Eglise Paroissiale Saint Pierre à Quemper guezennec

L'église date de 1870, la flèche, elle de 1893 et est l'oeuvre d'Alphonse Guépin et Le Guerranic.

En 1869, au moment où l'on commençait, à démolir l'ancienne église de Quemper-Guézennec, Geslin de Bourgogne fut averti que, sous un enduit d'argile et masquée par des planches de sapin, existait dans la fenêtre du chevet une verrière ancienne. Il la fit aussitôt démonter, et, grâce à une subvention votée par la Société d'Emulation des Côtes-du-Nord dans sa séance du 9 juin 1869, elle put être nettoyée, réparée et replacée dans le choeur du nouvel édifice reconstruit en 1870. Plus tard, en 1899, ce vitrail fut complètement et habilement restauré par le maître verrier parisien Félix Gaudin. L'on peut seulement déplorer que l'on n'ait pas restitué dans le tympan les armoiries anciennes qui s'y trouvaient jadis et dont il subsiste plusieurs procès-verbaux.

Cette verrière est sensiblement contemporaine de celle de N.-D. de la Cour et de celle de Tonquédec. Les fenestrages présentent en effet entre eux de grandes similitudes, et, d'autre part, nous savons que les armes de Galehaut de Kerriou et de son épouse Aliette de Garzpern y figuraient, tandis que l'on n'y voyait, pas les armes de Jeanne de Kerriou et de Vincent Ruffaut son troisième mari. On peut ainsi dater le vitrail de 1460 à 1470 environ.

La fenêtre est divisée par cinq meneaux en six lancettes, renfermant chacune deux panneaux de verre historiés. Dans chaque panneau, sous un dais et posés sur une console architecturale, un apôtre et un prophète se détachent sur une draperie damassée de couleur, laissant parfois apparaître au-dessus et sous le dais un fond de couleur différente.

Les apôtres portent de grands nimbes, ciselés comme des pièces d'orfèvrerie. Ils sont vêtus de manteaux blancs et de robes de couleur, et tiennent d'une main leurs attributs respectifs et de l'autre un phylactère sur lequel est inscrit l'un des articles du Credo. À côté de chacun d'eux, un prophète, vêtu d'une robe et coiffé du bonnet des juifs, tient un phylactère portant le verset correspondant de son livre, montrant ainsi la concordance de l'Ancien et du Nouveau Testament. C'était là, comme l'on sait, un sujet très répandu au Moyen Age, notamment par les miniaturistes et peintres verriers du duc de Berry. On le trouve en effet reproduit sur les Grandes Heures du duc en 1409, sur les vitraux de la Sainte Chapelle de Bourges en 1400-1405 et sur ceux de la Sainte Chapelle de Riom aux environs de 1450. En Bretagne, outre à Quemper-Guézennec, l'on voit le même sujet sur les vitraux de la chapelle de Kergoât en Quéménéven.

De haut en bas et gauche à droite à on rencontre les panneaux suivants :

  1. Devant une draperie de damas orange surmontée d'un fond vert, saint Pierre, en manteau blanc et robe rouge, tient de la main gauche une grande clef, et de là droite un phylactère sur lequel on lit en lettres gothiques : Credo in deum omnipotentem. A côté de lui, Jérémie, en manteau blanc et robe bleue, tient le verset : Patrem invocabilis qui terram fecit. Jeremi.
  2. Draperie rouge surmontée d'un fond bleu. Saint André, en robe bleue, tient sa croix ; son phylactère porte : Et in Jesum Christum filium ejus. Andréas. A côté de lui, David, reconnaissable, à sa couronne, est vêtu, d'un manteau de damas d'or et d'une robe verte. Il porte le verset : Filius meus es tu ego hodie.
  3. Draperie verte surmontée d'un fond rouge. Saint Jacques le majeur, en robe rouge, tient son bourdon et un phylactère avec l'inscription : Natus ex Maria virgine. Jacobe. A côté de lui, Isaïe, en robe bleue, tunique de damas or avec extrémité des manches rouges, tient le verset ; Ecce virgo concipiet et pariet.
  4. Draperie orange surmontée d'un fond rouge. Saint Jean l'évangéliste, en robe rouge, tient le calice empoisonné et un phylactère illisible : Johannes (et probablement suivant l'usage : Grucifixus, mortuus et sepultus est). A. côté de lui, Daniel, en robe verte, manteau bleu et chaperon bleu, tient le verset : Post LXX hebdomadas, occidetur Christus.
  5. Draperie rouge surmontée d'un fond bleu. Saint Thomas, en robe rouge, tient sa croix. Sur le phylactère : Tercia die ressurexit amortuis. Malachie, en bonnet et robe orange, tient le verset : Et fuit Jonas in ventrem ceti.
  6. Draperie orange surmontée d'un fond vert. Thaddée, en robe verte, tient une hache et un phylactère portant : Ascendit ad celos, sedet ad dexteram Domini. Amos, en bonnet vert et robe blanche, tient le verset : Qui oedificat in coelo ascensionem suam.
  7. Draperie rouge. Saint Barthélémy, en robe orange, tient un coutelas ; et son phylactère porte : Inde venturus judicare vivos. Sophonie, en robe verte et coiffé d'un bonnet jaune et blanc, tient le verset : Sedebo ut judicui omnes gentes.
  8. Draperie bleue. Saint Mathieu, en robe rouge, tient une palme et le phylactère : Credo in spiriium sanctum. Joël, en robe violette et bonnet orange, tient le verset : Spiritus meus erit in medie vestrum.
  9. Draperie orange. Saint Jacques le mineur, est vêtu d'une robe verte. Sur le phylactère : Jacobus. Sanctam Ecclesiam. Michée, en bonnet violet et robe rouge, tient le verset : ...et erit civitas gloriosa...
  10. Draperie rouge violacée. Saint Philippe, en robe rouge, tient une lance. Son phylactère porte : remissionem peccatorum. Zacharie, eh robe bleue, porte, le verset : Zacharias. suscitabo filios tuos.
  11. Draperie rouge. Simon est en robe rouge Alolacée. Sur le phylactère : Garnis resurrectionem. Simon. Osée, en robe verte et bonnet vert porte le verset : Ose. Arida. audite verbum Domini.
  12. Draperie verte, surmontée, d'un fond rouge. Saint Mathias, en robe rouge, porte sur son phylactère : Et vitam eternam amen. Mathia. Ezechiel, en bonnet bleu et robe orange, tient le verset : Et erit dominus regnum missus.

