.339305
Latitude : 42.612959
Population totale : 6315 habitants
lieu dit : 8
allee : 8
avenue : 16
boulevard : 1
chemin : 12
impasse : 26
place : 4
route : 7
rue : 109

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec Prades
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
Maison Jourda (maison Jacomet)
Maison de notables depuis le début du XVIe siècle, résultant de plusieurs campagnes de construction du XVe au XIXe siècle. L'immeuble était bordé par une cour attenante au sud, lotie au milieu du XIXe siècle. Construction à pan-de-bois, à deux étages carrés sur rez-de-chaussée et étage de comble.

Eglise Saint-Pierre
Prades n'a d'abord été qu'un simple monastère dépendant de l'abbaye de la Grasse. Une charte de l'année 855 y signale déjà une cellule. Vers l'an 1588, elle se racheta de la juridiction bénédictine pour se mettre sous la protection directe du roi, à la condition de garder ses privilèges.