présentation de la commune de Chamagnieu à Chamagnieu

Sous forme de quelques notes extraites d'ouvrages anciens, apprenez quelques anecdotes sur la commune.

Une note du conseil Général de l'isère nous apprend que Chamagnieu a retenu l'attention des amateurs de vin :

Géologie autour de Chamagnieu

Le terrain granitique occupe, dans l'arrondissement de Grenoble, la partie la plus élevée des montagnes situées sur la rive gauche de l'Isère el dans l'Oisans ; aussi est-il presque partout inculte.

Près de Vienne, il se présente dans une situation agricole beaucoup plus favorable ; il constitue un petit massif de collines jouissant d'une bonne exposition, dans le sein desquelles le Rhône est encaissé.

On le rencontre aussi à Chamagnieu, à six kilomètres nord-est de la Verpillière, où il forme un îlot peu élevé, ayant plus de deux kilomètres de longueur.

Sur les bords du Rhône, à Vienne, les roches granitiques sont couvertes de vignobles dont les produits sont très estimés ; un peu plus au sud, à Saint-Perrey et à l'Hermitage, près de Tain (Drôme), on recolle, sur des coteaux d'une nature entièrement semblable, des vins encore plus renommés.

Il est alors naturel de se demander si l'ilôt granitique de Chamagnieu ne serait pas susceptible d'en produire de pareils. La nature de la roche est exactement la même; d'un autre côté, il n'y a pas de différences bien sensibles dans l'exposition et la hauteur du sol au-dessus du niveau de la mer. Il est donc permis de croire, que, si aux bois de peu de valeur dont ce terrain est actuellement couvert, on substituait des plants de vignes semblables à ceux des bords du Rhône, on obtiendrait des produits qui ne seraient pas de moindre qualité.

  • Titre : Rapports et délibérations / Conseil général de l'Isère
  • Auteur : Isère. Conseil général
  • Éditeur : Conseil général de l'Isère (Grenoble)
  • Date d'édition : 1857

Une autre note ancienne (1857) de la "Société d'agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon" nous montre une relation entre la compsitions des sols de Chamagnieu et la végétation qui s'y trouve :

Flore de Chamagnieu

La région lyonnaise ainsi limitée, se divise en deux parties bien distinctes, l'une à l'E. de Lyon, l'autre à l'O., séparées par la dépression N.-S. dans laquelle coule la Saône d'abord, puis le Rhône, à partir de leur confluent, qui a lieu à l'extrémité méridionale de la cité lyonnaise.

La partie occidentale se subdivise à son tour en deux régions secondaires : la première comprenant les formations gneissiques et granitiques des vallées et bas-plateaux du Lyonnais; la seconde, située au N. de la précédente, constituée par le massif jurassique du Mont-d'Or.

I. Lyonnais granitique. — Les roches métamorphiques, gneiss, micaschistes, coupées de distance en distance par des filons plus ou moins étendus de granites, composent la plus grande partie du sol de notre première région secondaire ; elles forment l'ossature de nos bas coteaux, sortes de rides qui se détachent plus ou moins obliquement des monts du Lyonnais ; ces roches ne dépassent guère les limites de notre première région du côté de l'orient ; on ne les rencontre qu'accidentellement sur les rives gauches de la Saône et du Rhône, à Rochetaillée, en face de l'Ile-Barbe, sous la CroixRousse, et à partir de Saint-Symphorien d'Ozon en se dirigeant sur Vienne ; notons aussi, pour mémoire, le petit îlot tout à fait isolé de Chamagnieu (Isère) ; bien que ces deux derniers points soient situés sur les limites de notre région, un peu en dehors d'elles, nous les citerons quelquefois à cause de certaines particularités intéressantes de leur végétation. Revenant au Lyonnais proprement dit, l'étude de la Flore de ces terrains exclusivement siliceux nous permettra de constater que la présence des Sarothamnus scoparius, Teesdalia nudicaulis, Jasione sp., Omithopus perpusillus, Arnoseris minima, Anarrhinum bellidifolium, Galeopsis dubia, des Aira et Vulpia divers, l'abondance des Fougères, des Mousses et des Lichens et parmi ces cryptogames, l'Asplenium septentrionale, les divers Polytrichs, les Racomitrium canescens, Rhizocarpon (Lecidea) geographicum, caractérisent notre première région naturelle secondaire.

  • Titre : Annales des sciences physiques et naturelles, d'agriculture et d'industrie
  • Auteur : Société d'agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon
  • Date d'édition : 1838-1921

Pour finir une note concernant la météo va plsser Chamagnieu qu centre d'une énigme météorologique interessante lors d'un coup de tabac en 1846.

Pluie de terre

Depuis les temps les plus anciens jusqu'à nos jours , divers phénomènes météorologiques, entre autres les pluies de feu , de sang , de soufre , de terre et de pierres, ont excité au plus haut degré la curiosité et la frayeur des générations qui en furent témoins. Il était bien à désirer qu'on pût pénétrer dans les détails de ces phénomènes , pour arriver à une explication rationnelle. Enfin, l'espoir de la science s'est réalisé. M. Fournet a publié dans les Annales de la Soc. d'agr., un Mémoire très-curieux et d'un haut intérêt , sur la pluie de terre tombée à Lyon le 17 octobre 1 846.

