Patrimoine historique de Montsalvy

Canton De Montsalvy

La ville de Montsalvy est bâtie sur un plateau élevé, surplombé au nord par une montagne nommée le Puy-dei Arbre, où s'établirent Méchin et Delambre pour tracer la levée du quart de méridien.

On a, de cet endroit, un horizon étendu et magnifique, qui permet d'apercevoir le clocher de Rodez, les côtes de Figeac, et la chaine du Cantal.

L'église de Montsalvy mériterait d'être classée. Construite en partie dans le 11e siècle, elle fut considérablement agrandie dans le 15e.

A la première époque appartiennent l'abside, les transepts, le chœur, la nef principale et deux chapelles; à la seconde, le reste des chapelles, les nefs secondaires et le clocher.

Caractère architectural, style roman; forme, croix latine; abside semi-circulaire.

L'église est entièrement voûtée ; le chœur se trouve dans l'intersection des transepts, en face de l'abside. La nef principale, offrant la figure d'un parallélogramme, domine les collatéraux, séparés d'elle par deux rangées de colonnes.

A l'extrémité de la nef secondaire méridionale, s'élève le clocher. Cet édifice, quoique remanié, présente ceci d'intéressant, qu'ayant été réparé à plusieurs reprises, il garde des échantillons variés de divers types d'architecture.

Là, se remarque, et peut se préciser le moment où le plein-cintre vaincu, lutte encore, et finit par succomber devant l'ogive triomphante. L'ogive elle-même y apparail dans sa naissance et sa fin.

Quelques fenêtres, par la rectitude de leurs lignes, constatent la netteté de l'art primordial, tandis que d'autres, surchargées d'ornements, indiquent un style dégénéré.

L'église formait autrefois avec le monastère un grand carré. Il y avait au milieu, une cour assez spacieuse, qu'entouraient les arcades du cloître. Un seul de ces côtés existe, et l'ancien réfectoire sert aujourd'hui de maison commune.

Quant aux événements historiques, nous rappellerons que Bérenger, vicomte de Carlat, avait concédé en 1030 à trois religieux, le terrain sur lequel est bâtie l'église. Le temple debout, un des moines, Gausbert, fit construire d'abord un monastère dans lequel s'établirent des Auguslins, puis un hospice destiné aux voyageurs qui, venant de Rodez, traversaient ces dangereuses montagnes.

Aussi ce territoire, nommé alors Mont latronum (montagne des voleurs), abandonna sa désignation fatale, et s'appela depuis Mons salutis (Montsalvy) Il est juste de faire observer ici, que l'usage et l'introduction des hôpitaux dans la Haute-Auvergne, nous vient des abbayes.

Chaque couvent avait son aumônerie et son hospice; eux les premiers dotèrent donc notre pays de cette sainte institution, fille angélique de la charité.

Montsalvy montre encore les vestiges du château de Mandulphe, propriété des d'Armagnac, la chapelle du Reclus, et le mur du Diable, monument cyclopéen, ou plutôt coulée basaltique étonnante, fantasque ouvrage de la nature.

La ville est renommée pour ses toiles, et surtout pour ses pois verts, qui s'exportaient jadis jusqu'à Paris. — Sol schisteux et graniteux. Culvinet. Calvinet, baronie, avec baillage et prévôté.

Elle appartint d'abord aux comte, de Rodez, puis au 13e siècle à Eustache de Beaumarchès, bailli des montagnes.

En 1333 elle était au dauphin d'Auvergne, plus tard à Pierre de Lavie, seigneur de Villemur, neveu du pape Jean XXII (J. d'Euse), qui la céda à Clément VI (? ndw : à vérifier lecture délicate) (Roger); et enfin en 1642, cette terre passa au prince de Monaco.

Son fort château, tenu par les protestants en 1591, fut démoli en 1634, sur les ordres Cassaniouze. de Richelieu.

L'église de Cassaniouze garde précieusement une croix processionnelle d'une grande beauté, la face principale représente Dieu le père, assis sous un dais gothique, tenant le monde d'une main, et bénissant de l'autre.

Description de Montsalvy

Montsalvy, commune Française du département cantal avec 2 sites répertoriés ou simplement présentés pour leur caractère remarquable.

Vous trouverez dans le menu et en bas de page les liens vous menant sur les fiches de description.

On compte 42 lieux-dits à Montsalvy : la combe ; les vignes ; les 4 chemins ; le fraysse ; roumegoux ; les garrigues ; aiguebonne ; la grangeotte ; le cambon ; la fage ; lavergne ; riols ; le cayla ; lalo ; la limagne ; boutelongue ; coffinhal ; combalies bas ; combalies haut ; escure ; grange de dureau ; l ort del catusier ; la croix de riols ; la croix du coq ; la fin du monde ; la sainte font ; lalo bas ; langlais ; le blat ; le brougnounet ; le fialaire ; le fradin ; le meyniol ; le pre d alby ; le puech du blat ; le puechfranc de lalo ; l hippodrome ; la pierre droite ; le garribal ; le moulinier ; placa de la font de l arc ; pouchines.

Edifices, monuments classés à Montsalvy

Bâtiments classés de Montsalvy (Source open data), Montsalvy possède 2 bâtiments ou espaces classés. On peu citer :

  1. Ancienne abbaye Notre-Dame de l'Assomption référence officielle : PA00093554 ;
  2. Deux anciennes portes (Marcelin-Boulle (rue)) référence officielle : PA00093555
Attention cette liste est suceptible d'évoluer, les données présentées sont de 2013.

Statistique Montsalvy

Commune ou ville de :
Code postal de la ville : 15120
Code Insee : 15134
Longitude : 2.476752
Latitude : 44.723907
Population totale : 912 habitants
lieu dit : 42
avenue : 4
chemin : 5
faubourg : 2
place : 8
route : 2
rue : 20

Répertoire du patrimoine

proposer un site web dans l'annuaire Promotion du patrimoine Proposez un site, blog, en rapport avec Montsalvy
La fiche descriptive de votre site sera directement accessible dans cette rubrique.
 
Deux anciennes portes
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Deux anciennes portes' à montsalvy (cantal 15120).

Ancienne abbaye Notre-Dame de l'Assomption
Patrimoine classé, étudié ou inscrit dit 'Ancienne abbaye Notre-Dame de l'Assomption' à montsalvy (cantal 15120).