maison forte pensionnat dit château de Chamagnieu à Chamagnieu

La maison forte de Chamagnieu date probablement à la fin du 13e, a cette date elle appartient à la famille Aynard.

 La maison forte de Chamagnieu est construite sur une terrasse qui domine la plaine, et se compose d'une aile ouest flanquée de deux tours circulaires. Au nord et au sud de ce corps de bâtiment deux ailes formant retour d'équerre et comportant une tour ronde. les toitures sont de forme polygonal à l'exception d'un toit qui se présente avec une forme conique.

Plus tard, dans l'histoire de la maison forte, 2 corps de bâtiment comprenant les salles de classe ont été ajoutés (1972).

Une orangerie (construite par la famille Yon entre 1826 et 1900) en pierre de taille compléte l'ensemble de nos jous.

 La maison forte de Chamagnieu est abondament cité dans beaucoup de documents du 19e siècle. Parmis ceux que j'ai pu consulter j'ai relevé quelques extraits relatifs aux différentes familles étant intervenues à un titre ou un autre en rapport avec le lieu. Vous trouverez donc ci après quelques informations s'étageant entre le 14e et nos jours. Vous remonterez même bien avant cette date avec l'histoire de la famille Loras ou vous verez l'année 1109 mentioné pour cette lignée.

Notes concernant la maison forte

Chamagnieu, 7 novembre 1326.
Concession en fief par le dauphin Guigues, comte de Vienne et d'Albon, seigneur de la Tour, du consentement d'Henri Dauphin, baron de Montauban et Mévouillon, régent du Dauphiné, à Pierre de Croses, chevalier, pour récompense de services, de 10 liv. bons Viennois de cens à prendre sur les fonds et héritages aux mandements de Vals et Serves. Fait ap. C-iacum, en l'église du lieu.

Chamagnieu, 7 novembre 1326.
...Ind. 9, Perceval de la Palud, chanoine de Lyon, tuteur des enfants de feu Guigues de la Palud, reconnaît avoir reçu de Guigues, dauphin de Viennois, par les mains de Jean de Verneys, qui se racheta de la prison du dauphin, 10 livr. gros Tournois argent, l'une comptée 1 den., et passe quittance d'une dette égale. Act. ap. C-iacum, dans le cimetière ; témoins : Guillaume de Boenc, chevalier, Jean Humberti, juriste, Humbert de Vareille (Varilles), etc. Humbert Pilati

5 décembre 1327.
Henri Dauphin, seigneur de Montauban et de Mévouillon, remet à noble Guillaume Augier (Augerii) et à sa femme Gillette, fille et héritière de noble Pierre Eynard, seigneur de la Motte, assistés de Tiburge de Synna Oze, mère et tutrice dud. Augier, le château de Moydans, diocèse de Gap, avec son mandement, fief, justice, cens, etc. ; de plus ses droits sur la terre et mandement de St-André-de-Rosans (en Ausans) : à charge de tenir le tout en fief et hommage du dauphin. Lesd. mariés remettent à Henri leur maison et fort de Chamagnieu, en l'île de Crémieu, diocèse de Vienne, qui avait été aud. Pierre, avec les vergers, vignes, terres, bois, fiefs, vassaux, cens et autres droits. Tiburge reçoit 800 liv. pour plus-value...

Grenoble, 6 décembre 1327.
Confirmation par le dauphin Guigues de l'échange de la veille entre son oncle et les mariés Augier de la maison forte de Chamagnieu, avec investiture et quittance des lods... , dans la cité Gracionopolis, en la cour delphinale.

Montluel, 4 avril 1329.
(.?.) Demande d'investiture par Albert Vetule, chevalier, au dauphin Guigues de la maison forte de Chamagnieu, à lui léguée par le testament de magnifique Henri Dauphin, seigneur de Montauban et Mévouillon, sous réserve de 10 livr. de rente annuelle à Henri de Moifond (Moyffone), damoiseau. Le dauphin l'investit par tradition d'un bâton, sous réserve au seigneur de Beauregard d'en percevoir les fruits pendant 4 ans, si la convention entre lui et Henri Dauphin est exécutée sans indemnité. Albert passe reconnaissance et prête hommage lige. Fait dans le château Montis Lupelli; témoins : Guy de Grolée, sr de Neyrieu, Henri Vetule, Jean de la Balme, Guillaume de Royn, chevaliers, Jean Humberti, juriste, Jean d'Amblérieu, clerc. Humbert Pilati, de la Buissière, not. imp. et roy.

