Ruines des tours de Carbonnières à Goulles

Jean Tricard publie en 2003 un ouvrage fort complet et intéressant intitulé "Le village des Limousins: Études sur l'habitat et la société rurale du Moyen-âge". C'est de cet ouvrage que nous tirons l'extrait suivant qui nous donne un aperçu très précis de ces ruines tout en développant de façon détaillée ce qu'a pu être ce site archéologique :

Le site de Carbonnières (Goulles, Corrèze) bénéficie d'une configuration topographique comparable à celui de Merle, mais d'une ampleur monumentale toutefois nettement plus réduite. Les ruines d'une dizaine de bâtiments sont encore présentes sur le versant occidental de l'éperon rocheux portant les deux tours du castrum. Cet habitat se développe en deux groupes, le long de plusieurs chemins reliant le centre paroissial de Goulles au castrum de Carbonnières et au village d'Ang|ard situé sur le versant ouest de la vallée de la Bedaine (département du Cantal). La documentation aujourd'hui disponible repose pour une part sur les sources écrites et pour l'autre sur les observations de terrain et le cadastre de 1834. Ce dernier indique une occupation encore présente au XIXe siècle de maisons paysannes accompagnées de jardins au sein de finages agricoles où l'élevage semble prendre une grande part. Une enquête récente montre que le dernier bâtiment a été abandonné au milieu du XXe siècle. Les mentions écrites s'avèrent très ambiguës : elles mentionnent, sur le site, la présence d'un notaire des avant 1254, une nouvelle fois en 1474, enfin une chapelle en 1488. Autant d'éléments suggérant un habitat directement subordonne au château mais nulle trace de mention directe d'un village d'origine médiévale.

Un examen plus attentif du cadastre ancien et du terrain devraient permettre de renouveler l’enquête sur ce site. En effet, on note, sur le cadastre, qu'au oins deux parcelles quadrangulaires et de taille réduite sont figurées dans le même état de ruines que les tours du castrum abandonne. Elles témoignent de la présence de bâtiments, qui, sans être forcement d'origine médiévale sont antérieurs à 1834 et déjà abandonnés à cette date. Par ailleurs le bâtiment le plus méridional du site porte encore aujourd'hui un chronogramme inscrit sur le linteau de sa porte principale mentionnant la date de l624. Cet élément lapidaire, qui ne paraît pas provenir d'un remploi comme c'est parfois le cas en Limousin dans les constructions rurales, constitue un jalon supplémentaire pour l'ancienneté d'une implantation villageoise aux abords du site castral. Les éléments architecturaux encore visibles plaident également en faveur d'une datation de ce bâtiment vers le début du XVII siècle, voire des le XVIe siècle pour certaines parties de l'édifice. L'étude en cours révèle peu à peu une évolution de l'habitat plus complexe que ne le suggérerait une seule observation rapide du cadastre ancien. Même si la présence d'un habitat subordonne et contemporain du castrum, qui semble lui-même abandonne des le XVe siècle, n‘est pas attestée, des indices permettent de l'evoquer. Un approfondissement de l'enquête s'impose, il devrait, en principe intégrer une approche archéologique des vestiges encore visibles afin de vérifier, entre autres interrogations, si les ruines de bâtiments ne s'avèrent pas provenir, comme à Merle, de l'évolution de maisons médiévales, modifiées, adaptées jusqu'à leur abandon définitif au XIXe, voire au XXe siècle.

Dans cette perspective de recherche, le groupe de parcelles situées au centre du village (essentiellement des jardins au XIXe siècle) à la forme étroite, délimitées par des chemins et murets mérite certainement une attention particuliere. il pourrait marquer l'emplacement fossile d'autres bâtiments disparus. De la même manière, le bas de versant de l'éperon, situe entre le village "attesté" et le château, pourrait également contenir de probables vestiges d'habitations médiévales aujourd'hui fossilises sous les matériaux d'effondrement des édifices castraux et de leur enceinte.

Source : Le village des Limousins : Études sur l'habitat et la société rurale du Moyen-age publié par Jean Tricard en 2003.

Ruines des tours de Carbonnières à Goulles
Crédit photo : Franck2063 (Ruines des tours de Carbonnières, goulles)

bâtiment classé.

Informations structurelles

Ruines des tours de Carbonnières, . Les ruines d'une dizaine de bâtiments sont encore présentes sur le versant occidental de l'éperon rocheux portant les deux tours du castrum. Cet habitat se développe en deux groupes, le long de plusieurs chemins reliant le centre paroissial de Goulles au castrum de Carbonnières et au village d'Ang|ard situé sur le versant ouest de la vallée de la Bedaine. goulles, correze

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 23726
  • item : Ruines des tours de Carbonnières
  • Localisation :
    • Limousin
    • Corrèze
    • Goulles
  • Code INSEE commune : 19086
  • Code postal de la commune : 19430
  • Ordre dans la liste : 1
  • Nom commun de la construction : 2 dénomiations sont utilisées pour définir cette construction :
    • fort
    • édifice fortifié
  • Etat :
    • Etat courrant du monument : vestiges (suceptible à changement)

Dates et époques

  • Périodes de construction :
    • Nous n'avons aucune informlation sur les périodes de constructions de cet édifice.
  • Date de protection : 1970/11/23 : inscrit MH
  • Date de versement : 1993/09/15

Construction, architecture et style

  • Materiaux:
    • NC.
  • Couverture :
    • NC.
  • Materiaux (de couverture) :
    • NC.
  • Autre a propos de la couverture :
    • NC.
  • Etages :
    • NC.
  • Escaliers :
    • NC.
  • Décoration de l'édifice :
    • NC.
  • Ornementation :
    • NC.
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Un élément répertorié fait l'objet d'une protection : tour
  • Parties constituantes :
    • NC.
  • Parties constituantes étudiées :
    • NC.
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : propriété de la commune 1992
  • Détails : Tours de Carbonnières (ruines) (cad. C 289) : inscription par arrêté du 23 novembre 1970
  • Référence Mérimée : PA00099777

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de Franck2063 est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Description par Franck2063 :

Sur la tour Sud on distingue en partie haute les restes d'un escalier en colimaçon (côté sud). La tour Nord, quant à elle a ses 4 pans conservés.

Envoyer un mail à l'auteur de cette photo pour plus d'information

Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.