Ce Mémoire nous apprend que l'état général de l'atmosphère pendant l'été 1846 a été le germe d'immenses perturbations , en conséquence desquelles on a vu, pendant l'automne de la même année, de violentes averses fondre à diverses reprises sur le plateau de la France centrale. L'une d'elles est comparable, pour la quantité d'eau fournie, à celle qui, en 1840, a provoqué les grands débordements du Rhône et de la Saône. Mais , cette fois, ce furent les riverains de la Loire qui en subirent la désastreuse influence. Elles produisirent le phénomène assez rare, dans nos contrées , de la pluie de terre qui frappa d'étonnement la population du bassin du Rhône ; celle-ci tomba sur une surface comprenant à l'est une partie des départements de l'Ain, de l'Isère, de la Drôme, en s'étendant jusqu'au Mont-Cenis, et à l'ouest, une partie de ceux du Rhône , de la Loire, de la Haute-Loire et de l'Ardèche. A Lyon, la quantité de matière terreuse tombée a été peu abondante, mais elle fut répartie en différentes heures. Ainsi, au Jardin-des-Plantes, elle est tombée à huit heures du matin. M. Relave, contrôleur de la garantie , l'a vu tomber aux Brotteaux entre dix et onze heures du matin. Une autre personne l'a reçue dans le faubourg de St-Just, entre cinq et six heures du soir ; enfin, M. le pro- fesseur Durre a reconnu des taches d'une boue rougeâtra, sur son parapluie, entre onze heures du soir et minuit.

Le météore s'est surtout étendu sur tout l'espace compris entre le Colombier ( au N-E de St-Laurent-de-Mure , Isère) et la Verpillière, c'est-à-dire sur un trajet de 7 à 8 kilomètres; à la Verpillière , l'effet fut même plus intense. Le château de Chamagnieu, placé sur une saillie de terrain de la rive droite de la Bourbre , ainsi que la forêt qui le domine, prirent un aspect tout nouveau , à cause de cette matière rougeâtre qui s'était fixée sur tous les points. Elle se répandit aussi dans le canton de Crémieu , à Morestel, St-Hilaire , Grenay, l'Ile-d'Abeau, St-Alban-de-Roche, Chèzeneuve, etc.. A Bourgoin , ce fut à sept heures du matin qu'elle arriva ,accompagnée d'une pluie fine qui la laissait déposer comme des gouttes de sang sur tous les objets qu'elle rencontrait. A Valence, M. Quinson-Bonnet a calculé que les nuages ont dû voiturer dans l'air, et disséminer dans le département dela Drôme le poids énorme de 7200 quintaux métriques ; ce serait la charge de cent quatre-vingts charrettes attelées de quatre forts chevaux, et portant chacune 40 quintaux métriques.

Une série nombreuse de rapprochements avaient déjà donné à M. Fournet la conviction que ces puissants orages ne pouvaient pas être attribués à des causes locales ; il a enfin établi d'une manière certaine, par la discussion des faits rapportés par les. navigateurs et des extraits des journaux météorologiques, que le principal point de départ de ceux qui nous arrivent du côté de l'Atlantique, doit se trouver quelque part vers les régions subéquatoriales. D'une masse immense d'observations combinées avec les données de M. Ehrenberg , M. Fournet a su tirer cette conclusion vraiment remarquable, que des ouragans ou des trombes ont enlevé de la surface du sol et porté à une grande hauteur des poussières siliceuses et calcaires, dans lesquelles se trouvaient quelques espèces d'infusoires spéciales à la Guyane. Ces poussières ont été ensuite charriées par le contre-alisé ; elles ont traversé l'Atlantique , et après avoir franchi un espace d'au moins 700 myriamètres, elles sont enfin venues tomber dans notre ville et dans les départements environnants.

  • Titre : Annales des sciences physiques et naturelles, d'agriculture et d'industrie.
  • Auteur : Société d'agriculture, histoire naturelle et arts utiles de Lyon
  • Date d'édition : 1838-1921

présentation de la commune de Chamagnieu à Chamagnieu
Crédit photo : webmaster (présentation de la commune de Chamagnieu, chamagnieu)

bâtiment remarquable.

Informations structurelles

présentation de la commune de Chamagnieu, Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'présentation de la commune de Chamagnieu' à chamagnieu (isere 38460). chamagnieu, isere

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 65230
  • item : présentation de la commune de Chamagnieu
  • Localisation :
    • Rhône-Alpes
    • Isère
    • Chamagnieu
  • Code INSEE commune : 38067
  • Code postal de la commune : 38460
  • Ordre dans la liste : 9
  • Nom commun de la construction :
    • NC.
  • Etat :
    • L'état actuel de cette construction ne nous est pas connue.

Dates et époques

  • Périodes de construction :
    • Nous n'avons aucune informlation sur les périodes de constructions de cet édifice.
  • Enquête : 1995
  • Date de versement : 2002/11/18

Construction, architecture et style

  • Materiaux:
    • NC.
  • Couverture :
    • NC.
  • Materiaux (de couverture) :
    • NC.
  • Autre a propos de la couverture :
    • NC.
  • Etages :
    • NC.
  • Escaliers :
    • NC.
  • Décoration de l'édifice :
    • NC.
  • Ornementation :
    • NC.
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Notre base de données ne comprend aucun élément particulier qui fasse l'objet d'une protection.
  • Parties constituantes :
    • NC.
  • Parties constituantes étudiées :
    • NC.
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers : 2 informations diverses sont disponibles :
    • région rhône-alpes
    • du patrimoine culturel
  • Auteurs de l'enquête MH :
    • Chalabi Maryannick
    • Pelletier Olivia
  • Référence Mérimée : IA38000206

Le dossier complet est disponible : service régional de l'inventaire Rhône-AlpesLe Grenier d'Abondance - 6, Quai Saint Vincent - 69001 Lyon - 04.72.00.43.70

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de webmaster est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Description par webmaster :

Chamagnieu vue depuis le chemin du chevalet.

Envoyer un mail à l'auteur de cette photo pour plus d'information

Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.