Montluel, 6 avril 1329.
Guigues, dauphin de Viennois, déclare qu'en exécution du testament de son oncle Henri Dauphin, seigneur de Montauban et Mévouillon, il a investi de la maison forte de Chamagnieu noble Albert du Vache ; il donne commission au bailli de la Tour, au châtelain de Crémieu et à Humbert ..illais, de le mettre en possession. Fait ap. Montem Lupellum.


Henri Dauphin, seigneur de Meuillon & de Montauban, légua par son testament du 17 mars 1328, la maison forte de Chamagnieu, au mandement de Sablonnières, à noble Albert du Vache, qui en reçut l'investiture de Guigues Dauphin, le 4 avril 1329.
Albert du Vache faisait partie des gentilshommes de la terre de la Tour & de la Valbonne en 1339.
Jacques du Vache était chanoine de Vienne en 1330.


Antoine III de Maugiron, seigneur de Leyssins, Beauvoir-de-Marc, Bourgoin, et terre de Ruy, Chamagnieu, etc.

Antoine III de Maugiron embrassa l'état ecclésiastique ; il est dit prêtre incorporé de l'église de Vienne et recteur de la chapelle des saints Maurice et Laurent, fondée, dans la cathédrale, par Lancelot Lyatard, en ses lettres de provisions du 30 septembre 1514; fils de Péronnette Lyatard, veuve de François de Maugiron, et prieur commendataire du prieuré de Saint-Sorlin, en Bugey, dans un acte de 1518 prieur de Tullins, en 1520. Après le décès de ses frères, Guillaume et Pierre, n'étant pas pourvu des ordres majeurs, il rentra dans la vie civile, acte dont on retrouve un certain nombre d'exemples et qui ne fut pas désapprouvé par l'autorité ecclésiastique, car Antoine de Maugiron, chevalier, seigneur de Beauvoir-de-Marc, est appelé « dilectus filius noster, » dans une bulle pontificale du 5 juillet 1542, relative à des fondations dans l'église de Saint-Maurice.

Suivant lettres patentes, données à Argily, 2 juillet 1521, le roi François Ier ordonne de remettre son ami et féal Antoine de Maugiron, frère et successeur de Peyraud, en possession de la terre de Beauvoir-de-Marc, réunie au Domaine après la mort du dit Peyraud, jusqu'au remboursement de 8.000 1. Il fut pourvu de la charge de capitaine châtelain de Quirieu et de la Balme, en Viennois, par lettres de François, duc d'Estouteville, gouverneur du Dauphine, données à Dijon, 18 novembre 1535; par suite de l'opposition du procureur général delphinal, il ne fut reçu que le 23 décembre 1536.

Au mois d'octobre 1537, Antoine de Maugiron, sr de Beauvoir, reçut un mandat de 20 écus, pour être allé, en poste, de Lyon vers le Dauphin, lui porter les lettres du chancelier et du cardinal de Tournon. François I était arrivé à Lyon, le 6 octobre, et le Dauphin en était parti, le 10, pour commander l'armée en Piémont.

Antoine III fournit, 6 août 1540, un dénombrement par lequel il déclare posséder la terre, juridiction et seigneurie de Beauvoir-de-Marc, plus la maison forte de Louvres, audit Beauvoir, et diverses rentes, plus au mandement de Faverges, comme héritier de Pernette Lyatard, sa mère, une maison forte et les revenus qui en dépendent (La terre domaniale de Beauvoir-de-Marc comprenait Charantonnay, Royas, Mépin, Savas, Moidieu, Estrablin, le Revolet, les maisons fortes de Gerboules et de Louvres. Faverges comprenait, Veyrins, Corbelin et la maison forte du Bourg. (Cant. de la Tour-du-Pin) La haute seigneurie appartenait aux Virieu). De nouvelles difficultés s'élevèrent entre lui et le Domaine, car il est l'objet d'une lettre de François I, Mâcon 10 septembre 1541, par laquelle le roi notifie au gens des comptes qu'Antoine de Maugiron lui a prêté hommage pour ses terres de Beauvoir, Bourgoin et Chamagnieu (ces deux dernières du chef de sa femme) et leur enjoint de le faire mettre en possession des dites seigneuries.