Les grands nimbes travaillés, la coupe si caractéristique de la barbe des personnages et leurs physionomies rappellent Maître Francke ou Johanne Koerbecke. C'est donc à l'école de Maître Françke, si profondément influencée par l'art bourguignon, que l'on doit, semble-t-il, attribuer le carton de la belle verrière de Quemper-Guézehnec. Les couleurs foncées des verres peints permettent, semble-t-il, d'attribuer cette verrière à l'atelier de Tréguier.

Source : Société d'émulation des Côtes-d'Armor.

Eglise Paroissiale Saint Pierre à Quemper guezennec
Crédit photo : gerardgg (Eglise Paroissiale Saint Pierre, quemper guezennec)

bâtiment remarquable.

Informations structurelles

Eglise Paroissiale Saint Pierre, L'église date de 1870, la flèche, elle de 1893 et est l'oeuvre d'Alphonse Guépin et Le Guerranic. En 1869, au moment où l'on commençait, à démolir l'ancienne église de Quemper-Guézennec, Geslin de Bourgogne fut averti que, sous un enduit d'argile et masquée par des planches de sapin, existait dans la fenêtre du chevet une verrière ancienne. quemper guezennec, cotes d'armor

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 31626
  • item : Eglise Paroissiale Saint Pierre
  • Localisation :
    • Bretagne
    • Côtes-d'Armor
    • Quemper-Guézennec
  • Code INSEE commune : 22256
  • Code postal de la commune : 22260
  • Ordre dans la liste : 3
  • Nom commun de la construction : 2 dénomiations sont utilisées pour définir cette construction :
    • église
    • église paroissiale
  • Etat :
    • L'état actuel de cette construction ne nous est pas connue.

Dates et époques

  • Périodes de construction : 2 différentes époques marquent l'histoire du lieu.
    • 19e siècle
    • 3e quart 19e siècle
  • Enquête : 1986
  • Date de versement : 1987 AVANT

Construction, architecture et style

  • Materiaux:
    • Cette construction est composée de : granite
  • Couverture : On remarque 6 types de couverture différents :
    • toit à longs pans
    • noue
    • flèche conique
    • pignon découvert
    • pignon
    • toit
  • Materiaux (de couverture) :
    • L'élément de couverture principal est ardoise
  • Autre a propos de la couverture :
    • Un mode de couvrement relevé : 'lambris de couvrement'
  • Etages :
    • NC.
  • Escaliers :
    • Un escalier a été répertorié dans notre base, il est de type : escalier dans-oeuvre
  • Décoration de l'édifice :
    • NC.
  • Ornementation :
    • NC.
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • Plan Type 'plan symétrique'

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Notre base de données ne comprend aucun élément particulier qui fasse l'objet d'une protection.
  • Parties constituantes :
    • PArtie constituante relevée : enclos
  • Parties constituantes étudiées :
    • NC.
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : propriété de la commune
  • Référence Mérimée : IA00004041

Le dossier complet est disponible : service régional de l'inventaire BretagneHôtel de Blossac - 6, rue du Chapitre 35044 Rennes Cedex - 02.99.29.67.67

Personnes impliquées dans la construction

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de gerardgg est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Envoyer un mail à l'auteur de cette photo pour plus d'information
Eglise Paroissiale Saint Pierre à Quemper guezennec. par gerardgg
Eglise Paroissiale Saint Pierre, quemper guezennec
Eglise Paroissiale Saint Pierre à Quemper guezennec. par gerardgg
Eglise Paroissiale Saint Pierre, quemper guezennec

Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.