Eglise Saint-Pierre à Moulins

Les Carmes

Les Carmes, dont l'église conventuelle est devenue le chef de la paroisse Saint-Pierre.

Le couvent des Carmes, sur lequel M. Bouchard a publié une fort complète étude, remonte à l'année 1352 et a pour origine le pur don qu'avait fait en 1351 à des religieux de passage un pieux bourgeois de Moulins, nommé Jean Rousseau, dit Michiel. Ce don consistait en deux quartellées de terre, sises hors de la ville « jouxte le chemin par où l'on vait de Molins à Tholon, pour y esdifier un couvent de leur religion ». Les Carmes obtinrent sans peine du duc Pierre Ier de Bourbon la franchise absolue de ce terrain, et commencèrent de suite la construction de leur monastère, qu'ils purent mener rapidement, grâce aux libéralités de nombreux bienfaiteurs. Parmi ceux-ci, il faut surtout citer le duc lui-même et Goussaut de Thory, seigneur de Thoury et du Réray, beau-frère du fondateur, Michel Rousseau, et époux de Catherine de Baserne, de Champroux.

A peine terminé, le couvent des Carmes fut une première fois, en 1384, pillé par les bandes anglaises et bourguignonnes mais leurs ravages se réduisirent sans doute à peu de chose, puisqu'ils ne l'empêchèrent pas, en 1387, de servir à l'assemblée générale de l'Ordre du Mont-Carmel.

Bien autrement sérieux fut le pillage de 1411 cette année-là, le chef bourguignon, Amé de Viry, vint mettre le siège devant Moulins. Ne pouvant emporter la ville d'assaut, il se vengea sur ses alentours, et fit des Carmes un amas de décombres.

Les pauvres religieux durent, comme nous l'avons dit plus haut, se réfugier au Vieux Palais mais ils ne se découragèrent pas et, en 1416, leur monastère était de nouveau debout ; le principal donateur ayant contribué à cette prompte reconstruction fut encore un seigneur de Thoury, de la maison de Bressolles, et petit-fils sans doute de Goussaut de Thoury, dont la fille avait épousé Jacques de Breschard, seigneur de Bressolles.

Avec les riches Bénédictins de Souvigny, les Carmes étaient les seuls religieux du pays et par conséquent les seuls bénéficiaires des donations des âmes pieuses en outre, les ducs Charles Ier et Jean II les comblèrent de largesses et le roi Charles VIII, en traversant Moulins, leur fit encore un don considérable. Le monastère de Moulins devint donc bientôt un des plus riches de tout l'ordre mais, en 1562, il subit une fois encore les inconvénients de sa situation foraine. On avait bien, il est vrai, ébauché la deuxième enceinte et les Carmes avaient même touché du roi François Ier une indemnité pour le terrain qu'ils avaient cédé pour y commencer les travaux de défense mais ces travaux, encore insuffisants, ne servirent à rien.

Nous avons raconté plus haut le court siège de 1562. Les religieux Carmes furent presque les seuls à en souffrir encore n'eurent-ils pas la consolation d'être plaints par le peuple moulinois, qui vit au contraire avec un certain contentement la ruine du monastère riche et jalousé.

II fallait une troisième fois se remettre à l’œuvre et faire appel à la généreuse piété des Moulinois : cet appel fut encore entendu ; en outre, les religieux obtinrent d'Henri IV, en 1591, la maladrerie du Chambon-Coulombeau, et, dès 1600, leur couvent était remis dans l'état où il resta jusqu'en 1792. L'inventaire fait en 1790 indique, d'ailleurs, qu'au XVIIIe siècle tous les bâtiments claustraux, y compris l'église, avaient été fort mal entretenus. Nous ne décrirons pas en détail le monastère des Carmes, le seul des nombreux couvents de Moulins qui subsiste à peu près intact. Son église à une seule nef, bien que datée de l'époque de décadence du style gothique, offre cependant des fenêtres intéressantes ; le clocher vient d'être entièrement reconstruit, grâce au zèle de M. le curé Bideau, et, au cours des travaux nécessités par cette restauration, ont été retrouvés les débris d'un mausolée qui doit être celui de Goussaut de Thoury, brisé peut-être par Amé de Viry, mais plus vraisemblablement lors de la Révolution. Ces débris, intéressants encore, avaient été employés comme moellons dans une réparation de 1809.

Au-dessus de la petite entrée de Saint-Pierre, du côté Sud, est un bas-relief représentant l'Annonciation : c'est une exquise œuvre d'art, dont le passage suivant des comptes de la duchesse Anne nous donnent l'auteur, le prix et la date approximative. « Payé à Jehan de Chartres, ymageur, demourant audict Molins, III livres pour une Annonciation de Nostre-Dame, en pierre, pour le portail des Carmes dudict Molins, que ma dicte dame leur a donnée. »

Nous citerons encore, dans la basse travée de gauche, l'épitaphe apocryphe d'un bienfaiteur du couvent, Jean Gadet, conseiller-secrétaire et maître des comptes de Mgr le duc de Bourbon, mort en 1412. Enfin, nous ne pouvons quitter le couvent des Carmes sans rappeler le nom d'un de ses prieurs, le Père André, que M. Chazaud accuse formellement d'avoir fabriqué de fausses pièces pour une généalogie des Bourbons.

L'enclos des Carmes s'étendait sur tout le quadrilatère formé par l'ancienne rue Saint-Martin, la deuxième enceinte, l'hôpital Saint-Joseph et la rue Delorme. A la place devant les Carmes viennent se rejoindre les deux faubourgs de Refembre et des Garceaux.