Antoine de Maugiron, seigneur de Beauvoir-de-Marc, de Leyssins et de Louvres, épousa Marguerite Bohier, fille de Henri Bohier, sénéchal de Lyon, et de Claudine Picot ; elle était veuve, 1529, de François Dupré, commis à l'aliénation du domaine delphinal, seigneur de Chamagnieu, de Bourgoin et de Ruy. Antoine fut maintenu dans la possession de la seigneurie de Bourgoin, indivise entre lui et Robert et François Dupré, enfants issus du premier mariage de sa femme, moyennant 800 1. et 400 escus soleil, 31 octobre 1532 (Arch. Isère. B. — A. Prudhomme. Nol. sur Bourgoin, 1881. — De la terre domaniale de Bourgoin, dépendaient les fiefs de Ruy et de jallieu et les maisons fortes de la Bâtie-Jallieu et de la Ratary. Les revenus de cette seigneurie s'élevaient alors à 800 1. — Dupré, famille consulaire de Lyon ; François Dupré, fils du premier mariage de Marguerite Bohier, épousa Marie dejons qui testa le 1er juillet 1571 ; il n'eut qu'une fille naturelle, légitimée, Marguerite Dupré, mariée à Abel de Loras, auquel elle porta les biens de sa famille; devenue veuve, elle testa le 28 décembre 1640. — De la seigneurie domaniale de Chamagnieu (cant. de Crémieu) dépendaient la terre de Ville et les maisons fortes de Betenou, Chamagnieu, Mianges et Bellegarde).

Par son testament du 2 août 1542, P. Perrin, notaire à Vienne, Antoine de Maugiron désire être inhumé dans l'église de Beauvoir-de-Marc, au tombeau de ses prédécesseurs ; lègue à Benoit de Maugiron, prêtre, son fils naturel et donné, 500 esc. or sol.; à Sébastien de Maugiron, son autre fils naturel, 1.000 esc. or sol.; à Antoine de Gumin, sr de la maison forte de Romanesche, son neveu , la maison forte de Leyssins, avec substitution en faveur de Guy de Maugiron et de ses fils Guillaume et Annet. Héritier Guy de Maugiron, chevalier, seigeur d'Ampuis et de Montléans, son cousin, avec substitution.

Noble dame Marguerite Boyer, veuve de messire Antoine de Maugiron, sr de Beauvoir-de-Marc, et dame dudit Beauvoir et de Bourgoin, donne quittance de 7.000 1.t. à Guy de Maugiron, 5 avril 1548.

Sébastien de Maugiron, fils naturel d'Antoine, était homme d'armes dans la compagnie de Guy de Maugiron, passée en revue, au camp devant Perpignan, le 15 septembre 1542.


LORAS : de gueules, a la bande losangée d'or ef d'azur. Steyert blasonne une fasce. — Les Loras-Montplaisant brisaient : parti, au 1er de gueules, à la FASCE losangée d'or et d'azur ; au 2e de gueules, à la BANDE losangée d'or et d'azur.

Devise : VN IOVR L'AVHAS.

L'une des pins anciennes maisons chevaleresques du Dauphiné. Anthelme de Loras se croisa en 1109; Louis de Loras en 1250; Guyonnet en 1297; Louis II en 1337; Etienne en 1334; Guichard en 1339; Louis III en 1353.

Elle a formé six branches principales, éteintes aujourd'hui. Une seule nous intéresse, les seigneurs de Chamagnieu et de Montplaisant. Montplaisant était situé près de Saint-Sorlin en Bugey: Antoine de Loras l'acquit, le 28 août 1457, d'Humbert de Lentenay; Etienne de Loras, son fils, le revendit le 23 juillet 1578 à Louis de la Fontaine, seigneur de Ruffieu. — Chamagnieu vint aux Loras par le mariage d'Abel de Loras avec Marguerite du Pré, en 1598 ; le Saix en Bresse leur échut de la même façon : Ennemond de Loras du Pré, leur fils, écuyer, seigmeur du Saix, épousa Marie Gontal et mourut en 1674.

Louis de Loras, chevalier du Saix, fut admis à l'Assemblée de Bresse, le 3 juin 1760. — Outre des preuves de noblesse faites en 1783 devant d'Hozier, cette maison fut représentée, le 29 mars 1789, à Bourg en Bresse, par Claude-Louis, comte de Loras, chevalier,seigneur et baron du Saix, de Pomiers et de Saint-Martin-du-Mont, chevalier de Saint-Louis, lieutenant des maréchaux de France.


