site d'écluse de Boisseau à St jean sur mayenne

La Mayenne est navigable depuis le barrage de Bellayer, dans l'intérieur de la ville de Laval, jusqu'à son embouchure dans la Loire.

On appelle Maine, la partie inférieure de la Mayenne, en aval du confluent de la Sarthe. Cette partie, ainsi que celle qui s'étend jusqu'à Montreuil-Belfroi, est navigable naturellement; mais, en amont de ce dernier point, la navigation est artificielle.

La loi du 31 mai 1846 a ouvert un crédit de 7,000,000 f, et, de son côté, le Conseil général du département de la Mayenne a voté une subvention de 1,000,000 f, ce qui forme une somme totale de 8,000,000 f, applicable par parties égales :

  • au perfectionnement de la navigation déjà existante
  • au prolongement de cette navigation jusqu'à Mayenne.

La canalisation de la rivière entre Mayenne et Laval doit s'obtenir au moyen : de 22 écluses, destinées à racheter la pente de 38m 56 qui existe entre les deux points extrêmes; de deux canaux de dérivation, dont l'un aurait 2,620m de longueur, et le second 650m ; des dragages nécessaires pour obtenir le tirant d'eau déterminé dans la partie où l'élévation des eaux dans le bief aurait nui aux propriétés riveraines, et d'autres travaux comprenant principalement la construction de 8 barrages nouveaux, le prolongement, la réparation et l'exhaussement de 10 barrages anciens, la démolition de 4 autres, avec suppression de 2 usines ; l'établissement de chemins de halage, etc.

Les dépenses faites s'élevaient, au 31 décembre 1853, à 565,000 f. Elles s'appliquent à 3 écluses terminées :

  • celles de Bootz,
  • de Belle-Poule
  • de Boisseau;

à 2 autres commencées :

  • celles de la Maignannerie
  • de l'Ame

au chemin de halage entrepris entre Laval et le pont de Saint Jean, etc.

Quant à la partie comprise entre Laval et la Loire, elle se divise, en raison de la nature des travaux à faire, en deux parties distinctes :

De Laval à Montreuil - Belfroi, il existait, à l'époque de la loi, 41 barrages, dont un seul, celui de Porte-Neuve, était accompagné d'une écluse à sas de 4m 54 de largeur seulement. Les autres n'avaient que des portes marinières dont l'ouverture était insuffisante.

Indépendamment des difficultés et des dangers résultants de ce système d'ouvrages, la navigation trouvait encore de graves obstacles dans l'imperfection des chemins de halage qui passaient fréquemment d'une rive à l'autre, et dans la présence de hauts-fonds sur plusieurs points de la rivière.

Les travaux d'amélioration, entrepris en vertu de la loi, consistent principalement à substituer au système de pertuis celui d'une série de 25 écluses à sas ; à reconstruire celle de Porte-Neuve sur les mêmes dimensions que celles-ci; à creuser le lit de la rivière partout où le tirant d'eau est moindre de lm 50 ; à supprimer 13 barrages qui peuvent être, supprimés ; à rectifier le chemin de halage et à le rendre praticable aux chevaux.

De Montreuil-Belfroi à la Loire, il ne s'agit que de la confection d'un chemin de halage semblable, et de l'enlèvement de divers obstacles dans la traversée d'Angers.

L'écluse de Porte-Neuve a été reconstruite, et 5 autres écluses ont été construites : ce sont celles de Montreuil-Belfroi, de Sautré, de là Roussière, de Grez-Neuville et de Laval. En 1854, on pourra terminer celles de Bootz, Belle-Poule, Boisseau, la Maignannerie et l'Ame.

Les dépenses faites sur ces deux parties s'élevaient, au 31 décembre 1853, à 1,000,000 f environ.

Source : Précis historique et statistique des voies navigables de la France par Ernest Grangez 1855.

Le barrage de Boisseau a la particularité de s'appuyer sur les fondations de la chaussée antérieure à 1850. Il barre obliquement la rivière juste en amont de sa confluence avec l'Ernée. Il s'appuie, en aval, contre la digue qui sépare le lit de la Mayenne du court canal emprunté par les bateaux, sur la partie aval duquel a été édifiée l'écluse. Les parties maçonnées de celle-ci sont traitées en granite taillé. La maison éclusière est la première construite lors de la canalisation de la Mayenne avec celle de Belle Poule. Avant la construction d'une quatrième travée à l'est, sur le modèle des travées latérales, son élévation principale, orientée vers le nord, présentait une disposition symétrique. Elle se distingue des autres maisons éclusières par la forme de ses ouvertures, cintrées et non rectangulaires. Les encadrements des baies et les chaînes d'angle harpées sont en tuffeau. Seul le soubassement que rattrape devant la porte les deux marches d'un escalier droit est en granite taillé. Percé de soupiraux, il signale la présence d'une cave, presque enterrée de ce côté mais largement dégagée sur la façade postérieure où est percée sa porte d'accès. Le nom de l'écluse est gravé sur l'appui de la fenêtre centrale de l'étage et son numéro (18) inscrit sur un plaque de fonte placée au-dessus de la clef de la porte principale. Dans le jardin, à l'est se trouvent un bâtiment de latrine, construit selon le plan-type, maçonnerie en brique et toit en pavillon, et à l'extrémité de la parcelle, le long du chemin de halage, une dépendance remaniée, servant actuellement de garage.