  • Titre : Les fiefs du Bourbonnais.
  • Auteur : Prévéraud de La Boutresse, Roger
  • Date d'édition : 1936

Ancienne église du couvent des Carmes

Ancienne église du couvent des Carmes, fondé en 1350 sur l'emplacement d'une chapelle dédiée à Notre-Dame de Pitié. Edifice formé d'une nef de cinq travées ouvrant sur des chapelles latérales, sauf la première qui forme narthex, d'un choeur et d'une abside polygonale.

A la fin du XVe siècle, l'abside fut dotée de travées latérales dans le prolongement des chapelles, et y furent adjointes au sud trois nefs de deux travées chacune. Au XVIe siècle, construction du clocher, séparé de la façade par une tourelle d'escalier à vis. Au XVIIe siècle, ajout à l'ouest du choeur d'une chapelle de quatre travées réparties en deux vaisseaux. Les cinq travées de la nef, ainsi que la travée droite du choeur, sont couvertes de voûtes d'ogives avec formerets et lierne longitudinale. La première travée de la nef présente une clôture du XVIIe siècle. Les trois pans de l'abside s'ouvrent par des arcs modifiés au XVIIe siècle lors de l'aménagement d'un décor de style classique comportant des couples de colonnes corinthiennes supportant un fronton brisé, sur des parties ajoutées lors d'une campagne de travaux à la fin du XVe siècle. Il s'agit d'un choeur des religieuses raccordé à l'édifice primitif. Cet édifice offre un exemple de l'architecture du début du XVIe siècle.

Source : Ministère de la culture.

Eglise Saint-Pierre à Moulins
Crédit photo : P_J_reb (Eglise Saint-Pierre, moulins)

bâtiment classé.

Informations structurelles

Eglise Saint-Pierre, Ancienne église du couvent des Carmes, fondé en 1350 sur l'emplacement d'une chapelle dédiée à Notre-Dame de Pitié. Edifice formé d'une nef de cinq travées ouvrant sur des chapelles latérales, sauf la première qui forme narthex, d'un choeur et d'une abside polygonale. moulins, allier

Localisation et informations générales

  • identifiant unique de la notice : 3615
  • item : Eglise Saint-Pierre
  • Localisation :
    • Auvergne
    • Moulins
  • Code INSEE commune : 3190
  • Code postal de la commune : 03000
  • Ordre dans la liste : 17
  • Nom commun de la construction :
    • La dénomination principale pour cette construction est : église
  • Etat :
    • L'état actuel de cette construction ne nous est pas connue.

Dates et époques

  • Périodes de construction : 5 différentes époques marquent l'histoire du lieu.
    • 15e siècle
    • 2e moitié 15e siècle
    • 16e siècle
    • 17e siècle
    • 19e siècle
  • Date de protection : 1986/03/18 : classé MH
  • Date de versement : 1993/08/27

Construction, architecture et style

  • Materiaux:
    • NC.
  • Couverture :
    • NC.
  • Materiaux (de couverture) :
    • NC.
  • Autre a propos de la couverture :
    • NC.
  • Etages :
    • NC.
  • Escaliers :
    • NC.
  • Décoration de l'édifice :
    • Le décor est composé de : 'sculpture'
  • Ornementation :
    • NC.
  • Typologie :
    • NC.
  • Plan :
    • NC.

Monument et histoire du lieu

  • Eléments protégés MH (Monument Historique) :
    • Notre base de données ne comprend aucun élément particulier qui fasse l'objet d'une protection.
  • Parties constituantes :
    • NC.
  • Parties constituantes étudiées :
    • NC.
  • Utilisation successives :
    • NC.

Autre

  • Divers :
    • Autre Information : propriété de la commune 1992
  • Détails : Eglise Saint-Pierre (cad. AV 436) : classement par arrêté du 18 mars 1986
  • Référence Mérimée : PA00093196

Contenu correspondant

Découvrez une sélection de pages qui pourrait compléter votre lecture.

Contributions des internautes

Photo de P_J_reb est l'image principale de cette notice.

Voir cette photo en grand

Description par P_J_reb :

Église Saint-Pierre - Moulins sur Allier

Envoyer un mail à l'auteur de cette photo pour plus d'information
Eglise Saint-Pierre à Moulins. par P_J_reb
Eglise Saint-Pierre, moulins
Description par P_J_reb :

Église Saint-Pierre de Moulins sur Allier

Eglise Saint-Pierre à Moulins. par P_J_reb
Eglise Saint-Pierre, moulins
Description par P_J_reb :

Église Saint-Pierre de Moulins sur Allier

Eglise Saint-Pierre à Moulins. par P_J_reb
Eglise Saint-Pierre, moulins
Description par P_J_reb :

Église Saint-Pierre de Moulins sur Allier

Eglise Saint-Pierre à Moulins. par P_J_reb
Eglise Saint-Pierre, moulins
Description par P_J_reb :

Église Saint-Pierre de Moulins sur Allier


Source: base Mérimée et contribution des internautes.

Les images proposées par les contributeurs du site le sont à la seule condition qu'ils soient les propriétaires du cliché. En cas de constat d'usurpation des droits d'auteur, merci de nous contacter.

Participez au complément de la base patrimoine

partager Vous disposez de photos anciennes ou récentes de ce monument, vous connaissez ce monument et souhaitez partager vos photos, connaissances, anecdotes le concernant, cliquez ici.

Le but affiché du site est de conserver la mémoire collective du patrimoine les interventions des utilisateurs sont offertes à la communauté.