Manufacture d'Art Religieux Pierson à Vaucouleurs

En bordure de l'avenue André Maginot, immeuble réservé aux bureaux et hall d'exposition ; de part et d'autre de baies surmontées de frontons, 2 corps de bâtiment en forme de chapelle, ornés de vitraux et surmontés de statues ; à l'ouest, derrière cet immeuble, plusieurs bâtiments abritant l'atelier de peinture, l'atelier de sculpture, les locaux de cuisson des terres cuites, l'atelier de réalisation des verrières, la fonderie, un garage ; l'unique bâtiment subsistant est l'atelier de fabrication : en rez-de-chaussée, charpente en bois apparente, élévation à travées, toit à longs pans, appentis ; entrepôt industriel : appentis

En 1860, Martin Pierson s'installa à Vaucouleurs et ouvrit un atelier de statues et monuments funéraires en pierre. En 1865, il créa l'institut catholique de Vaucouleurs pour produire des statues religieuses en pierre, en plâtre, en terre cuite et en fonte de fer. Après la guerre de 1870, il reprit son affaire avec le sculpteur Demoisson et le peintre Alphonse Bentz et des ouvriers de Metz ayant opté pour la France. Le succès fut considérable. Il arriva que l'entreprise travaille avec les fonderies de Tusey qui ne diffusaient que de la statuaire en fonte. En 1881, elle devint l'union internationale artistique. En 1884, Pierson ouvrit une succursale à Paris et créa un atelier de sculpture sur bois pour le mobilier religieux. L'atelier de peinture prit de l'ampleur. Un atelier de peinture sur verre fut ouvert en 1887 et la fabrication de vitraux commença à la fin 1887. En 1888, de nouveaux bâtiments furent construits pour des ateliers de menuiserie et de serrurerie et on acquit une machine à vapeur. Martin Pierson mourut en 1900, son fils Charles lui succéda. L'entreprise fut très éprouvée par la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905. Elle s'orienta alors vers les fontes d'art. Après la guerre de 1914-1918, l'activité reprit avec la fabrication des monuments aux morts et la reconstruction d'un grand nombre d'églises. Charles Pierson mourut en 1923, son fils Albert lui succéda. Mais au milieu du 20e siècle, les commissions d'art sacré se constituèrent dans les diocèses, elles recommandèrent d'instaurer un art nouveau et les statues de Vaucouleurs disparurent une à une. La guerre de 1939-1945 vint aggraver les difficultés. Albert Pierson mourut en 1976. Il revint aux arrière-petits-fils du fondateur, Michel et Bernard Pierson, de liquider l'oeuvre de leur aïeul. La maison ferma ses portes en 1967. Les bâtiments furent démolis à l'exception de la halle de fonderie, pour faire place à un lotissement appelé Saint-Thiébaut. Existence d'un fonds d'archives privées

Source : Ministère de la culture.

Manufacture d'Art Religieux Pierson à Vaucouleurs
Crédit photo : Stef (Fonderie, Usine de Verre Plat, Usine de Poterie, Usine de Meubles (Fonderie de Fonte, Usine de Vitraux) dite Manufacture d' Art Religieux Pierson, Institut Catholique de Vaucouleurs, Union Artistique Internationale, vaucouleurs)

bâtiment remarquable.

Informations structurelles

Fonderie, Usine de Verre Plat, Usine de Poterie, Usine de Meubles (Fonderie de Fonte, Usine de Vitraux) dite Manufacture d' Art Religieux Pierson, Institut Catholique de Vaucouleurs, Union Artistique Internationale, En 1860, Martin Pierson s'installa à Vaucouleurs et ouvrit un atelier de statues et monuments funéraires en pierre. En 1865, il créa l'institut catholique de Vaucouleurs pour produire des statues religieuses en pierre, en plâtre, en terre cuite et en fonte de fer. Après la guerre de 1870, il reprit son affaire avec le sculpteur Demoisson et le peintre Alphonse Bentz et des ouvriers de Metz ayant opté pour la France. vaucouleurs, meuse

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 87770
  • item : Fonderie, Usine de Verre Plat, Usine de Poterie, Usine de Meubles (Fonderie de Fonte, Usine de Vitraux) dite Manufacture d' Art Religieux Pierson, Institut Catholique de Vaucouleurs, Union Artistique Internationale
  • Localisation :
    • 55
    • Vaucouleurs
  • Adresse : avenue André Maginot
  • Code INSEE commune : 55533
  • Code postal de la commune : 55140
  • Ordre dans la liste : 13
  • Nom commun de la construction : 6 dénomiations sont utilisées pour définir cette construction :
    • fonderie
    • usine
    • usine de meubles
    • poterie
    • usine de poterie
    • usine de verre plat
  • Etat : Cette construction a 3 états différents répertoriés :
    • vestiges
    • menacé
    • désaffecté

Dates et époques

  • Périodes de construction :
    • Nous n'avons aucune informlation sur les périodes de constructions de cet édifice.
  • Années :
    • 1860
    • 1888
  • Enquête : 1993
  • Date de versement : 1994/09/15

Construction, architecture et style

  • Materiaux: 3 types de matériaux composent le gros oeuvre.
    • calcaire
    • moellon
    • enduit
  • Couverture : On remarque 3 types de couverture différents :
    • toit à longs pans
    • appentis
    • toit
  • Materiaux (de couverture) : 2 types de matériaux de couverture entrent en jeux dans le couvrement de cet ensemble
    • ardoise
    • tuile mécanique
  • Autre a propos de la couverture :
    • Un mode de couvrement relevé : 'charpente en bois apparente'
  • Etages : 2 types d'étages mentionés :
    • en rez-de-chaussée
    • rez-de-chaussée
  • Escaliers :
    • NC.
  • Décoration de l'édifice :
    • Le décor est composé de : 'sculpture'
  • Ornementation : 2 motifs orenementaux on été relevés :
    • vierge
    • saint joseph
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Notre base de données ne comprend aucun élément particulier qui fasse l'objet d'une protection.
  • Parties constituantes : 4 parties constituantes distinctes relevées :
    • entrepôt industriel
    • atelier
    • atelier de fabrication
    • abri
  • Parties constituantes étudiées :
    • NC.
  • Utilisation successives :
    • Cette construction a été affectée a l'usage de : entrepôt commercial

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : support type pignons droit et gauche du halle d' exposition propriété privée © région lorraine
  • Auteurs de l'enquête MH :
    • Collin Simone
    • Thiébaut Pascal
  • Référence Mérimée : IA00121299

Le dossier complet est disponible : Conseil régional de Lorraine - service régional de l'inventaire généralHôtel Ferraris - 29, rue du Haut Bourgeois 54000 Nancy - 03.83.32.90.63

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de Stef est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Envoyer un mail à l'auteur de cette photo pour plus d'information

Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.