Histoire / chronologie

La chaussée de Boisseau existe depuis au moins le 15e siècle. Elle assurait le fonctionnement d'un moulin situé sur la rive gauche. Afin d'assurer le passage des bateaux sur la haute Mayenne, un projet de construction d'une écluse à Boisseau est établi en 1846 par l'ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées Leblanc. Il prévoit le simple exhaussement du barrage, la destruction du moulin et le creusement d'un petit canal d'accès à l'écluse. Les travaux sont attribués par adjudication le 27 mars 1847 aux entrepreneurs de Neuilly-le-Vendin Victor Pelletier et Pierre Lebreton. Rapidement interrompus, ils sont repris en 1852 sur un projet modifié par l'ingénieur E. Caillaux en 1850 : le pertuis est transféré contre la culée du barrage sur la rive droite. La construction, exécutée en régie, est pratiquement terminée à la fin de 1853. La maison éclusière porte la date de 1848 sur la clef de l'arc de la porte. Un nouveau moulin est érigé sur la rive droite en 1860. Le barrage est reconstruit en 1881 sur les plans de l'ingénieur Moreau par l'entrepreneur de Laval Joseph Vannier choisi par adjudication le 30 avril 1880. La maison éclusière est agrandie en 1982.

site d'écluse de Boisseau à St jean sur mayenne
Crédit photo : fox (site d'écluse de Boisseau, st jean sur mayenne)

bâtiment remarquable.

Informations structurelles

site d'écluse de Boisseau, On appelle Maine, la partie inférieure de la Mayenne, en aval du confluent de la Sarthe. Cette partie, ainsi que celle qui s'étend jusqu'à Montreuil-Belfroi, est navigable naturellement; mais, en amont de ce dernier point, la navigation est artificielle. st jean sur mayenne, mayenne

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 83851
  • item : site d'écluse de Boisseau
  • Localisation :
    • Pays de la Loire
    • Mayenne
    • Saint-Jean-sur-Mayenne
  • Lieu dit : Boisseau
  • Code INSEE commune : 53229
  • Code postal de la commune : 53240
  • Ordre dans la liste : 7
  • Nom commun de la construction :
    • La dénomination principale pour cette construction est : écluse
  • Etat :
    • Etat courrant du monument : bon état (suceptible à changement)

Dates et époques

  • Périodes de construction :
    • Nous n'avons aucune informlation sur les périodes de constructions de cet édifice.
  • Années :
    • 1848
    • 1881
    • 1982
  • Enquête : 2001
  • Date de versement : 2003/03/24

Construction, architecture et style

  • Materiaux: 6 types de matériaux composent le gros oeuvre.
    • moellon
    • enduit
    • brique
    • pierre de taille
    • pierre
    • granite
  • Couverture : On remarque 4 types de couverture différents :
    • toit à longs pans
    • pignon couvert
    • pignon
    • toit
  • Materiaux (de couverture) :
    • L'élément de couverture principal est ardoise
  • Autre a propos de la couverture :
    • NC.
  • Etages : 2 types d'étages mentionés :
    • étage de soubassement
    • étage en surcroît
  • Escaliers :
    • NC.
  • Décoration de l'édifice :
    • NC.
  • Ornementation :
    • NC.
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Notre base de données ne comprend aucun élément particulier qui fasse l'objet d'une protection.
  • Parties constituantes : 2 parties constituantes distinctes relevées :
    • maison
    • latrine
  • Parties constituantes étudiées : L'enquête faite sur place a permis de procéder à l'étude de 2 parties distinctes de la construction :
    • moulin
    • moulin à farine
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : propriété de l'etat
  • Auteur de l'enquête MH : Foisneau Nicolas
  • Référence Mérimée : IA53000511

Le dossier complet est disponible : Conseil régional des Pays de la Loire - Service du patrimoine - 1 rue de la Loire - 44966 Nantes cedex 9 - 02 28 20 54 70

Personnes impliquées dans la construction

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de fox est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand


Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.