Octavien DE CHAPONAY, chevalier, baron de Morancé, seigneur d'Eybens, de Bresson, Saint-Marcel, Lizerable, la Mure, Leyrieu, Sainte-Marie, Certeaux et autres places, capitaine au régiment de Piémont, fut maintenu dans sa noblesse avec noble Laurent son frère, par jugement de M. du Gué, intendant des provinces de Lyonnais Dauphiné Forez et Beaujolais, du 18 juin 1667 ; rendit hommage au Roi de la seigneurie de Saint-Marcel et du fief de Lizerable, le 29 mars 1680 ; donna procuration, le 18 mai de la même année, pour faire hommage, en son nom, de la même seigneurie de Saint-Marcel ; fournit l'aveu et dénombrement du fief de Lizerable et de la terre de Morancé, le 5 juin suivant; testa le 21 octobre 1686, et ne vivait plus le 29 janvier.

Femme : demoiselle Louise de Loras, fille de feu messire Artus, seigneur de Chamagnieu et de dame Claire de Villars ; mariés par contrat du 25 avril 1643 laquelle fit, son testament le 29 octobre et mourut avant le 29 janvier 1720. De ce mariage sont issus :

  • 1 Gaspard de Chaponay, chevalier, qui suit:
  • 2 N. de Chaponay; dit le capitaine de Chaponay, alias le seigneur de Saint-Marcel, lequel était capitaine au régiment Dauphin, infanterie lorsqu'il fut tué dans un combat donné en Flandre, entre l'armée française et les confédérés, le 14 août 1673.
  • 3 Alexandre de Chaponay, chevalier 'de l'ordre de Malte;
  • 4 Louise de Chaponay, mariée à M. Jean-Baptiste de. Clermont, chevalier, baron de Saint-Cassin;
  • 5 Catherine de Chaponay, dont on ignore le sort
  • 6 / 7 Eléonore et Françoise de Chaponay, religieuses au monastère de Sainte-Marie de Crémieux;
  • 8 / 9 Marie-Angélique et Marie-Anne-Josephe, religieuses au monastère de Sainte Ursule de Crémieux.

Laurent-Charles de GAYARDON, Marquis de Fenoyl, Seigneur de Tiranges, de Boiffet, de Chaumont, de Montaignac & de Fournier, successivement Page de M. le Duc de Berry, Exempt de ses Gardes, & Capitaine d'Infanterie dans le Régiment de Tallart, par commission du 14 Octobre 1719, baptisé à Montbrison le 10 Mars 1696, fut marié, par contrat du 7 Mars 1728, avec Madeleine Laisné, fille d'Antoine, Ecuyer, & de Madeleine le Fèvre. De ce mariage font issus :

  • 1 LAURENT-FRANÇOIS, qui suit
  • 2 CLAUDINE-CHARLOTTE, née le 26 Février 1741, mariée, en 1757, à M. le Comte de Loras, Seigneur de Chamagnieu & du Saix en Dauphiné
  • 3 MADELEINE, dite Madame de Fenoyl, Chanoinesse du Chapitre Je Leigneux, née le ier Mai 1743
  • 4 CATHERINE, dite Madame de Tiranges, née le 12 Novembre 1744, aussi Chanoinesse de Leigneux.

Baltasar de Villars, seigneur de Laval & du Bosquet, fut lieutenant général au présidial & sénéchaussée de Lyon, & premier président au parlement de Dombes après son beau-père, & mourut le 12 Avril de l'an 1629. II avait épousé le 3 Avril de l'an 1592. Louise de Langes, fille de Nicolas, seigneur de Laval, de Dammarin-en-Lyonnois, &c. morte le 9. Août de l'an 1630. dont il eut Hélène de Villars, dame de Laval, mariée le 22 Novembre de l'an 1607. à Pierre de Seve, seigneur de Montalier, premier président au parlement de Dombes & conseiller d'état; Eleonore, alliée à Humbert de Chaponai, seigneur de Lislemean, lieutenant gênerat en la senéchaussée de Lyon, puis maître des requêtes, intendant de justice ès provinces de Lyonnois, Bourbonnois & de Berri ; & Claire de Villars, mariée à Anus de Loras, seigneur de Chamagnieu & de Montplaisant en Dauphiné.


Note : Dans la liste des membres permanents du Jokey-Club * (fondé en 1834, 2 rue Rabelais à Paris), de 1920 à 1930, figure le nom suivant :

vicomte de Jonage  , château de Chamagnieu, par Crémieu (Isère). 
vicomte Marcel de Jonage  , 4, rue de Berri, et château de Chamagnieu, par Crémieu (Isère).

* Le Jockey Club a été créé en 1834 par la Société d'encouragement pour l'amélioration des races de chevaux, et porta alors le nom de Cercle d'encouragement avant de prendre son nom actuel. Le club connut plusieurs adresses : 2 rue du Helder, 2 rue Drouot, 30 rue de Gramont, 1 rue Scribe à partir de 1863 avant de s'intaller en 1925 à son adresse actuelle. Parmi ses 1 150 membres, on compte principalement des membres de la noblesse française, sur le modèle des clubs britanniques.

maison forte pensionnat dit château de Chamagnieu à Chamagnieu
Crédit photo : alain (maison forte ; pensionnat, dit château de Chamagnieu, chamagnieu)

bâtiment remarquable.

Informations structurelles

maison forte ; pensionnat, dit château de Chamagnieu, Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'maison forte ; pensionnat, dit château de Chamagnieu' à chamagnieu (isere 38460). chamagnieu, isere

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 65227
  • item : maison forte ; pensionnat, dit château de Chamagnieu
  • Localisation :
    • Rhône-Alpes
    • Isère
    • Chamagnieu
  • Lieu dit : le Château
  • Code INSEE commune : 38067
  • Code postal de la commune : 38460
  • Ordre dans la liste : 6
  • Nom commun de la construction : 4 dénomiations sont utilisées pour définir cette construction :
    • maison forte
    • fort
    • maison
    • pensionnat
  • Etat :
    • L'état actuel de cette construction ne nous est pas connue.

Dates et époques

  • Périodes de construction :
    • Nous n'avons aucune informlation sur les périodes de constructions de cet édifice.
  • Années :
    • 1895
    • 1930
    • 1972
  • Enquête : 1995
  • Date de versement : 2002/11/18

Construction, architecture et style

  • Materiaux: 5 types de matériaux composent le gros oeuvre.
    • calcaire
    • moellon
    • enduit
    • pierre de taille
    • pierre
  • Couverture : On remarque 8 types de couverture différents :
    • toit à longs pans
    • croupe
    • terrasse
    • pignon couvert
    • toit conique
    • toit polygonal
    • pignon
    • toit
  • Materiaux (de couverture) :
    • L'élément de couverture principal est tuile mécanique
  • Autre a propos de la couverture :
    • Un mode de couvrement relevé : 'coupole'
  • Etages : 4 types d'étages mentionés :
    • étage de soubassement
    • rez-de-chaussée surélevé
    • 2 étages carrés
    • rez-de-chaussée
  • Escaliers : 4 types d'escaliers différents sont présent sur le site :
    • en maçonnerie
    • escalier intérieur
    • escalier tournant
    • escalier tournant, en maçonnerie
  • Décoration de l'édifice : 7 formes de décor sont présentes :
    • vitrail
    • ferronnerie
    • sculpture
    • menuiserie
    • décor stuqué
    • papier peint
    • mosaïque
  • Ornementation : 4 motifs orenementaux on été relevés :
    • armoiries
    • ornement végétal
    • tête
    • candélabre
  • Typologie :
    • Typology : 'maison forte à tours de plan circulaire'
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Notre base de données ne comprend aucun élément particulier qui fasse l'objet d'une protection.
  • Parties constituantes : 5 parties constituantes distinctes relevées :
    • parc
    • ferme
    • orangerie
    • maison
    • par
  • Parties constituantes étudiées : L'enquête faite sur place a permis de procéder à l'étude de 2 parties distinctes de la construction :
    • chapelle funéraire
    • chapelle
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers : 4 informations diverses sont disponibles :
    • région rhône-alpes
    • dans l' ancienne salle à manger des domestique
    • un petit chapiteau est sculpté d' une figure humaine stylisée. dans la même pièce
    • de feuilles souples et de candélabres végétaux. la mosaïque du grand vestibule est décorée d' un ornement végétal stylisé. propriété publique du patrimoine culturel
  • Auteur de l'enquête MH : Pelletier Olivia
  • Référence Mérimée : IA38000026

Le dossier complet est disponible : service régional de l'inventaire Rhône-AlpesLe Grenier d'Abondance - 6, Quai Saint Vincent - 69001 Lyon - 04.72.00.43.70

Personnes impliquées dans la construction

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de alain est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Envoyer un mail à l'auteur de cette photo pour plus d'information

Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.